23 février 1916

23 février 1916

 

Mon cher Pierre,

 

On me téléphone de la Chambre que les attaques sur Verdun sont extrêmement violentes. Quarante-deux divisions allemandes seraient aux prises avec nos troupes. On est très confiant. Les troupes sont pleines d’entrain et d’enthousiasme. La prise du village de Hautmont ne se serait pas passée sous la pression ennemie mais on aurait évacué de parti pris pour attirer l’ennemi qui y serait venu en rangs serrés et on aurait fait des hécatombes. Les Allemands auraient construit pas moins de trois lignes de repli jusqu’en Luxembourg. Je te donne ces renseignements comme je les reçois ; peut-être en sais-tu plus long que moi sur l’affaire en cours.

Nous avons eu hier notre dîner [1] de rédaction [2] qui a eu lieu pour l’élection à l’Institut de Vesnitch [3] et la nomination de Doumic [4]. Paul devait venir, mais au dernier moment le fâcheux froid l’a saisi. Il y a perdu un bain d’éloquence, la mienne et celle de Vesnitch et de Doumic. Ce fut un joli dîner, non pas comme nourriture – très mauvaise – mais comme assistance. Cinquante-cinq personnes. Chaumeix y est venu, c’est la première fois depuis la guerre. Chacun a noté que c’était un jour où il y avait deux personnages qu’on fêtait, dont l’un dirige un organe dans lequel il serait assez agréable d’avoir une chronique [5]. Il n’a pas une bonne presse en ce moment, notre pauvre Chaumeix. Je te raconterai quelque jour pourquoi. Il est certain que c’est très troublant. Rien n’est désagréable comme de perdre ses illusions.

J’ai eu le récit par un jeune infirmier de sa captivité dans un camp de Mecklembourg. Il y est resté dix mois. Comme dentiste il se faisait quatre ou cinq cents francs par mois et on appliquait ces bénéfices à améliorer le traitement des malheureux Russes traités de la façon la plus abominable. Un gardien s’achetait cent vingt-cinq francs. Grâce à cela, on avait la lumière tant qu’on voulait et la tranquillité. Comme il parle admirablement allemand et russe, il causait fréquemment avec les officiers. L’un d’eux l’a emmené dans une soirée à l’extérieur. Il y est arrivé vêtu d’une chemise russe rose par-dessus laquelle il avait sa capote de lignard, des culottes grises et de grandes bottes russes. – J’étais tout à fait carnaval, me dit-il. Il a trouvé, réunies dans le salon, des dames décolletées, et, pour lui faire une gracieuseté, elles ont joué la Marseillaise au point qu’il ne savait quelle contenance garder. Quand il a été évacué, la maîtresse de maison lui a envoyé un vase en ivoire garni de myosotis liés par un ruban vert avec ces mots : « Soyez heureux ». Il attribue cet excès d’amabilité au désir qu’il répète ces égards en France.

La censure m’a enlevé aujourd’hui un petit incident qui s’est passé au Grand-Palais. Des blessés ont voulu sortir avant l’heure réglementaire. On a été obligé de faire intervenir les gardes. Les soldats ont invectivé ces derniers les accusant de n’être jamais allés au front tandis que eux, qui s’étaient battus, avaient été blessés, se trouvaient en butte à leurs brimades. Finalement, les soldats ont eu la permission de sortir. – Pas fameux.

Ton vieil

Et

[1] Le dîner de rédaction du Journal des Débats a lieu ce soir-là au Café Riche, 16, boulevard des Italiens, Paris, IXe, restaurant le plus illustre de Paris qui possède une renommée mondiale.

[2] « Dîner des Débats au Café Riche en l’honneur de Vesnitch nommé membre de l’Institut, et de Doumic nommé directeur de la Revue des Deux Mondes. C’était très brillant ; une cinquantaine de personnes : René Bazin, Henri de Régnier, Boppe ministre de France à Belgrade, toute la rédaction des Débats, l’ordinaire et l’extraordinaire. Le ministre de Serbie a fait un très bon discours en réponse au toast de Nalèche et rendu un hommage très mérité à André Gauvain qui est la seule personne ayant vu clair depuis six à sept ans dans les affaires des Balkans. (Il a dit beaucoup de bêtises depuis). » François de Wendel, Journal, 22 février 1916.

[3] Milenko Vesnitch (1863-1921). Serbe. Diplomate. Ambassadeur de Serbie en France. Il est élu à l’Académie des sciences morales et politiques le 29 janvier 1916.

[4] René Doumic (1860-1937). Il remplace Francis Charmes, mort le 4 janvier 1916, à la tête de La Revue des Deux Mondes.

[5] La Revue des Deux Mondes. André Chaumeix en deviendra d’ailleurs chroniqueur politique de novembre 1919 à mars 1920 en remplacement de Charles Benoist pris par son mandat parlementaire et de Raymond Poincaré encore président de la République. À la mort de René Doumic en décembre 1937, il lui succède à la direction de la Revue des Deux Mondes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *