5 décembre 1915

5 décembre 1915

 

J’ai rencontré ce matin en sortant de chez moi le bon père Loubet [1] qui m’a dit être de retour depuis quelques jours seulement, n’avoir encore vu personne, et me demander des renseignements. Il trouve que le gouvernement ne donne pas l’impression de gouverner. – Vous faites votre petit tour, Monsieur le Président, lui dis-je. – Eh oui, je me promène un peu en sortant de la messe, car je vais chaque dimanche à la messe, me précise-t-il avec intention.

Demaison [2] m’écrit de Rome et me parle de ses conversations avec Cochin dans la Ville sainte. J’ai revu le voyageur tout seul dans la soirée ; il m’a donné des détails plus amusants qui peuvent aujourd’hui encore avoir leur intérêt (ils sont dans le journal d’aujourd’hui). Je n’ai jamais vu un homme si candidement heureux.

D’une lettre privée que je reçois de Londres, je tire quelques détails intéressants. On commence à se préoccuper sérieusement de la question économique, car la tradition anglaise est de demander le plus possible à l’impôt et le moins possible à l’emprunt. Aujourd’hui, cela ne semble plus possible. Il n’y a pas d’impôt qui pourrait fournir cent vingt-cinq millions par jour avec un revenu national de deux milliards st.

Les ministres Asquith, M. Kenna [3] et Runciman [4] ont fait des discours hier à la conférence trade-unioniste pour : 1° – déconseiller une demande d’augmentation de salaire, 2° – proposer de faire verser à l’emprunt par les ouvriers 50 % de leurs augmentations de salaire.

L’accueil fait à ces deux propositions aurait été plutôt froid. Les ministres ont été plusieurs fois interrompus et contredits, et tout ce qu’ils ont obtenu, c’est une résolution tendant à répandre parmi les trade-unionistes un nombre suffisant de compte rendus de leurs discours et de recommander d’une façon sérieuse les appels qu’ils contiennent. – C’est mieux qu’un refus, me dit mon correspondant, mais ce n’est pas grand-chose. – D’autant plus que si les trade-unionistes acceptent l’emprunt forcé, ils ne s’engageront pas à ne pas demander d’augmentation. Même s’ils s’y engageaient, ils ont toujours le pouvoir de s’en faire accorder. Le pouvoir, c’est la grève. Serait-il sage de la risquer pour vingt millions de livres par an ?

Il ressort de tout cela que ce sont les trade-unions qui sont les arbitres de la situation et que le gouvernement ne peut rien faire sans entente préalable avec elles.

Il n’en est pas avec les trade-unions comme avec les autres partis au Parlement que l’on peut opposer l’un à l’autre. Les changements de ministères sont sans effet sur elles, et elles peuvent imposer leurs volontés à Asquith comme à Balfour [5].

Crois-moi, les trade-unions voient plus loin que la guerre, et l’Angleterre s’est engagée maintenant dans la voie du socialisme d’État. Ce qui a été fait par le Parlement sous couleur de mesure provisoire, les trade-unions ne permettront plus de s’en écarter.

C’est samedi qu’expirera l’expérience sur le recrutement, et dans une semaine le rapport devra être terminé. Alors, seulement, on saura si le résultat est satisfaisant, mais il pourrait se faire que le résultat lui-même ne fût pas annoncé. Pour obtenir le service obligatoire, il faudra le consentement du Parlement et, celui-ci accordé, il faudra la ratification populaire, c’est-à-dire celle des trade-unions. Le danger de tout cela, c’est la division du pays en deux fractions et une perturbation industrielle possible dont les dangers seraient peut-être plus grands que les avantages qu’on recueillera de l’obligation légale de servir.

La situation balkanique préoccupe toujours beaucoup l’opinion anglaise. Le gouvernement ne veut rien dire de la mission de Kitchener avant consultation avec les gouvernements alliés. Cette consultation a dû avoir lieu hier. L’opinion militaire est toujours très divisée, les plus influents voient l’intervention sans enthousiasme, l’opinion populaire s’énerve et voudrait qu’on prenne une décision quelle qu’elle soit.

Je termine ma trop longue lettre, mais j’ai pensé que peut-être tous ces détails t’intéresseraient.

Ton

Et

[1] Émile Loubet (1838-1929). Président du Conseil, puis du Sénat, puis président de la République de 1899 à 1906.

[2] Maurice Demaison (1863-19). Natif de Reims, il s’intéresse à cette ville pendant la guerre. Journaliste. Collaborateur quotidien du Journal des Débats, il signe de la lettre Z.

[3] Reginald Mac Kenna (1863-1943). Anglais. Banquier. Homme politique libéral. Premier lord de l’Amirauté (1908-1911). Chancelier de l’Échiquier (1911-1915) dans le gouvernement de Lord Asquith.

[4] Walter Runciman (1870-1949). Anglais. Lord Runciman of Doxford. Homme politique libéral. Ministre de l’Éducation (1908-1911), de l’Agriculture (1911-1914), du Commerce (1914-1916).

[5] Arthur James Balfour (1848-1930). Anglais. Premier ministre conservateur, ministre des Affaires étrangères et signataire du Traité de Versailles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *