23 décembre 1917

23 décembre 1917

 

Autour de l’affaire d’hier, quelques mots de Clemenceau chez qui le vieil homme reparaît toujours.

Plusieurs députés le questionnaient sur la juridiction à laquelle serait déféré Caillaux : « Oh ! vous savez, dit-il avec ce ton bref qu’on lui connaît, c’est encore le Conseil de guerre que je préfère, mais si c’est la Haute Cour que l’on décide, dites-vous bien qu’il est plus facile d’attendrir un gendarme que trois cents vieux sénateurs. »

À côté de Caillaux, lui dit-on, vous en avez beaucoup d’autres, Bolo par exemple. « Oh ! pour celui-là, les pieds suffiront. »

Combe, qui est assez lié avec Ignace, lui fait observer que le gouvernement s’est engagé dans une bien grosse affaire et que si l’on n’a pas de preuves absolues, cela pourrait ne pas bien tourner. Ignace répond en souriant : Laissez faire, chaque chose viendra en son temps et vous pouvez vous rassurer.

D’autre part, on me dit que, ces jours-ci, il est venu des faits écrasants pour Malvy dont la cause paraît pour le moment écrasée par l’affaire Caillaux et qui a perdu beaucoup de son intérêt.

Cependant il y a une contrepartie, en voici l’expression. Franklin, notre collaborateur directeur de l’agence Havas, me demande ce que je pense de la séance d’hier. Je le lui dis. Le discours de Caillaux, très habile pour l’Assemblée, ne tient pas à la lecture, et déjà beaucoup de ceux qui l’ont entendu sont revenus sur l’impression première. Je crois que Caillaux a plutôt desservi sa défense devant le juge d’instruction. Franklin me dit : Il y a cependant une chose que je suis presque seul à savoir, je vous le dirai un jour, mais il y a dans le dossier une pièce faite ou prise par Clemenceau qui est manifestement un faux. L’affaire s’engage donc exactement comme l’affaire Dreyfus. Il est effroyable de penser que la haine puisse aller jusqu’à ou fabriquer un faux ou admettre comme vrai un document que l’on sait parfaitement être un faux. Je te signale cela confidentiellement quant au nom de l’auteur, mais il m’a paru bon de te l’indiquer.

Voici la lettre anglaise dont je te parlais hier :

« J’ai été heureux de voir hier et avant-hier les journaux reproduire un passage des Débats demandant une déclaration nette, précise sur les buts de guerre. Il ne faut pas se le dissimuler, il y a un ennemi commun, il n’y a pas de buts communs.

La mer pour les uns, l’Alsace-Lorraine pour les autres, le Trentin, l’Italia irredenta pour d’autres encore, et ainsi de suite. Le seul but commun anglo-français-américain, c’est la Belgique et le Nord de la France.

Sur la mer, l’Angleterre et l’Amérique sont en désaccord ; sur la guerre économique, l’Amérique n’est d’accord ni avec l’Angleterre ni avec la France ; sur l’Alsace-Lorraine, les officiels anglais disent ceci, le pays s’en soucie comme un poisson d’une pomme. En août, le parti ouvrier, dans son memorandum destiné à la conférence (avortée) interalliée, demandait que les infortunés habitants d’Alsace-Lorraine eussent la liberté de satisfaire leur inflexible désir d’être rendus (rattachés) à la République française.

            Le memorandum du Labour movement qui sera soumis à la ratification du parti le 28 décembre, presque exactement semblable au premier, dit que le parti demande que les habitants d’Alsace-Lorraine, conformément aux déclarations des socialistes français, aient la liberté, sous la protection de la Ligue des nations, de décider quel sera leur statut politique futur.

            C’est le referendum que recommande Wilson, et la nuance est sensible.

Je suis beaucoup le mouvement ouvrier, et je vois leur désir se préciser de plus en plus de préciser et de resserrer les buts de guerre. Pour eux ils en sont, comme disait Churchill l’autre jour, en août 1914. Plus tôt on s’expliquera franchement sur tous ces buts de guerre, mieux cela vaudra, car si, autour du tapis vert, l’Entente n’est pas d’accord, elle sera hostile en détail. Et l’Amérique marchera sur les discours Wilson et sa réponse au pape. Au fond, ce qu’il y a de navrant, c’est que personne ne parle franchement et que partout il y a des arrières-pensées. Étant donné l’humeur des ouvriers anglais, c’est dangereux…

… Ils ont maintenant l’impression que, comme dit James Henry Thomas, « on s’est écarté en quelque sorte du noble but » de 1914. Or je ne vois pas le gouvernement qui tiendra debout si on veut finasser…

Il y a toutes sortes de possibilités, même celle d’une élection générale avant le vote définitif de la loi électorale. Cela priverait du droit de voter presque tous les ouvriers qui seront alors furieux, et le sort du gouvernement élu ou maintenu dans ces conditions ne sera guère enviable. Avec ou sans vote, les ouvriers ont toujours un moyen redoutable et infaillible de se faire écouter. Et ce danger marque la limite des pouvoirs et de la puissance d’un gouvernement britannique.

Donc, pour l’amour de Dieu, que l’on précise un peu les buts de guerre et que l’on tâche de se mettre d’accord. Car autrement, qui en profitera ? … »

À toi.

Et


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *