29 décembre 1917

29 décembre 1917

 

Je suis arrivé sur tes talons tout à l’heure, mon vieux Pierre, désolé de t’avoir manqué à cause d’une réunion de Jaffa [1].

Le discours de Clemenceau a fait grand effet hier. On a eu l’impression que, s’il parlait, ce n’était pas pour nous placer de belles phrases mais bien pour faire de la besogne. La Chambre presque entière lui a donné raison. Il a tranché sur tous les discours des Briand, des Viviani et même des Ribot. Cet homme, qui est dangereux par bien des côtés, est le seul qui puisse faire accepter certaines choses car on sent qu’il ne tergiverse pas et qu’il s’adresse à toute la Chambre sans chercher à savoir l’effet qu’il produira sur tel ou tel groupe, adoucissant pour celui-ci, renforçant pour celui-là et cherchant à plaire à Dieu et au diable.

Si tu as lu L’Humanité, tu as dû voir qu’elle nous tresse des couronnes à cause de l’article de Gauvain et malgré le procès qu’il fait à Sembat. Détail assez amusant sur la bonne foi des journaux dits bien-pensants. Le Figaro reproduit uniquement le passage sur Sembat avec ce titre : Les Débats font la leçon aux socialistes. Quant au reste, pas un mot, sans doute cela ne souriait-il pas à notre belliqueux Capus.

J’ai su aujourd’hui par quelqu’un qui se trouvait hier à la censure lorsque notre épreuve est arrivée qu’il y avait eu un peu d’affolement, les pauvres censeurs diplomatiques étaient aux champs. Ils ont téléphoné aux Affaires étrangères, au président du Conseil. Finalement on leur a conseillé de laisser faire. L’article de ce soir est encore très bien mais pourvu que, lorsque Gauvain en arrivera à préciser, il ne nous mêle pas trop de Yougoslavie. Quand j’ai dit à notre collaborateur mon avis, c’est-à-dire que je trouvais un grand pas fait par l’Allemagne, il m’a répondu : certainement, c’est un grand pas, mais c’est aussi une manœuvre. Sans doute, mais ils ont malgré tout donné à leurs propositions une forme solennelle qu’il ne dépend plus d’eux de retirer. Que va-t-on répondre ?

On m’a dit aujourd’hui un mot assez étonnant qui aurait été prononcé par Deutsch de la Meurthe dont tu sais sans doute les attaches et les relations très intimes avec Vienne. Deutsch aurait dit à un ami de Liesse : Vous pouvez être tranquille, ils y viendront à donner l’Alsace-Lorraine non pas purement et simplement mais contre une compensation coloniale. Deutsch est un internationaliste convaincu, il doit être là le reflet d’opinions d’un certain parti en Allemagne et en Autriche. Te souviens-tu d’un mot que j’avais dit aux personnages avec qui nous avions dîné et que je regrettais d’avoir laissé échapper ? Je ne sais pourquoi cette conversation me revient à la mémoire.

Je ne me rappelle plus si hier je t’ai parlé d’une visite de notre petit correspondant de Florence [2]. Je lui reprochais d’avoir été dans ses lettres beaucoup trop élogieux pour des personnages qui avaient été d’ardents neutralistes et qui sont à l’heure actuelle avec nous beaucoup plus en apparence qu’en réalité. Il me répondit que la situation était vraiment très difficile, il s’agissait pour le moment de maintenir l’état moral italien et qu’en attaquant on risquait de voir arriver ce que l’on redoute terriblement. Je lui ai dit qu’il ne s’agissait pas d’attaquer mais de ne pas avoir l’air dupes, que de plus nous ne gagnerions rien à paraître flatter ceux qui étaient et qui restent nos ennemis. Ce n’est du reste pas avec ce système que nous maintiendrons les Italiens. J’ai retenu de sa conversation le point suivant, c’est que ceux qui vivent là-bas n’ont aucune confiance dans la durée des sentiments italiens à notre égard. Je doute malgré tout qu’ils osent se séparer de l’Angleterre. Le petit Alazard me dit que la situation de Sonnino devient de jour en jour plus difficile, sinon encore impossible.

Dans la soirée, j’ai longuement causé avec un jeune Arabe fort cultivé,Wacyf Boutros-Ghali [3], fils du fameux Boutros [4] qui fut assassiné au Caire. Boutros-Ghali est ici et prépare un gros livre où il cherche à prouver la fausseté de la légende que l’Islam serait opposé à tout progrès, à toute civilisation. Le Coran en main et l’histoire sous les yeux, il démontre que c’est l’influence turque qui figea ainsi l’Islam.

Je l’interroge sur le royaume arabe. Le roi du Hedjaz, me répond-il, a des vues beaucoup plus étendues qu’on ne le croit, et un jour viendra où l’on s’en rendra compte. Il n’aspire pas moins qu’à reconquérir tout ce qui est arabe, par conséquent une partie de la Syrie et… la Mésopotamie. Il lutte contre le khalifat turc, c’est son objectif actuel, mais son espoir est de refaire le grand royaume arabe. Il est venu deux fois au Caire où il a vu beaucoup de monde. Il est très cultivé et parle plusieurs langues. Les journaux français, me dit Boutros-Ghali, ne suivent pas du tout le mouvement arabe, ils ont tort car il est très intéressant. Le Temps, parfois, met en caractères spéciaux de notre correspondant particulier certaines informations vieilles de plus d’un mois et qu’on aperçoit généralement au lendemain de l’arrivée des journaux.

J’avais suivi d’assez près autrefois ce mouvement arabe, j’avais même reçu les malheureux délégués que les Anglais ont berné de la pire façon. Après les avoir poussés, Londres les a tout à coup lâchés, les ayant trouvés inquiétants.

Le bon Cochin a cru bon de me mettre au courant de ce qui s’était passé pour la candidature Joffre à l’Académie. Il a reçu, étant directeur, une lettre du maréchal lui disant qu’on lui avait laissé entendre que sa candidature serait bien vue par l’auguste compagnie et qu’il serait très honoré d’être accepté dans son sein. Cochin lut la lettre à ses confrères et fut prié d’aller dire au brave guerrier que l’Académie serait sans doute très heureuse de l’accueillir mais qu’il fallait suivre la filière et poser sa candidature au fauteuil de Claretie. Joffre parut très étonné qu’on lui appliquât les règles ordinaires, mais il finit par s’incliner d’assez bonne grâce.

Ce détail m’est donné par Cochin dans un mot qu’il me fit porter ce matin à la première heure et dont je n’ai fait aucun usage. Il termine son billet en me disant qu’il aurait désiré la double élection de Joffre et d’Amette, mais ce dernier a refusé pour ne pas chagriner Baudrillart. Cochin est désolé qu’une aussi grandiose manifestation soit manquée.

À toi.

Et

[1] Nalèche est administrateur de la Compagnie des chemins de fer Jaffa-Jérusalem.

[2] Il s’agit de Jean Alazard.

[3] Wacyf Boutros-Ghali (1878-1958). Égyptien. Écrivain. Il publie des poésies arabes, entre autres Le jardin des fleurs. Il est le fils de Boutros Boutros-Ghali, le ministre assassiné.

[4] Boutros Boutros-Ghali (18-1910). Égyptien. Homme d’État. Il est assassiné au Caire en 1910.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *