30 décembre 1917

30 décembre 1917

 

Mon cher Pierre,

 

Rien de particulièrement intéressant depuis ta bonne visite. Comme tu le sais, je t’ai quitté pour rejoindre Maurice Pernot. Il était mélancolique et moins causant que d’habitude. Il me dit que l’article gaffe du Temps d’hier lui semble avoir été écrit par Jean Herbette sous la dictée de Pichon. C’est la réponse à ta question lorsque tu me demandais si l’on se préoccupait de la solution à donner aux propositions des Centraux. Maurice Pernot me dit aussi que les articles de Gauvain sont excellents, mais qu’ils présentent un danger réel, non pas dans les idées qu’ils expriment qui sont la justesse même mais parce que les socialistes se les annexent et s’en font une arme contre le gouvernement, et une arme redoutable. – Cependant, dis-je, si le gouvernement ne veut pas faire ce que nous estimons être la sagesse, n’est-ce pas un danger aussi de ne pas le dire ? – Certainement, répond Pernot, mais la disparition du gouvernement en ce moment serait un cataclysme.

Je ne crois cependant pas que, si le cabinet prenait sur la question une attitude autre que celle que nous indiquons, sa chute en résulterait ipso facto. Il commettrait une grande maladresse, mais la majorité le soutiendrait dans cette voie dangereuse comme elle a suivi les ministres précédents dans toutes leurs fautes diplomatiques. Il aurait en tout cas plus des trois-quarts de la presse avec lui, n’est-ce pas ton avis ? Doit-on, parce que le ministère fait des choses excellentes pour la conduite de la guerre à l’intérieur, ne pas lui crier casse-cou lorsqu’il s’engage dans la voie dangereuse à l’extérieur ?

Rentré au Journal, j’eus la visite du sage Dietz. Il estime que la réponse est bien difficile pour l’Entente. S’il n’y avait que la France les choses seraient assez simples, mais il y a l’Italie, il y a les proclamations de Wilson. Mettra-t-on dans la réponse qu’on ne traitera qu’avec une Allemagne démocratique ? De plus, si la question belge, la question serbe sont faciles à régler, ajouterons-nous que nous demandons la liberté des Croates, Slavons et autres peuples asservis par l’Autriche ? Dans son article de ce soir, Gauvain assimile un peu ces peuples à ceux qui sont en train de conquérir leur indépendance en Russie. Peut-on réellement les unir dans les mêmes revendications ? Ceux-ci ont fait une révolution. Ceux-là n’en ont pas encore été capables ou ne l’ont pas voulu. Ils sont restés sous la domination autrichienne et, de gré ou de force, ont tenu leur partie dans les rangs ennemis. Le peuple comprendra-t-il que nous incorporions leur liberté dans nos buts de guerre, et voudra-t-il continuer la lutte pour le démembrement de l’Empire austro-hongrois ?

Il est certain que tout cela est très difficile et dépasse de beaucoup le pauvre Pichon qui n’est guère l’homme des décisions radicales, mais il serait pire que tout, et chacun s’accorde à le reconnaître, de garder le silence ; alors il faut parler. Un peu plus de précision de notre part peut en amener une plus prononcée chez les gens d’en face.

Maurice Pernot estime que si, en Italie, les Austro-Allemands n’avancent pas, c’est uniquement à la neige qu’on le doit, les ravitaillements à travers les montagnes étant des plus difficiles.

Vu un instant Peyerimhoff [1], que tu connais peut-être. C’est le secrétaire général des Houillères de France. Nous parlons naturellement de ce qui préoccupe tout le monde et de l’échéance de la guerre. Il me dit : Pendant ce temps-là, les Américains nous offrent froidement de prendre toutes les sources de la houille blanche de France non encore aménagées. Pour les aménager il faut compter trois ans. Voilà les jolies perspectives qui nous sont offertes !

À toi.

Et

[1] Henri de Peyerimhoff de Fontenelle (1871-1953). Maître des requêtes au Conseil d’État, il est secrétaire général du Comité central des Houillères de France depuis 1906 et pendant plus de trente ans.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *