14 décembre 1917

14 décembre 1917

 

Mon cher Pierre. Connaissais-tu le coup de téléphone de Caillaux à Deschanel : Vous ferez tout ce que vous voudrez, mais je vous avise que lorsque la discussion viendra, je mettrai en cause le président de la République. Je sais que vous ferez tout pour vous y opposer, mais vous n’y parviendrez pas. Avis.

Es-tu bien sûr que, lorsque le cas se présentera, l’opposition de notre Deschanel sera bien ferme et bien énergique ? Elle en aura certainement l’apparence, et si le président est atteint, on nous démontrera par A+B que le président de la Chambre ne pouvait agir autrement.

À propos de téléphone, en voici une communication qui ne manque pas de piquant et qui nous est contée par l’acteur lui-même, le gros Baragnon, ancien royaliste appartenant par le malheur des temps au Matin. On avait beaucoup dit ces jours-ci, et je m’en suis fait moi-même l’écho auprès de toi, que Caillaux divorçait [1]. L’empereur Bunau-Varilla donne ordre de téléphoner à Caillaux pour lui demander si la chose est vraie.

– Allo ! Allo ! La rue Alphonse-de-Neuville.

– Qui est à l’appareil ?

– M. Baragnon du Matin chargé par M. Bunau-Varilla de demander à M. Caillaux un renseignement.

– C’est moi-même, M. Caillaux.

– Bien, M. le Président, M. Bunau-Varilla me prie de vous demander ce qu’il y a de vrai dans les bruits de votre divorce.

– Absolument rien de vrai. C’est absurde. Du reste, Mme Caillaux est là. Elle est en chemise et va vous répondre elle-même. Je lui passe le récepteur.

– Allo ! Allo ! Monsieur, mais c’est vrai ce que vous dit mon mari. Je suis en chemise et ceci vous prouve bien que nous ne sommes pas prêts de divorcer.

Que dis-tu de ces mœurs ? On comprend l’intimité Bolo.

J’ai oublié de te dire hier que le chef de cabinet de Jeanneney m’avait confirmé la nomination de Guillaumat à l’armée d’Orient. On prétend que Sarrail serait sur le chemin du retour, d’aucuns disent même qu’il serait arrivé. Ne trouves-tu pas que l’affaire Caillaux commence à prendre une tournure d’affaire Dreyfus ? J’en ai été très frappé à la lecture des journaux de ce matin qui se divisent en caillautistes et anticaillautistes. Comme au début de la première affaire, les caillautistes sont très réservés et procèdent par petites insinuations, légers doutes ; les autres au contraire se déchaînent avec violence et prennent à parti tous ceux qui semblent même demander que la justice se fasse complètement indépendante et qu’il faut respecter le droit de chacun dans cette affaire comme dans toute autre. On menace, sans déguisement aucun, ceux qui n’ont pas trouvé le réquisitoire complètement probant sur le chef de la trahison. Ce réquisitoire est écrasant en ce qui concerne le milieu, les relations. Il prouve une extraordinaire abjection tout à fait déshonorante, mais il n’y a guère que les négociations en Italie, si on en a les preuves, qui pourront justifier l’envoi en Conseil de guerre. Je pense que Clemenceau a ce qu’il faut en main, sans cela l’affaire pourrait prendre une tout autre tournure. Le Cri de Paris donne un petit écho à ce sujet dans lequel il est dit qu’on aurait trouvé les preuves dans le coffre-fort d’Almereyda, notamment un article du Bonnet rouge corrigé de la main même de Caillaux.

Je regrette que tu ne viennes pas ce soir.

Ton vieil

Et

[1] Cf. lettre du 6 décembre 1917.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *