12-13 décembre 1917

12-13 décembre 1917

 

Je ne t’ai pas fait de papier hier au soir, mon cher Pierre, tu avais eu assez de paroles pour qu’il n’y soit pas ajouté de l’écriture. J’ai eu ce matin un complément à la lettre du neveu. Il m’a donné des chiffres précis sur ce que nous aurons en face de nous en Italie. Il y aura une différence de [quarante ?] divisions au moins. Je n’ai pas ces chiffres sous les yeux car je les ai envoyés aussitôt à Bidou, mais je crois bien qu’il s’agit de quelque chose comme cela ; c’est énorme comme tu le vois et de nature à faire réfléchir aux conséquences.

J’ai trouvé ce matin chez nous les esprits, du moins ceux qui comptent, pas très bien impressionnés par le réquisitoire qu’ils s’accordent à trouver un peu faible. Le sage Dietz trouve qu’à part les affaires avec l’Italie, il y a peu de choses vraiment caractéristiques. Peut-être aura-t-on dans les dossiers des précisions plus grandes. On s’accorde à trouver que l’homme devrait être déconsidéré par son genre de relations et mis dans une très mauvaise posture, mais y a-t-il là-dedans matière à un jugement de conseil de guerre ? That is the question. Certainement une fois la guerre déclarée, ces campagnes pour diviser les Alliés, l’affirmation de ses opinions pour un tout autre groupement des alliances peuvent constituer les crimes prévus par le code, seulement sont-elles susceptibles d’entraîner une condamnation retentissante ? On le verra.

Au ministère de la Guerre, ce matin, je causais avec le chef de cabinet de Jeanneney, d’Ambert [1], et celui-ci me demanda si je connaissais le mot de Varenne : On votera les poursuites, mais on votera en même temps la mort du ministère. Si la demande de poursuites échoue devant la Chambre, celle-ci se compromettra terrriblement aux yeux du public car les raisons données par Caillaux pourront être écoutées par le Parlement, mais le public les vomira. Si Caillaux défend ses idées pacifistes, il trouvera sans doute un bon terrain chez ses collègues. Mais ce qu’il aura affirmé ne sera pas absorbé de suite par l’opinion, il faudra que le venin fasse son chemin.

J’ai déjeuné ce matin avec Maklakoff et sa sœur qui tient l’ambassade. Il cause de la façon la plus agréable et raconte beaucoup d’anecdotes. Lui aussi croit au retour de la monarchie, et même de la monarchie avec la dynastie actuelle. Pas Nicolas II dont on craint la femme, mais le jeune Alexis [2]. L’idée monarchique est loin d’avoir disparu et l’excès du désordre amènera la soif de l’ordre. Ce sentiment fait du chemin mais n’est pas encore assez mûr pour qu’on tente un mouvement. Tant que l’on verra la propagande des bolcheviki s’exercer contre les cadets, c’est qu’il n’y aura encore rien à faire. Du jour où toutes les mesures seront prises, des affichages ordonnés contre les monarchistes, on pourra dire que l’Empire ne sera pas loin. Il y aura le sentiment religieux qui travaillera dans le sens tzariste car la religion a joué un trop grand rôle en Russie pour qu’elle ne renaisse pas. Ce fut du reste pour les révolutionnaires une vraie faute que d’avoir supprimé la religion. Les prêtres avaient adhéré à la Révolution et du jour au lendemain celle-ci les a expulsés, ça ne leur a pas convenu. Dans les campagnes, on commence à être persuadé que le régime actuel n’est que transitoire. Maklakoff demandait à ses paysans qui ils avaient nommé du conseil agraire. Ils lui répondent qu’ils ont nommé trois condamnés. – Pourquoi ? – Ils sortent de prison, c’est bien le moins qu’on les nomme en attendant qu’ils y rentrent. Du reste, du petit au grand, tout est pareil. Les maximalistes ont officiellement aboli tribunaux, polices, jurisprudence, etc. Or le consul de Russie vient de recevoir l’avis qu’un grand procès le concernant va être plaidé ces jours-ci. Le gouvernement prend les mesures les plus folles, mais tout de même la vie continue.

Maklakoff nous dit combien sa situation à lui est terrible, mais elle est très adoucie par l’attitude des Français qui a été parfaite pour lui et pleine de bienveillance.

Tous les représentants de la Russie à l’étranger s’étaient entendus pour ne pas reconnaître le gouvernement maximaliste. Un seul a rompu le pacte sans prévenir ses collègues qu’il n’a avisés qu’après. Notre stupéfaction est grande d’apprendre que ce traître est le baron Ungern-Sternberg [3]. Je l’ai beaucoup connu. Il était à Paris au début de la guerre et me paraissait d’une intelligence très supérieure à celle de ses collègues. Serait-ce à cause de cela ? Son adhésion en ce cas serait inquiétante. D’autant que je ne lui ai jamais entendu dire un mot durant son séjour à Paris qui pût être interprété comme favorable à nos ennemis. Il était au contraire de ceux qui inspiraient une certaine confiance. Maintenant il ne faut pas oublier qu’il est balte. Je crois que tous les autres diplomates sont décidés à attendre la contre-révolution.

Sur Vladivostock, Maklakoff ne sait pas grand-chose. Il redoutait cette occupation depuis longtemps mais ne la croyait pas si proche. Il est bien d’avis qu’il faut soustraire aux maximalistes les énormes approvisionnements concentrés dans le port, mais il craint que cela n’ait en Russie un contre-coup dangereux. « Les Japonais, avait dit Motono [4], pourraient bien aller faire une simple visite à la Russie. » Et les Russes appréhendent cette visite.

Dans la soirée, j’ai longuement causé avec cet ingénieur de la Marine dont je t’ai parlé déjà, Boutiron [5]. On peut dire que c’est à lui seul qu’on doit le service d’hydravions. Il fut un véritable apôtre. Tu te souviens des luttes que nous eûmes avec Lacaze qui déclarait l’hydravion inefficace. Il dit que maintenant cela marche bien, qu’on est tout de même arrivé à se rendre compte de l’utilité de l’hydravion contre le sous-marin et que les résultats sont étonnants. Il a du reste trouvé d’actifs et dévoués concours et qu’on ne rie plus de lui comme on le faisait au début. Cependant les amiraux restent réfractaires. Ils ne veulent pas se rendre compte que la guerre maritime comporte maintenant trois parties, la surface de l’eau, la profondeur et l’atmosphère. Pour eux, la marine c’est un bon cuirassé sur lequel ils commandent. Ils ne peuvent comprendre que ces petites unités échappent à leurs ordres et puissent obéir à un quartier-maître pilote. De là les difficultés qu’il a eues à faire comprendre que nos ports devaient être gardés par des petits dirigeables, des hydravions, etc. Je voudrais décider cet excellent garçon à m’écrire sur tous ces sujets, et je lui représente que ce sera le seul moyen de faire comprendre ces questions, même aux grosses légumes. Comme il est très modeste, ce rôle l’effraie un peu, mais il me soumettra un petit plan. Je suis convaincu qu’il pourra rendre d’énormes services au point de vue général. Il déplore surtout que la presse ne traite jamais les questions d’aviation autrement que pour soutenir tel ou tel type, telle ou telle théorie, et lorsqu’on va au fond, on trouve toujours une question d’intérêts de construction ou autres.

À toi.

Et

[1] Il s’agit d’Ambert.

[2] Alexis Nikolaïevitch (1904-1918). Romanov. Tsarévitch. Fils de Nicolas II et de la tsarine Alexandra. Assassiné le 17 juillet 1918 à Iekaterinbourg.

[3] Roman von Ungern-Sternberg (1885-1921). Russe. Balte. Général surnommé le « Baron fou » ou le « Baron sanglant ». Il cherche à unifier les Mongols contre le bolchevisme et l’hébraïsme et commence son action anti-communiste en 1917.

[4] Ichiro Motono (1862-1918). Japonais. Homme politique. Ambassadeur en Russie (1906-1916). Ambassadeur du Japon à Paris (1916-1918).

[5] Paul Boutiron (1884-19). Ingénieur de la Marine dans les hydravions.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *