10 février 1918

10 février 1918

 

Te dire le nombre de sottises que j’ai entendu accumuler hier au soir à l’Union, je n’y parviendrai pas, mais le diplomate qui mérite le grand prix c’est, sans l’ombre d’un doute, le bon Navenne avec lequel j’ai eu un engagement assez vif. Raindre [1], qui était présent, ne pouvait donner raison à son collègue. Navenne nous a dit, en propres termes et sans rien exagérer, qu’il était le seul homme à Paris non seulement à connaître le Vatican mais à savoir ce qui s’y passait, le seul homme à avoir des renseignements sur la cour d’Espagne. Cette connaissance intime et profonde lui permettait d’affirmer que della Chiesa, qu’il connaissait depuis vingt ans, était ardemment francophile et que, par amour pour la France, d’accord avec Alphonse XIII, il voulait sauver l’Empire d’Autriche. Voilà en peu de mots le fond de la théorie de Navenne. Ajoute à cela les digressions des anciens diplomates sur les gens avec qui ils ont dîné, les conversations d’il y a quarante ans, et tu te rendras compte du sentiment que vous laisse une discussion de ce genre. Navenne est un bon diplomate, nous savons ce que nous coûte la carrière en ce jour de février 1918. J’en disais un mot ce matin à Pernot qui me répond : Le bon M. de Navenne a cherché à me sortir cela chez M. Lebaudy mais vous admirerez mon sang-froid, je n’ai pas répondu.

J’ai eu la visite de Gustave Rouanet le socialiste. Il était venu me parler du congrès. Grande sortie contre le ministère actuel, contre les procès en cours. Ce que je vois de plus effroyable, me dit-il, dans tous ces conseils de guerre, c’est qu’on veut expliquer la défaite par la trahison car ces gens-là ne croient plus à la victoire, et la défaite due à l’impéritie, à l’incurie, elle doit être attribuée à la trahison. Et personne à la Chambre n’ose s’élever contre le vieillard haineux qui mène tout cela. On prétend que Clemenceau représente la volonté du pays, il la représenterait encore mieux en cherchant à faire la paix. C’est la paix que le pays demande. Cette Chambre peureuse et abjecte qui tremble devant Clemenceau aurait un autre rôle à jouer. En 1793, c’était pour la victoire qu’on jugeait, qu’on condamnait, aujourd’hui c’est pour excuser la défaite. Quelle lumière les événements actuels jettent sur la Terreur ? Comme on commence à comprendre cette période de notre histoire.

(Tu sais que Rouanet est tout à fait lancé dans l’histoire de la Révolution et la Société des études robespierristes.)

Il est vrai que, hypnotisée par ce qui se passe au Palais de justice, la nation ne voit guère comment sont traitées les affaires publiques. Ex : Affaires de Finlande, d’Ukraine, nomination de Dutasta à Berne, etc., etc. Ah ! mon pauvre vieux, on verra la fin de tout cela et les magnifiques résultats qu’on retirera d’une politique qui consiste à montrer la moitié du pays occupée à trahir l’autre moitié.

J’avais presque espéré que tu serais venu ce matin, je t’aurais gardé à déjeuner car j’ai eu Jean Dupuy avec Pernot. Conversation très intéressante sur le Comité de Versailles et la conférence.

            Confidentielle. Jean Dupuy (?) regrette beaucoup le départ de Cadorna qui aurait été parfait. Il m’a demandé de lui envoyer demain plusieurs collections des articles récents de Gauvain parce que le général voudrait les emporter pour les répandre le plus possible en Italie. Il a prié Jean Dupuy (?) de dire à M. de Nalèche que ces articles étaient parfaits et de continuer dans cette voie en priant toutefois M. Gauvain de ne pas prendre à parti les personnalités.

Pernot répond que cette nouvelle politique de l’Italie n’est qu’une feinte. Ne pouvant obtenir ce qu’elle désire, elle semble s’engager à soutenir les nationalités et celles-ci devant être incapables dans l’avenir, l’Italie remplacerait l’Autriche. J’avoue ne pas très bien comprendre Pernot. Il est, il me semble, important de proclamer urbi et orbi ce ralliement de l’Italie aux nationalités et de la compromettre le plus possible dans ce sens en affectant de la croire de bonne foi. C’est ce que Gauvain a fait assez habilement puisque les Italiens eux-mêmes s’enthousiasment après nous avoir vilipendés.

J’ai appris une chose qui m’a bien étonné. J’avais entendu dire ici, justement par Navenne et tant d’autres, combien le gouvernement italien avait commis une erreur en choisissant Cadorna comme généralissime. Il avait obéi aux loges et, par suite, froissé les catholiques, le père du général étant l’homme qui était entré à Rome. Or Cadorna est ultra-religieux et, même, à Versailles, entend la messe chaque matin.

Ton affectionné

Et

 

J’avais oublié de te dire que la CGT est en train de chercher à organiser des manifestations féminines dans la rue pour demander du pain ou la paix. C’est sur la corporation de la Lingerie qu’elle exerce son activité. Attendons-nous donc à des incidents d’ici à quelque temps.

[1] Gaston Raindre (1848-1931). Diplomate. Ambassadeur de France, à la retraite depuis 1907.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *