12 janvier 1918

12 janvier 1918

 

Je reviens sur ce que je te disais hier de la visite d’Hallays et du voyage de Bucher [1]. Clemenceau le fit venir pour se documenter sur l’état de l’Allemagne, et Bucher fut obligé de travailler jour et nuit pour l’usage du président du Conseil. De plus, ce dernier le pria d’apprendre à House, l’homme de Wilson, ce qu’est la question alsacienne, question que les Américains comprenaient mal. Là encore, Bucher fit un travail formidable. Il paraît que House est reparti pour Washington tout à fait en état d’expliquer la question au président et à ses compatriotes.

Clemenceau offrit à Bucher de le garder auprès de lui, mais le docteur répondit qu’ici il ne servirait à rien, que son service l’intéressait vivement, qu’il y était nécessaire et que tous les renseignements qu’il avait, il les tenait justement de ce service. Clemenceau s’est rendu à ces raisons et il a été convenu qu’il le ferait venir de temps à autre pour se renseigner.

André Hallays, très fatigué, est en congé de deux mois. Il me dit qu’en ce moment l’armée, comme le civil, a repris confiance depuis l’arrivée de Clemenceau. Il entend dire aux poilus les mêmes choses qu’aux officiers généraux. Tous font l’apologie du Tigre pour les mêmes raisons, presque avec les mêmes mots. Les poursuites contre Caillaux auraient été accueillies comme une victoire par les officiers comme par les soldats. « Le jour où Le Petit Parisien est arrivé à Bechery (?), j’ai vu mes hommes accourir en fête, à croire que l’on avait pris Metz. » Je lui parle de la situation générale. « Extérieurement elle est mauvaise, me dit-il, intérieurement elle est bonne. » Je le pousse sur la question extérieure, il voit malgré tout les choses bien tourner. Mais ce sera pour l’année prochaine. Sur l’Italie, dont il me parle en fermant les yeux, il n’a pas de vues trop pessimistes. En revanche, il me trouve beaucoup trop noir. J’en ai eu la preuve tantôt, car il a appris ma nomination et me félicite en souhaitant que cet événement heureux dissipe mon pessimisme.

Je crois t’avoir dit les impressions de Bucher sur tous nos hommes de gouvernement qui ont tenu à causer avec lui, Briand, Viviani, Barthou, Leygues, etc. Bucher est effondré de leur puérilité et de leur ignorance. Briand peut-être plus que les autres.

Je crois bien que j’avais raison en pressentant la forte gaffe dans la reconnaissance de la Finlande. Milewski, que nous n’avions pas vu depuis quelques semaines parce que deux fois quinze jours de prison pour grippe, est arrivé tout plein de son sujet. Il ne revient pas de cette précipitation [2]. Maklakoff, avec qui il a dîné hier, lui a affirmé qu’on ne l’avait pas consulté, c’est parfaitement exact. Il avait vu Pichon la veille, il ne lui en avait pas soufflé mot, et, le lendemain, il apprend que c’est chose faite. La Finlande, nous dit Milewski, a été plus que boche durant toute la guerre, elle n’a pas fourni un volontaire à la Russie, mais, en revanche, a eu dans les rangs allemands une légion de trois ou quatre mille hommes qui a toujours combattu l’Entente. On lui donne une récompense humiliante pour les Russes qui restent fidèles et, politiquement, on donne à l’Allemagne tout le golfe de Finlande. Pétrograd ne sera plus qu’une bourgade. Je pense que ce n’est pas par amour pour la Russie que Milewski parle ainsi, mais bien parce que l’indépendance du royaume de Pologne serait bien compromise. Il voudrait que l’on trouve un moyen pour rattraper cela.

J’ai quitté la rédaction et Milewski pour aller au Père-Lachaise enterrer un vieux camarade, H. Gérard [3]. Je chemine derrière le corps avec Ribot à qui je parle de la séance d’hier [4]. Nous sommes du même avis en ce qui concerne la séance d’hier. On ne comprend pas pourquoi Clemenceau et Pichon n’ont pas fait précéder les interpellations d’une déclaration qui fut notre réponse. Au lieu de cela, Pichon a fait une sorte d’aveu d’impuissance à trouver une formule d’ensemble en accord avec tous les Alliés. Je demande à Ribot ce qu’il pense de l’intervention stupide de Briand, plaquée là on se sait pourquoi. Ribot me dit que Briand joue un jeu d’intrigue. Il me parle des bavardages de l’ancien président sur l’Alsace-Lorraine, que toute cette histoire bâtie sur la conversation de Coppet était enfantine, et Coppet lui-même prétend n’avoir jamais affirmé cette promesse allemande. Briand s’en tire en disant que Coppet père a complété ce que Coppet fils avait rapporté. « Quand on verra tout le dossier, a dit Ribot, on se rendra compte de la puérilité de cette histoire. » Il me parle aussi du rôle de Brocqueville dans l’affaire, disant blanc aux uns, noir aux autres. Le roi s’en est montré très irrité, il a retiré à Brocqueville son portefeuille et a failli lui enlever la présidence du Conseil.

Combe, notre rédacteur, qui est tout à fait acquis à Briand, était venu ce matin me dire d’un air à la fois grave et convaincu, alors que je faisais le procès de l’intervention inopportune de son chef de file : Mais Briand nous a dit dans les couloirs qu’il avait estimé devoir prendre la parole car, entre les Alliés, c’était une course au clocher à qui ferait le premier la paix. ? ? Puisse-t-il dire vrai ! Ce fut mon exclamation qui laissa mon homme abasourdi. Non, mais vois-tu cette raison !

Toujours l’esprit de l’escalier. Comme je reparle de Briand, cela me remet en mémoire le jugement de Bucher sur lui. Après avoir constaté sa parfaite ignorance, il ajoute que Briand semble toujours vous écouter en vue de se servir de ce que vous avez dit pour en tirer des arguments oratoires soit pour le Parlement soit pour les salons. Quant à discuter une question, quant à approfondir un point quelconque, jamais.

À l’Union, tout à l’heure, Gaiffier me demande si j’ai des nouvelles d’Italie. Celles qu’il reçoit sont très mauvaises. Il redoute le départ de Sonnino et la paix séparée. Je lui dis ce que je sais.

Veux-tu un mot assez amusant de Lachaud, le député radsoc ? Je le rencontre, il m’appelle au travers de la rue pour me raconter je ne sais quelle histoire d’interpellation. Clemenceau avait laissé sans réponse une question écrite qu’il lui posait.

Pichon n’avait pas cru pouvoir faire passer un consul devant un comité d’enquête nouveau, l’ayant déjà traduit une fois, et le consul ayant été frappé de six mois de suspension pour manquement grave. Lachaud trouvait la peine insuffisante. Clemenceau ne bougeant, mon Lachaud flanque une demande d’interpellation. Dans les vingt-quatre heures, il reçoit une lettre dans laquelle on fait droit à sa demande. Il me dit : Il est malin, le vieux singe – ce n’est pas un tigre.

À toi.

Et

[1] Pierre Bucher (1869-1921). Journaliste. Directeur de La Revue alsacienne illustrée. Il réclame la création d’un État alsacien-lorrain, étape du retour à la France. Clemenceau l’attache à l’ambassade de France à Berne (1918).

[2] La conférence de Brest-Litovsk est ajournée.

[3] H. Gérard (18-1918). Camarade de Nalèche. Il est enterré au Père-Lachaise le 12 janvier 1918.

[4] Le 11 janvier 1918 a lieu à la Chambre un débat sur la conduite diplomatique de la guerre. Y prennent part Mayéras, Thomas, Briand et Pichon.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *