9-10 décembre 1917

9-10 décembre 1917

 

Mon vieux Pierre. Hier dimanche et aujourd’hui, jours tout à fait creux. Je ne vois pas grand-chose d’intéressant à te dire.

J’ai revu Gauvain dans l’après-midi, il se rendait chez Venizélos. Je lui ai répété ce qui avait fait l’objet de la conversation du déjeuner. Il m’a répété qu’il ne voyait pas les choses sous un jour aussi sombre. – Éclairez-moi, lui ai-je dit. Mais il ne m’a pas éclairé. Au fond, on semble ne pouvoir se résoudre à perdre l’espoir caressé depuis si longtemps et tout le monde me paraît compter sur je ne sais quel événement qui sauvera tout le monde. J’en avais le sentiment il n’y a qu’un instant. Je recevais Hébrard de Villeneuve que j’aime du reste beaucoup et qui me faisait une visite un peu intéressée car il est candidat à l’Institut. Son petit plaidoyer électif terminé, nous avons parlé de la situation générale et, sans parler aussi franchement qu’hier, je lui faisais part tout de même des inquiétudes du moment. Il faut malgré tout rester optimiste, me disait-il, car on doit toujours compter avec l’imprévu… L’imprévu sauveur ! Cela arrivera peut-être mais n’y avons-nous pas déjà bien trop compté et ne serait-ce pas temps de porter un peu de prévoyance ? Laissons ce sujet qui n’est pas gai, d’autant moins que j’ai été informé ce matin que de grosses forces allemandes avaient quitté la Roumanie et qu’on ne savait encore où elles iraient frapper un coup.

À propos de la menace sur la Grèce, un savant bohême et mal tenu, Bareilles, qui a écrit sur la Turquie le meilleur livre depuis la guerre [1]. Il venait m’exposer une idée qu’il a eue. Il est inquiet du sort des trésors qui sont chez les moines du Mont-Athos au cas où les Allemands victorieux viendraient au monastère. Il voudrait que les Alliés organisassent de suite une mission pour aller chercher tous ses trésors, les mettre dans des caisses et les porter soit à Athènes soit en France. Sans cela, me dit-il, les Allemands feront main basse sur ces objets uniques qui feront route définitivement sur les musées de Berlin. La chose serait possible car les Français occupent le bout de la presqu’île. Je lui fais observer que l’opération ne m’apparaît pas comme facile. Les moines ont un statut indépendant, ils s’opposeraient sûrement à notre entrée dans le monastère et nous aurions commis une violation qui pourrait nous être reprochée. Bareilles me dit qu’on pourrait en tout cas se livrer à l’inventaire, que c’était une occasion unique de savoir ce qu’il y a dans ces trésors. J’en dirai demain un mot au Quai d’Orsay, mais je suis bien sûr de la réponse bien que l’idée de Bareilles ne soit pas du tout stupide.

Il me dit que les moines sont tout à fait bochophiles, et de même que Constantin a livré ses forteresses aux Allemands, eux livreront tous les magnifiques objets qu’ils ont et qui sont d’une valeur inestimable.

La veuve de ce pauvre Poniard (?) [2], l’ancien directeur du Bureau international qui est mort subitement à Paris il y a deux mois, revient de faire un petit voyage dans l’Ouest. Elle a raconté que, dans trois églises différentes, elle a entendu des sermons sur la Fin du Monde dont on reconnaît l’approche à un certain nombre de signes. Cette idée se répand beaucoup dans le peuple et le bas clergé qui terrorise les fidèles.

Good night.

Et

[1] Il s’agit de : Les Turcs, ce que fut leur Empire : leurs comédies politiques, Perrin et Cie, 1917, 313 p.

[2] Poniard (?) (18-1917). Directeur du Bureau international de la presse.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *