31 décembre 1917

31 décembre 1917

 

Mon cher Pierre,

 

Les milieux marocains sont fort agités et on le comprend. Le gouvernement voudrait retirer du Maroc la plus grande partie des troupes qui y sont. Déjà, six bataillons auraient été rappelés et l’exode devrait continuer. Lyautey demeure très inquiet de ces velléités métropolitaines. Il prétend que le Maroc ainsi abandonné serait à la merci de la moindre insurrection. On se demande pourquoi le gouvernement prend d’aussi dangereuses décisions. Clemenceau, paraît-il, ne pardonnerait pas à Lyautey des propos qu’il aurait tenus sur son compte, propos vifs et sévères, et il chercherait à lui rendre la position intenable. Sous prétexte de récupérations de troupes pour notre front, on obligerait Lyautey à demander son rappel pour ne pas endosser de pareilles responsabilités. Voilà ce qui se dit au Comité de l’Afrique. Si la chose est vraie et si réellement Clemenceau songeait à dégarnir le protectorat pour faire pièce à Lyautey, ce serait un acte criminel, bien digne du reste du Clemenceau d’autrefois.

Si d’autre part le besoin de troupes était le vrai motif, le calcul serait bien mauvais car, pour récupérer quelques millions d’hommes, on serait sûrement obligé quelque temps après d’envoyer des corps d’armée. Je vais dès demain en écrire à Koechlin qui, très lié avec les Lyautey, doit être au courant et je verrai s’il n’y aura pas quelque chose à faire. Lyautey, lui, de son côté, est parfaitement capable d’ameuter l’opinion pour faire retomber les responsabilités sur autrui au cas où quelque avaro surviendrait. Il m’a cependant paru intéressant de te faire part de ces bruits dont le fond est vrai je crois.

Un informateur est venu me glisser dans le tuyau de l’oreille qu’on pensait déplacer le centre de ravitaillement de Châlons-sur-Marne au cas d’une attaque de ce côté. On envisagerait de même sérieusement l’évacuation complète de Reims. D’autre part, de pauvres diables arrivés de Nancy ce matin prétendent qu’on évacue la ville. ??? Somme toute, chacun croit que c’est sur son secteur qu’aura lieu le grand coup. Ce sera peut-être sur plusieurs à la fois.

Le petit correspondant de Florence [1] est revenu me voir. Il est bien inquiet de la tournure des événements politiques en Italie et ce qui le stupéfie, c’est qu’il trouve qu’ici on n’a pas du tout l’air de s’en rendre compte. Il a causé avec Clemenceau qui lui a parlé de l’Italie comme si rien n’était. Les quelques hommes politiques qu’il a vus lui ont paru être dans le même état d’esprit. Et cependant, d’après lui, le peuple italien est un peuple qui d’abord crève de faim et qui en a assez. Il faut s’attendre à quelque coup à l’arrière comme celui qu’ils ont fait à l’avant. De plus, la propagande allemande agit avec une habileté extraordinaire et plus des trois-quarts de la presse est aux mains des anciens neutralistes. Il n’y a qu’une chose qui puisse maintenir encore les Italiens, c’est la volonté anglaise. Pour combien de temps ?

À toi.

Et

[1] Il s’agit de Jean Alazard. Cf. lettre du 29 décembre 1917.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *