26-27 décembre 1917

26-27 décembre 1917

 

Mon vieux Pierre. Je n’ai pas eu une minute hier pour mon pensum. J’ai cependant vu beaucoup de monde mais n’ai rien entendu de fameusement intéressant. Défilé de quémandeurs, écrivains dont la conversation ne méritait guère d’être retenue. Le soir le dîner fut assez agréable, dix-huit personnes, par conséquent on pouvait respirer à l’aise.

Le bon Bourdeau était là. Nous avons parlé du congrès de la CGT et chacun avait noté l’absence du mot Alsace-Lorraine dans l’ordre du jour voté à la fin de la session. On constatait que Lloyd George n’en avait pas dit un mot, Wilson s’était tu, ces abstentions ne laissent pas que d’être troublantes. Dans son manifeste publié ce matin, il est vrai que le Labour Party parle de nos provinces mais c’est pour les soumettre à un referendum.

Tu as dû voir que l’agence Havas répond ce matin à Lysis. C’est bien ce que je croyais, le projet exposé par Goschen n’a jamais été porté à la direction de notre agence. Elle a eu un traité avec Wolff mais l’agence Reuter était dans les mêmes conditions. On a fait marcher Lysis en ne lui fournissant qu’une partie du document Goschen. Je trouve cela un peu léger de la part de cet homme dont la faveur du public fait maintenant un grand esprit politique.

Bonnet, le directeur du Suez, va m’envoyer une lettre de Ballin à Rathenau [1] où la situation maritime commerciale allemande est dépeinte sous les couleurs les plus noires. Cette lettre, auquel le journal Le Journal fait une allusion ce matin, serait très intéressante. Il n’y aurait qu’un point noir. Est-elle bien authentique ? Elle a été publiée la première fois par le Daily Chronicle. Ce journal, qui a eu toutes les faveurs du gouvernement britannique, est cependant un peu canardeux. C’est lui qui a lancé le mariage et la fuite de la grande-duchesse Tatiana et l’évasion du czar. Il est vrai qu’elle est reprise par un journal technique et très sérieux de Liverpool. Je compte la publier, d’autant plus que je serai peut-être le seul à en avoir le texte complet.

Nous avons reçu et publié, et tu les liras ce soir, les propositions du comte Czernin aux Russes et à tous les Alliés. Tu verras ce que tu dois en penser. Je n’ai lu cela que très sommairement mais à première vue cela ne me paraît pas être une très bonne graine pour la germination. Je l’étudierai ce soir car tout à l’heure je dois aller présider mon Comité des Victimes du devoir.

Maurice Pernot n’est pas très content de l’article de Lazare Weiller. Il a raison car je t’ai dit en son temps ce que je pensais de la lettre de Gasparri qui a enthousiasmé ce bon Cochin alors que le prince de l’Église reste parfaitement sur ses positions. Ceci à part, et journalistiquement, la communication de Lazare Weiller n’est pas une mauvaise chose, de plus elle est très modérée.

Maurice Pernot est de l’avis de Gauvain pour les affaires militaires italiennes. Je t’envoie ce soir la seconde lettre du neveu. Elle t’intéressera.

Ton vieil

Et

[1] Walter Rathenau (1867-1922). Allemand. Industriel. Homme de lettres. Homme politique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *