24 janvier 1916

24 janvier 1916

 

Dear old man,

 

Entrevue ce matin avec le président du Conseil au sujet de l’éternelle question de la censure. Je te fais grâce de la discussion sur l’affaire elle-même. Elle a présenté de la part de notre bureau les mêmes symptômes de désordre que nous rencontrons partout. Le brave Jules Roche [1] a été le même comme toujours, embrouillant tout, confondant tout, et animé d’un parti pris extraordinaire. Tu le connais du reste.

Briand nous a raconté des choses assez curieuses sur La Gazette des Ardennes [2], ce journal admirablement fait, écrit en français et qui reproduit chaque jour les articles de Clemenceau et d’Humbert, [3] qui a repris les thèmes de la presse française sur La Vie chère pour démontrer que nous sommes à bout de ressources. Ce journal fait grand mal dans tous les pays envahis. Il paraît qu’à certains endroits où les tranchées adverses sont rapprochées, les soldats allemands tendent le journal au bout de leurs baïonnettes. Il me paraît cependant dangereux de faire une campagne avec cela. Quelqu’un que tu supposes vient de me faire dire qu’il désirerait causer avec moi. Je m’imagine que le sujet de la conversation sera celui-ci.

Le bruit circule à la préfecture de police que les Allemands prépareraient un raid de gros avions sur Paris. L’escadrille serait en formation derrière Compiègne. Leur service d’espionnage les aurait renseignés là-dessus. Cela se peut, car il me semblerait bien étonnant que les Allemands ne cherchent pas à tenter encore un coup sur la capitale. Néanmoins, la préfecture de police est un admirable foyer de fausses nouvelles et il ne faut pas trop se fier à ses renseignements.

Plusieurs fois déjà je t’ai parlé des services de propagande. Cela n’a pas grand intérêt, mais, malgré tout, ces traits sont souvent indicatifs de la façon avec laquelle toutes les affaires sont menées. Voici entre autres l’histoire de Victor Margueritte [4].

Ce dernier était officier de l’active, par conséquent il aurait dû reprendre du service dès la déclaration de guerre. Il reprit en effet du service mais… dans la censure. Sa cravate de commandeur, gagnée bien ailleurs que sur les champs de bataille, se promenait dans des autos militaires avec deux soldats et la conduisait dans les restaurants de la Madeleine. Il y eut quelques venimeux articles de journaux sur ce petit scandale, Victor Margueritte se fit alors mettre à la tête d’un service de propagande. Il créa un petit bulletin destiné à être répandu chez les neutres et se fit octroyer pour cette création dix mille francs par mois. Il a en plus deux mille, ce qui lui fait une somme assez rondelette mensuelle. Son bulletin doit coûter, s’il est très mal administré, dans les deux ou trois mille francs. Et voilà comment la guerre ne nuit pas à certaines individualités.

Au revoir, mon vieux Pierre. J’ai très bien reçu ta lettre ce matin et je souhaite que les obus boches [5] continuent à ne pas être plus malfaisants.

Ton vieil

Et

[1] Jules Roche (1841-1923). Avocat. Journaliste. Homme politique. Directeur de La République française et chroniqueur au Figaro. Il est membre du Comité général des associations de la presse française et du Comité du Syndicat de la presse parisienne. Député Union républicaine de l’Ardèche (1898-1914).

[2] La Gazette des Ardennes est le journal des pays occupés paraissant quatre fois par semaine.

[3] Charles Humbert (1866-1927). Journaliste, directeur politique du Journal. Il est spécialiste des questions militaires à la Chambre.

[4] Victor Margueritte (1866-1942). Officier de cavalerie, il démissionne en 1896 pour se consacrer aux lettres. Écrivain. Journaliste. Il est collaborateur du Journal et chroniqueur au Figaro. Ses écrits sont fortement marqués par les préoccupations sociales : émancipation de la femme – il est l’auteur de La Garçonne, rapprochement de peuples, etc.

[5] L’origine du mot boche est le terme d’argot « allemoche » pour allemand. Allemoche s’est transformé en Alboche, dont la première syllabe est ensuite tombée. Boche est apparu pour la première fois en 1889, mais c’est pendant la Première Guerre mondiale que son utilisation s’est répandue.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *