25 décembre 1917

25 décembre 1917

 

Mon cher Pierre,

 

Ce jour de Noël est très calme. Je n’ai donc pas grand-chose à signaler au tableau.

J’ai appris que demain tu faisais concurrence à notre dîner et que par conséquent nous n’aurons pas le plaisir de te voir chez Lapérouse.

Puisque tu as convié Maurice Pernot à ta table splendide, voudrais-tu lui remettre de ma part la lettre du neveu [1] en lui recommandant de me la restituer dès le lendemain. Tu pourrais peut-être lui ajouter quelques-uns des commentaires de Gauvain si tu t’en souviens. Pour ne pas t’obliger à relire ma prose, voici en substance ce que tu pourrais lui faire observer comme venant de la bouche de Gauvain. Les militaires ont une tendance toujours à considérer les Alliés comme des auxiliaires salariés. Dans le cas présent, ce sont les Français qui sont venus en Italie comme des auxiliaires. Ils n’ont donc pas à jouer le premier rôle. Ils doivent d’autant moins le prendre que les troupes auxquelles ils ont affaire sont moins sûres et moins courageuses car ils endosseraient les plus redoutables responsabilités.

Les deux points de vue, comme tu t’en rends compte, peuvent se soutenir. Il serait même très bon que Pernot qui est très bien avec Sarrail et par suite très enclin à partager son avis d’autant plus que cet avis est contraire à celui de l’homme néfaste de Rome, que Pernot donc connaisse la thèse de quelqu’un qui n’a aucun parti pris dans l’affaire.

L’Homme libre de ce matin, sous la signature de Lysis [2], publie un rapport de Goschen où l’agence Havas est mentionnée comme ayant un traité avec Wolff et une société composée des plus grandes firmes allemandes en vue de soutenir l’Allemagne à travers le monde. Certainement, l’Havas a eu des accords avec les agences télégraphiques des autres pays et j’ai dit maintes fois que cet organisme était un véritable danger. J’avais même essayé à un moment de rallier les débris de l’Agence nationale pour remonter une agence qui serait sûre et indépendante. Il aurait fallu bien peu d’argent, nous avons été deux à mettre une petite somme. En dehors de nous, personne n’a marché, ni établissements de crédit, ni administrations, ni entreprises. Malgré tout, l’agence Havas ne s’est pas trop mal tenue depuis la guerre et je crois bien que la convention qu’on lui reproche n’a jamais été proposée ni envisagée. Il est très vraisemblable que les Allemands aient pensé à elle comme ils ont pensé à Reuter. Ce doit être Radio qui est au fond de tout cela et Radio, je t’en ai déjà raconté les dessous, ne donne pas des garanties beaucoup meilleures. J’ajouterai même qu’il y a dans cette agence un peu trop de métèques pour nous donner confiance. Maurice Pernot pourrait te donner son avis sur Radio qui, sur dix dépêches en donne huit fausses. Ce qui est significatif, c’est que l’agence du gouvernement est attaquée dans l’organe du président du Conseil. Drôle d’époque.

À toi.

Et

[1] Cf. lettre du 24 décembre 1917.

[2] Eugène Letailleur (1869-1927). Historien. Journaliste. Il écrit sous le pseudonyme de Lysis. Ancien collaborateur du Journal des Débats.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *