21 février 1916

21 février 1916

 

Je suis débordé, mon vieux Pierre, et je ne sais si cette lettre excédera les dimensions d’un billet.

J’ai causé ce matin quelques minutes avec Cambon. Ses impressions sur l’état général me semblent meilleures. Tu sais qu’il n’est pas dans les optimistes. Je l’avais trouvé à l’enterrement de Mme Gérard [1], mère de l’ancien ambassadeur [2]. Il y avait dans l’assistance beaucoup de diplomates. Dois-je ranger parmi ces derniers Paul Bourget [3] qui m’a tiré un peu à part pour me dire combien le journal était parfait, sauf cependant quand Reinach y écrit. – Il a beaucoup de bon sens et en ce moment, mon Dieu, il rend des services. – C’est un misérable – ceci dit d’un ton définitif. Pauvre Joseph.

Quelqu’un qui connaît bien sa publicité, c’est le général Sarrail [4] . As-tu vu comment il est entouré ? Le voilà qui fait venir Bernstein [5] . Il a autour de lui une nuée d’hommes de lettres, auteurs, journalistes, etc. J. José Frappa [6] par exemple. Avec des gens comme cela, il peut faire du bruit dans notre Landerneau. Il n’a rien oublié pour son passage à la postérité – peut-être cherche-t-il des satisfactions plus proches. Dans certains milieux, on prétend qu’il intrigue pour succéder à Joffre. Mais nos radicaux qui l’aiment bien l’aiment peut-être encore plus un peu loin.

Ton vieil

Et

 

La campagne en faveur de Sarrail à la Chambre est menée par le député d’Asnières, Bokanowski [7], qui était à Salonique [8] avec le général.

[1] Mme Gérard (18-1916).

[2] Auguste Gérard (1852-1922). Diplomate. Ambassadeur de France au Japon (1909-1913).

[3] Paul Bourget (1852-1935). Homme de lettres. Membre de l’Action française. Il a publié un roman, André Cornélis, dans le Journal des Débats. Il est élu à l’Académie française le 13 juin 1895.

[4] Maurice Sarrail (1856-1929). Général commandant des forces françaises d’Orient à Salonique de 1915 à 1917 où il organise véritablement le corps militaire allié.

[5] Henry Bernstein (1876-1953). Homme de lettres, il défraye la chronique par sa production théâtrale, ses prises de position politique, ses amours et ses nombreux duels.

[6] Jean-José Frappa (1882-1939). Journaliste. Rédacteur en chef à La presse puis administrateur du Monde illustré. Membre du comité directeur de la Chambre syndicale de la publicité et du Syndicat de la presse périodique.

[7] Moïse dit Maurice Bokanowski (1899-1928). Homme politique. Député radical de la Seine (1914-1928). En 1916, il est affecté à l’état-major du général Sarrail à l’armée d’Orient.

[8] A la suite de la défaite de l’opération des Dardanelles en 1915, un corps militaire allié se maintient à Salonique sous le commandement successif des généraux Sarrail, Guillaumat et Franchet d’Espérey.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *