22 décembre 1917

22 décembre 1917

 

On vient de sonner l’alerte, tout est éteint, mais Pervenche [1] n’a pas voulu descendre à la cave, elle craint d’y prendre froid. Je t’écris donc du coin du feu habituel. J’espère que mon papier ne sera pas interrompu par quelque bombe de Gotha en balade. Pauvre maison, elle n’est ni haute ni solide, le moindre projectile gros comme une noix la ferait s’affaisser comme une galette. La Chambre devait encore siéger lorsque la sirène a parcouru le pays, je serais curieux de connaître la sensation de l’Assemblée. Il est vrai que la cage a dû être plongée dans l’obscurité et on aura tourné la clef des inepties.

Il est certain que Caillaux, dans la matinée, a fait beaucoup d’impression sur la Chambre [2], nous avons indiqué cela dans une note et je ne sais si je ne dois pas un peu le regretter, beaucoup de gens me semblent prendre assez mal cette constatation qui est cependant la pure vérité. À la lecture, le discours, qui a fait un si grand effet à la tribune, ne tient guère et me paraît très faible. À la Chambre même dans la soirée, et c’est ce qu’on m’a téléphoné, on dit beaucoup que Caillaux a été un admirable artiste, qu’il a fait là un joli tour de force, mais que cela ne l’empêche pas d’avoir été l’ami d’Almereyda, de Bolo et d’un tas de fripouilles. Le marquis de Moustier à qui je raconte que, pendant la séance, lorsque Caillaux ou Renaudel cherchaient à démontrer la faiblesse des arguments du réquisitoire, Clemenceau avait, en regardant Ignace [3], une sorte de clignement d’œil qui disait : Allez toujours, vous ne vous doutez pas de ce que je possède dans mon sac, le marquis de Moustier donc me dit : je suis à la Chambre admirablement placé pour observer, et je voyais aussi bien l’orateur que les membres du gouvernement. Je ne regardais pas Caillaux mais je regardais Clemenceau, et je puis dire que pas un muscle de son visage n’a bougé et sa physionomie constituait cependant tout l’intérêt de la séance.

La Chambre était gardée aujourd’hui par des Zouaves. L’un d’eux, en faction baïonnette au canon, s’adresse à mon camarade Gaston Dumesnil [4], député d’Angers, parce qu’il est décoré et croix de guerre et lui demande : Celui-là, c’est-y Caillaux ? et il montrait l’ancien président du Conseil. – Oui, répond Dumesnil, c’est bien M. Caillaux. – Ce tas de vaches là ! Dire qu’on ne peut pas leur flanquer de ça ! et il montrait sa baïonnette.

Tu as vu qu’à l’Institut, le Juif a passé avant le dominicain au grand dam de ce pauvre Picavet qui était bien le plus méritant. Comme ce sont bien les mœurs du XXe siècle ! Lévy-Bruhl [5] et le Père Sertillanges [6] faisant un compromis. Cette fois-ci, ce n’est pas le dominicain qui a allumé l’incendie. J’ai beaucoup chagriné le brave Joly qui tenait pour Sertillanges en bon clérical qu’il est, en lui disant que seul Picavet méritait le prix d’honneur.

L’ambassadeur Nekludov est venu me lire un travail assez intéressant qu’il a fait pour La Revue des Deux Mondes sur l’entrevue de Bjorkoe. C’est assez intéressant car le czar avait signé sans se rendre compte des conséquences d’un pareil acte. C’est le comte Lamsdorf [7] qui lui ouvrit les yeux. Le czar conçut de ce jour-là l’hostilité la plus vive contre Guillaume II, et cette fourberie de l’empereur d’Allemagne fut la cause de bien des événements qui se déroulèrent dans la suite. J’ai écrit à Doumic pour lui recommander ce papier.

J’avais compté te donner ce soir quelques extraits d’une lettre très intéressante et peu affriolante que j’ai reçue de Londres. Je l’ai bêtement laissée sur mon bureau. Je voudrais la faire lire à Gauvain pour le cas où il donnerait une suite à son article d’hier ; s’il ne fait pas cette chronique, demain, je t’en écrirai.

À toi.

Et

[1] Sa femme, Mme Étienne de Nalèche (1867-19). Née Julia Pervenche de Mesnard de Jannel de Vauréal. C’est la seule fois où Nalèche parle de son épouse en la nommant par son prénom.

[2] A la suite d’une séance mouvementée, la Chambre vote la levée de l’immunité parlementaire de Caillaux et Loustalot.

[3] Édouard Ignace (1862-1924). Avocat. Homme politique. Sous-secrétaire d’État chargé de la Justice militaire du 17 novembre 1917 au 19 janvier 1920. Son nom est associé à tous les grands procès pour intelligence avec l’ennemi.

[4] Gaston Dumesnil (1879-1918). Avocat. Homme politique. Député Fédération républicaine du Maine-et-Loire (1914-1918). Secrétaire de la Chambre des députés (1916). Blessé et décoré de la croix de guerre avec palmes (1915). Chevalier de la Légion d’honneur (1916).

[5] Lucien Lévy-Bruhl (1857-1939). Normalien. Professeur de philosophie à la Sorbonne. Il est l’auteur de nombreux ouvrages dont La Philosophie d’Auguste Comte, La mentalité primitive. Il est élu à l’Institut de France en 1917.

[6] Père Antonin Sertillanges (1863-1948). Dominicain, professeur de philosophie à l’Institut catholique de Paris (1900-1922), secrétaire de rédaction de la Revue thomiste.

[7] Nalèche se trompe d’orthographe. Vladimir Nicolaïevitch Lanmsdorff (1845-1907). Russe. Homme politique. Ministre des Affaires étrangères des tsars Alexandre III et Nicolas II. En 1905, il négocie le traité de Porthsmouth avec le Japon. A son retour, il apprend que le tsar Nicolas II a signé le traité de Bjorkoe avec l’empereur Guillaume II sans l’avertir.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *