24 décembre 1917

24 décembre 1917

 

Lallemand [1], qui a été nommé secrétaire général de l’Intérieur, a su conquérir la faveur de Clemenceau d’une façon assez amusante. Il était préfet de la Loire lorsque le Tigre était à l’Intérieur et il eut besoin de voir son patron. Il insista vivement pour être reçu et Clemenceau finit par l’accueillir, mais de son ton rapide et sec lui dit : M. le Préfet, je ne vous permets qu’un mot, un seul. Lallemand lui dit : Galette, M. le Président. On était à la veille des élections. Ce mot fit sa fortune.

Voici la lettre du neveu, tu la liras et tu me la renverras. J’en ai parlé à Gauvain comme je te le disais ce matin, mais celui-ci n’est pas de l’avis de Brinon. Il regrette évidemment que les généraux se chamaillent, mais il se dit qu’on ne peut mettre dans un protocole le cas de défaite. De plus, il estime qu’il serait d’autant plus dangereux de prendre le commandement que les troupes seraient plus mauvaises. Ce n’est pas parce qu’il y aurait un généralissime français qu’elles se battraient mieux et on ne manquerait pas de lui faire endosser la responsabilité des déroutes possibles. Les militaires, ajoute Gauvain, font leurs plans et ne tiennent aucun compte des réalités. Il serait inadmissible dans un pays quelconque que le commandement n’appartienne pas aux originaires du sol. Les Français sont venus en Italie comme auxiliaires, ils ne peuvent sortir du rôle d’auxiliaires. Il y a du vrai dans le raisonnement de Gauvain, mais dans un pays comme l’Italie, celui des militaires se comprend aussi lorsqu’ils voient les résultats obtenus par le commandement et qui sont le rebours de la victoire. Quoi qu’il en soit, tout cela n’indique pas un état d’esprit bien fameux et on reste inquiet de l’avenir de nos troupes et de la cause des Alliés de l’autre côté des Alpes.

D’une assez intéressante lettre reçue d’Amérique, je tire cette conclusion que la guerre est une question de patriotisme américain. C’est la lutte contre l’opposition franche ou sournoise des éléments non américains parce que plus récents. Les Américains qui soutiennent la guerre croient que ceux qui lui sont opposés sont poussés non pas par l’intérêt américain mais par patriotisme pour leur pays d’origine. La majorité veut trancher cette question une fois pour toutes. Elle l’estime aussi importante que celle de l’abolition de l’esclavage. Par certains côtés, la situation intérieure pose la question de la suprématie anglo-saxonne. Le correspondant en question n’hésite pas à se prononcer de la façon la plus ferme pour le triomphe de l’anglo-saxonnisme. Pour lui, c’est une crise « d’assimilation d’éléments indigestes par un organisme anglo-saxon ». Ils seront infailliblement assimilés ou rejetés, mais l’organisme restera anglo-saxon, non pas britannique, mais américain. De cela, mon homme déduit les corollaires suivants : Un résultat incertain de la guerre amènerait un résultat incertain en Amérique. L’attitude de l’Amérique dans la guerre – celle de la grande majorité qui entraîne tout le pays – dépend beaucoup de la durée de la résistance se rattachant aux pays d’origine. Si l’Allemagne veut vraiment la paix, elle ferait bien de dire aux pro-Germains d’Amérique de se tenir tranquilles.

Cette opinion de la part d’un homme habitué à voir et à réfléchir m’a paru intéressante à signaler.

À toi.

Et

[1] Charles-Antoine Lallemand (1868-19). Homme politique. Préfet de la Loire (20 octobre 1911-4 décembre 1917), il est nommé secrétaire général du ministère de l’Intérieur en décembre 1917. Il est mis en disponibilité sur sa demande le 4 décembre 1917.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *