8 décembre 1915

8 décembre 1915

 

Mon vieux Pierre,

 

Je suis allé ce matin à l’enterrement de ton pauvre petit neveu [1]. Rouvre [2] avait l’air terriblement affecté. Il y avait beaucoup de monde et très sympathiquement ému par la mort de ce garçon que tous, je crois, vous aimiez beaucoup.

Ce matin également, j’avais à voir Bourguignon [3], chef de cabinet de Painlevé [4], pour soumettre à l’examen du comité des inventions d’artillerie de Pierre de Béarn [5] dont le cerveau travaille. Le ministre, sachant que j’étais là, m’a demandé de l’attendre, et j’ai eu une assez longue conversation avec lui. Il m’a paru dans des idées excellentes au point de vue du problème oriental. Le connais-tu ? Il est très remarquablement intelligent, si ses idées sont un peu exaltées sous bien des rapports. C’est un homme auquel le parti libéral n’a pas su faire place et qui a versé dans le parti avancé. Il m’a dit certaines choses fort intéressantes sur ce qui s’est passé ces jours-ci. Cela confirme complètement tout ce que je t’ai écrit, malheureusement d’une façon un peu macaronique, mais que tu auras sans doute démêlé.

Tu as vu tout le battage fait par Le Petit Parisien autour d’Émilienne Moreau [6] que Jean Dupuy [7] a présentée au président de la République [8] et dont les mémoires sont en cours de publication en ce moment [9]. Nous redoutions beaucoup cette réclame, d’autant que l’on a célébré la mort de cinq Allemands tués de la main même de cette vierge guerrière. Nous redoutions l’effet que cela produirait et chez les neutres et chez les Allemands. Cela n’a pas raté, on vient de me communiquer des journaux d’outre-Rhin qui commentent cela de la façon la plus violente, réclamant les représailles les plus énergiques. Je suis sûr que cette idiotie journalistique coûtera des centaines de vies humaines. Mais ce qu’il y a de plus fort, c’est que les soldats qui ont repris Loos, en visitant la maison de Melle Moreau, ont trouvé dans cette épicerie un livre en tête duquel il y a une dédicace : À Melle Émilienne Moreau, en souvenir des jours heureux qu’elle m’a fait passer. Signé : Capitaine X. (nom allemand) et à l’intérieur, une autre signature d’officier allemand, et à côté de celle-ci, la signature d’Émilienne Moreau. Le colonel du régiment ayant vu cela, a prié Michaux, l’éditeur, de porter cela à Paris et de tâcher d’arrêter l’enthousiasme. Ce livre serait, à l’heure actuelle, entre les mains de Melle Jeanne Landres [10], une pseudo femme de lettres, lectrice chez Michaux, qui est une espèce de corneille extraordinaire et qui peut faire les plus gros pataquès.

Le Petit Parisien, qui était en train de devenir un des premiers journaux, se déshonore avec une affaire pareille.

Hier au soir, à la censure, pendant que nous communiquions pour le « bon à tirer », mes collaborateurs ont surpris une discussion avec Le Petit Parisien (édition du soir). Les censeurs exigeaient que ce journal enlève un article de Serge Basset [11] sur Castelnau. L’article a néanmoins paru ce matin avec quelques lignes enlevées. Peut-être l’auras-tu noté. Cela se rapporte exactement à ce que je te racontais. Quelque jour je te raconterai toute la genèse de l’affaire que j’ai vue de très près.

Ton affectionné

Et

 

Pendant que je te tiens. J’étais dans le bureau du chef de cabinet [12] de Painlevé lorsqu’un monsieur important sort de chez le ministre et demande au téléphone le ministère de la Marine, l’amiral Schwerer [13]. L’amiral vient au bout du fil : – C’est l’amiral Schwerer. – Bien, monsieur… Amiral… Voilà pourquoi je vous cause… . Je viendrai à 5 h 1/2 avec le ministre.

 

[1] Bernard Bourlon de Rouvre (1887-1915). Fils de Charles Bourlon de Rouvre et de Geneviève Lebaudy.

[2] Charles de Rouvre (1850-1924). Beau-frère de Pierre Lebaudy. Il épouse en 1881 Geneviève Lebaudy (1860-1936).

[3] Jean Bourguignon (1876-1946). Historien. Homme politique. Conservateur du musée de la Malmaison à Rueil-Malmaison (1917-1946). Chef puis directeur de cabinet de Paul Painlevé.

[4] Paul Painlevé (1863-1933). Mathématicien, théoricien de l’aviation. Homme politique. Député républicain socialiste de la Seine (1910-1924). Il est alors ministre de l’Instruction publique et des Beaux-arts depuis octobre 1915.

[5] Pierre de Galard de Brassac de Béarn (1881-1932). Dans l’infanterie, il est officier de liaison avec l’armée britannique.

[6] Émilienne Moreau (1898-1971). Institutrice. Le 25 septembre 1915, à Loos-en-Gohelle (Pas-de-Calais) où elle habite, a lieu une bataille entre Anglais et Allemands. Elle abat cinq soldats allemands et les troupes britanniques peuvent reprendre la ville. Elle devient à 17 ans « l’héroïne de Loos ». Elle est citée à l’ordre de l’armée par le général Foch et devient alors une icône pour la propagande.

[7] Jean Dupuy (1844-1919). Directeur du Petit Parisien. Président du Syndicat de la presse parisienne.

[8] Le président de la République est alors Raymond Poincaré.

[9] Les Mémoires d’Émilienne Moreau sont publiés dans le Petit Parisien et en font encore augmenter le tirage.

[10] Nalèche se trompe d’orthographe. Il s’agit de Jeanne Landre, femme de lettres.

[11] Serge Basset (1866-1917). Pseudonyme de Paul Ribon. Journaliste. Professeur. Homme de lettres. De 1897 à 1912, il écrit plusieurs pièces dont certaines sont jouées à l’Odéon et à la Comédie-Française. Il est chef de la critique artistique et théâtrale au Figaro. Collaborateur du Petit Parisien, il est envoyé en Italie comme correspondant de guerre, dont il rapporte l’Italie en armes, 1916, et sur le front britannique où il est tué fin juin 1917.

[12] Jean Bourguignon est le chef de cabinet de Paul Painlevé.

[13] Antoine Schwerer (1862-1936). Amiral. Un des fondateurs de l’Action française (1880).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *