16 février 1916

16 février 1916

 

Mon cher Pierre,

 

On vient de nous enlever un immense passage d’un article de Gauvain, passage cependant qui n’est que la sagesse et qui engageait nos gouvernants à se méfier de certaines tendances anglaises qui semblent ne pas être satisfaites du merveilleux résultat obtenu par la Bulgarie et éprouvent le besoin de recommencer, même avec ce dernier royaume. J’ai parlé au capitaine de service de la Censure en lui demandant si les ordres du Quai d’Orsay étaient formels. Sur sa réponse affirmative, j’ai ajouté : Faites-lui mes compliments.

Déjeuner assez amusant chez un ancien ministre sénateur. Parmi les convives, Paul Deschanel, un Italien Campolonghi [1], celui qui écrit dans Le Petit Parisien, et un ou deux confrères dont Arthur Meyer Ce dernier a un peu asticoté le président qui nous a exposé les difficultés du président de la Chambre, complètement désarmé par le règlement lorsqu’il s’agit d’attaques faites à des personnes étrangères au Parlement : Par exemple, a-t-il dit, si on attaquait Joffre, je pourrais appliquer la censure mais je pourrais aussi être désavoué par la Chambre. Celui-là se retranche derrière le règlement et un autre derrière la Constitution. Quels hommes magnifiques !

Je l’ai fortement engagé à pousser la Chambre dans la voie des séances à intervalles. Pas tout de suite, m’a-t-il dit, car vous tromperiez le public, il faut attendre la fin des loyers, alors j’espère leur faire prendre quelques jours de congé, puis on arrivera aux vacances de Pâques. Il vaudrait mieux même en informer le pays pour qu’il ne se berce pas d’illusions. Je me demande si la vivacité avec laquelle il a défendu cette thèse ne cache pas quelque espoir de voir aboutir des projets pendant ce temps-là. – Qu’en dis-tu ? Malgré tout, Paul Deschanel a été amusant et charmant comme toujours mais, sapristi, quel manque de consistance.

Arthur Meyer a raconté l’entrevue de Vienne dont je t’avais parlé chez toi la semaine dernière, mais naturellement déjà un peu déformée. J’ai remis les choses au point en insistant sur les dangers de répéter ces choses-là qui étaient des pièges tendus à notre naïveté. Paul Deschanel avait entendu la même version et a confirmé mes dires.

Quant au Campolonghi, il nous a fait un exposé de la politique italienne. Pour lui, tout se résume en ceci : c’est que l’on avait cru, au-delà des Alpes [2], entrer dans une guerre de courte durée. Il ne fait pas de doute, ajoute-t-il, que l’Italie déclarera la guerre à l’Allemagne, mais on voudrait que Salandra [3] fasse une crise extraparlementaire et non une crise parlementaire, la Chambre étant en majorité giolittiste. Si Salandra faisait la crise dès maintenant, il pourrait faire appel aux partisans de la Grande Guerre, ce sont à peu près tous les interventionnistes, et l’affaire serait bouclée.

Que dis-tu de ce nouveau Gallieni concernant les officiers d’état-major ? Si je l’ai bien lu, la fin détruit le commencement, les chefs ayant le droit de maintenir les collaborateurs dont les services sont reconnus absolument nécessaires, et tu dois être de ceux-là.

Au revoir, old man. Ton vieil

Et

[1] Luigi Campolonghi (1876-1944). Italien. Journaliste. Socialiste.

[2] Il s’agit toujours de l’Italie.

[3] Antonio Salandra (1853-1931). Italien. Président du Conseil (1911-1914).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *