28 décembre 1917

28 décembre 1917

 

Mon cher Pierre,

 

Tu as lu la réponse des Empires centraux [1]. Elle est très grave. Les Allemands font là un pas sérieux en avant. C’est du moins l’impression que j’en ai retiré quand j’ai pu la relire le soir un peu tranquillement. Sont-ils sincères ? Évidemment c’est douteux, mais ils veulent en tout cas mettre les Alliés dans la position la plus difficile et leur laisser la responsabilité de la continuation de la guerre. Je redoutais beaucoup ce matin l’article de Gauvain, je craignais qu’il n’y mêlât les questions de nationalités dans l’empire austro-hongrois. Il aurait ainsi à mon sens beaucoup rapetissé la portée de son article. J’ai eu la satisfaction de voir que nous étions tout à fait d’accord sur la nécessité de ne pas laisser cette proposition sans réponse et d’établir nous aussi à quelles conditions nous consentirions à poser les armes. Ces conditions peuvent être inacceptables pour nos ennemis mais, quelles qu’elles soient, faut-il encore les formuler. Gauvain a fait un excellent article, je suis bien sûr que tu l’apprécieras comme moi.

Ces propositions allemandes, Pichon a dû certainement les connaître dans la nuit ou à la première heure ce matin car il a écrit son discours et il n’aurait pas pu le faire dans les deux heures qui ont précédé la séance. A-t-il eu tort ou raison de rejeter ainsi a priori toute discussion, les deux thèses peuvent se défendre.

Gauvain, qui a assisté à la séance, prétend que le discours n’a pas fait un grand effet, la voix était faible et surtout le ministre ne paraissait pas très convaincu de ce qu’il disait. Il semblait que sa bouche énonçait les idées d’un autre, et c’est bien possible. Depuis que j’entends Pichon, je l’ai toujours connu très sombre, j’attribuais cela pour beaucoup à son éloignement du pouvoir. Généralement, les hommes qui ne sont pas au pouvoir trouvent toujours que cela va mal. Mais depuis qu’il est au Quai d’Orsay, je ne l’ai pas trouvé plus optimiste.

Quoi qu’il en soit, les nouvelles de Brest-Litovsk connues au Sénat y ont apporté la plus grande émotion. Les uns trouvaient que la paix était en marche, les autres une nouvelle fourberie teutonne dans ces propositions. Somme toute, on a envisagé cette amorce avec plus de sérieux que les précédentes.

À la Chambre, Gauvain et les Débats ont eu les honneurs de la séance. Marius Moutet en a fait grand éloge et a cité des passages d’articles. Ce sont les socialistes qui nous ont ainsi approuvés, peut-être du reste voient-ils ici plus clair que nos amis.

En même temps que je réfléchissais à tout cela, je recevais de Londres une lettre dont je comptais te donner ce soir quelques extraits. Je l’ai malheureusement encore aujourd’hui laissée sur ma table. Je vais tout au moins t’en dire la substance. La première partie traite des embarras de Lloyd George avec le Labour Party dont Henderson est le grand homme. Mon correspondant en trouve la preuve en ce que Lloyd George, pour qui il y a quelques mois Henderson était un fourbe, un traître [2], déclare aujourd’hui dans son discours qu’Henderson est le plus honnête homme de la terre, l’homme qui a le plus de bon sens de l’Angleterre. Le Premier ministre qui ne peut gouverner sans le Labour Party, a besoin d’Henderson ne sachant comment se tirer des promesses faites avant son arrivée au pouvoir et de celles que lui-même a consenties. On ne sait comment tout cela tournera, car sans le travail des usines, sans les munitions, il n’y a pas de guerre possible.

Cette lettre contient encore une chose bien curieuse et qui, je l’avoue, n’avait pas éveillé mon attention, pas plus du reste que celle d’aucun journal français, et pour cause, puisque nous n’avons jamais en France que des textes tronqués. Il s’agit d’un passage du dicours de Lloyd George dans lequel il fait retomber la responsabilité de la guerre sur la vicieuse et misérable caste militaire prussienne dont l’ambition a obligé l’empereur à suivre ses voies. Cette caste militaire aurait même envisagé la déposition de l’empereur si ce dernier avait résisté et son remplacement par un autre personnage plus docile aux sommations impérieuses des hobereaux. Mon correspondant ajoute que cette allusion à un pauvre empereur bien pacifique mais obligé de faire la guerre pour sauver sa couronne n’a pas dû être livrée au hazard, elle a été sérieusement mûrie et pesée. Il ne faut pas la prendre pour une boutade.

Ne te semble-t-il pas que nous voici assez loin des imprudentes paroles d’Asquith reprises plus tard par Wilson ?

Dans la soirée, je suis allé voir Pallain [3] avec lequel j’ai bavardé une bonne demi-heure. Nous parlons naturellement de la grande question du jour. Il trouve cela très grave lui aussi. Il se demande si on prête assez d’attention aux sentiments populaires et il me dit ceci que je te répète confidentiellement : Le ministre des Finances s’est décidé à donner le résultat de l’emprunt. La plus grosse partie a été souscrite par la Banque de France, mais croiriez-vous qu’il n’y a pas une seule souscription ouvrière. À Saint-Étienne par exemple où nous avons fait une grosse propagande, pas une souscription, à Limoges de même et dans toutes les villes ouvrières. Il y avait là un mot d’ordre auquel ils ont tous obéi. C’est significatif, ne te semble-t-il pas ?

Ceux qui ont la charge de conduire le pays feront bien de faire attention. Nous sommes à un tournant redoutable !

En dehors de tout cela, Pallain m’a raconté que, si Caillaux l’avait poursuivi de sa vindicte, il n’en était pas moins vrai que c’était à lui, Pallain, que l’ancien ministre devait son entrée aux Finances. Ils étaient trois candidats au concours de l’Inspection, fils de ministres du 16 mai. Le père Tirard [4] ne voulait pas les prendre. Le père Caillaux, désolé, est venu trouver Léon Say qui délégua Pallain auprès du ministre des Finances. Pallain plaida la cause et la gagna.

Sur la situation militaire, j’ai eu quelques nouvelles ce matin par un ami qui est à Versailles et qui m’a téléphoné. Après des moments assez durs, on estime que cela va beaucoup mieux un peu partout. On cherche même en ce moment à faire quelque chose en Russie dans le sud, et ces tentatives laisseraient quelqu’espoir de succès.

De toi à moi, je n’ai pas grande confiance dans ces essais ; si on pouvait compter sur un parti quelconque appliquant un plan déterminé, peut-être cela marcherait-il, mais nous avons à faire à des gens qui vont tantôt à gauche et ne savent guère ce qu’ils veulent. De plus, on avait fondé de l’espoir sur une armée arménienne qui avait été formée avec beaucoup de soin. Voici que le nouvel état musulman assassine les Arméniens avec la complicité des bolcheviki, partant des Allemands, contre lesquels cependant cet état s’est soulevé. Tout cela n’est pas rassurant.

            Good night.

Et

[1] A Brest-Litovsk, les représentants des Empires centraux font connaître leurs conditions de paix.

[2] Cf. lettre du 19 août 1917.

[3] Au siège de la Banque de France, 48, rue Croix-des-Petits-Champs, Paris, Ier.

[4] Pierre Tirard (1827-1893). Homme politique. Député modéré de la Seine (1871-1883). Sénateur inamovible (1883-1893). Ministre des Finances à de nombreuses reprises entre 1882 et 1893.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *