21 décembre 1917

21 décembre 1917

 

Mon cher Pierre,

 

Je reçois à l’instant une lettre du neveu. Je te la communique, tu y verras que les choses ne s’améliorent guère et que B., c’est Barrère, continue à jouer son jeu. Je trouve ces hommes-là aussi coupables que Caillaux, et cependant ils récoltent honneur et profit. Si Caillaux trahit son pays en voulant faire une paix honteuse, ceux-là conduisent à la défaite. Tu sais que Serrigny [1] est peut-être l’intelligence la plus lumineuse de toute notre armée. Enfin tu liras, et Maurice Pernot nous complètera ce que la lettre ne nous dit pas.

Beauregard m’avait dit hier que les Anglais avaient subi des pertes effroyables, mais les députés sont sortis de la commission de l’Armée absolument effondrés car, la langue lui a-t-elle fourché, Clemenceau avait donné le chiffre fantastique de deux cent cinquante mille. On s’efforça de leur faire comprendre que si les Anglais avaient perdu un pareil nombre d’hommes, les Allemands seraient en marche sur Paris. Une centaine, ce n’est déjà pas mal. Bardoux, en nous racontant cette tape à laquelle il a assisté, nous disait que nos Alliés répugnent toujours à dégommer un général, et ce respect fait que des incapables inamovibles président à l’hécatombe de leurs soldats. Un tommy, par exemple, cela ne pèse pas une once et c’est exécuté en cinq sec. Heureuse armée.

J’ai vu des gens bien malheureux, ce sont deux députés roumains venus m’apporter les remerciements spéciaux de la colonie roumaine pour Le Journal des Débats et une note pour la presse française exprimant la gratitude de la Roumanie. Nous avons causé un moment, l’un d’eux arrivait d’Odessa où, me disait-il, jusqu’à l’arrivée au pouvoir des maximalistes, tout s’était passé de la façon la plus tranquille, les affaires avaient suivi leur cours et chacun avait vécu dans la plus grande quiétude. Aujourd’hui, c’est le déchaînement démagogique. L’un d’eux espère un peu en l’Ukraine où un noyau gouvernemental semble se former. L’autre, au contraire, ne fait pas grand fond sur ce pseudo mouvement et il ajoute que, même la réaction serait-elle victorieuse, que pourrait-elle ? Elle serait totalement impuissante. De plus, pour être victorieuse il faudrait qu’elle puisse se ravitailler en matériel et en munitions, par où, comment, puisque les bolcheviki tiennent toutes les usines. Le premier reprit qu’il y avait un moyen si Japonais et Américains s’emparaient de la tête du Transsibérien. – Quel trajet ! reprit le second d’un air découragé, cela m’a l’air complètement chimérique. Notre pauvre pays est en danger de mort et je me demande qu’est-ce qui le sauvera.

Ce ne sera fichtre pas Caillaux si nous en croyons les lettres de ce grand citoyen.

Un certain mécontentement règne parmi les officiers subalternes à propos d’un projet, assez bête du reste, qui, sous prétexte d’économie, enlèverait à ces pauvres militaires l’indemnité d’usure de vêtements. Sur une solde d’officier supérieur, les soixante francs que représente cette indemnité disparaîtraient sans trop d’inconvénient, mais la chose n’en irait pas de même sur la solde des lieutenants et sous-lieutenants. Et puis, pourquoi les embêter avec de pareilles mesquineries au moment où nous allons avoir tant besoin de leur énergie et de leur bonne humeur. J’ai pris ma plume et j’en ai écrit à Clemenceau. Un rédacteur lui a porté ma lettre. Après en avoir pris connaissance, Clemenceau a dit : Oui, oui, je sais, cela fait mauvais effet mais je vais tâcher d’arranger cela. Tant mieux car ce sont les petites choses qui souvent irritent et découragent le plus.

Déjeuné ce matin avec les Gaston Maugras [2]. Le fils était secrétaire de notre légation à Copenhague, il en fut même quelque temps chargé d’affaires lorsque Bapst perdit sa femme [3]. J’avais espéré qu’il me raconterait des choses intéressantes, il n’en fut rien et ce qu’il m’a raconté ne m’a pas appris grand-chose. Il avait écrit à son père des choses certainement qui avaient plus d’intérêt que ses récits. Nos diplomates en herbe ou en blé sont un peu figés. Il dit grand bien tout de même de ce petit Ferlov que tu as vu à notre dîner. C’est la légation qui lui a facilité son voyage afin de se documenter pour la publication d’un livre sur l’activité française. Il me confirme aussi cette opinion que m’avait dénoncée l’écrivain danois répandue par les Boches et tendant à représenter la France épuisée ne pouvant se relever après la guerre, même victorieuse.

À toi.

Et

[1] Bernard Serrigny (1870-1954). Militaire. Général. Reconnu comme très cultivé et intelligent, c’est un proche de Pétain dont il est alors le chef de cabinet à l’état-major à Compiègne.

[2] Gaston Maugras est le cousin par alliance d’Edmond Bapst. Il a en effet épousé Cécile Bapst, cousine de Cécile Bapst (Mme Georges Patinot) et d’Edmond Bapst.

[3] Mme Edmond Bapst, née Gabrielle de Vendeuvre (18-1917). Elle meurt à Paris en septembre 1917.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *