4 décembre 1915

4 décembre 1915

 

Dear old friend,

 

Pardonne-moi si mes idées ne sont pas très nettes. Je sors d’un étouffoir malsain et inodorant. J’ai été obligé de présider aux côtés de Morel [1], le gouverneur du Foncier, à la loterie de la journée de la presse. La salle était archi-comble et vraiment c’était pour moi un spectacle curieux de regarder tout cet ensemble de gens réunis là, dont l’unique curiosité était de voir sortir des numéros de roues de la fortune alors qu’à quatre-vingts kilomètres le canon tonne et l’on s’entre-tue.

Je te disais hier que Castelnau paraissait être nommé à la sortie du Conseil des ministres. Cette nomination avait produit une grosse impression à la Chambre, et le soir même une délégation de nos bons radsoc. allait trouver Briand. On a sursis à la nomination. Le Petit Parisien d’aujourd’hui semblait annoncer la nomination probable du général Pétain [2]. J’en ai entendu dire beaucoup de bien.

Les affaires orientales sont toujours à l’ordre des préoccupations de l’opinion, et ce ne sont pas des rumeurs folâtres. Le pauvre Cochin [3] est revenu avec la parole de gentilhomme du roi.[4] Ce dernier s’est mis au lit, et ce n’est pas bon signe pour la santé de sa parole. As-tu lu, entre parenthèses, cette interview un peu ridicule de notre excellent ami prise par la Stampa et dans laquelle notre ministre d’État déclare qu’il a eu bien mal au ventre pendant quatre-vingts heures ? C’est bien caractéristique du brave homme.

Ce qu’il y aurait de plus grave, c’est que Kitchener [5] aurait tenu au roi des propos radicalement contraires aux affirmations de Cochin. Kitchener aurait dit que l’expédition de Salonique était devenue tout à fait inutile et que l’évacuation s’imposait. Tu juges de l’effet qu’a pu produire ici la nouvelle de cette conversation. On serait décidé à faire une démarche à Londres pour rappeler au gouvernement anglais que les opérations avaient été concertées d’accord, et que les engagements devaient être tenus. Au conseil de ce matin, n’assistaient ni Briand ni Gallieni qui, m’a-t-on dit, s’étaient rendus à Calais à un conseil de guerre franco-anglais [6].

Je reviens sur la conversation que j’ai eue à déjeuner avec le personnage que tu as dû reconnaître [7]. Plus j’y pense, plus je crois que cette visite n’était guère spontanée. « On a pris évidemment ce grand ministère, ces vieux bonzes, pour qu’à un moment donné on puisse imposer certaines choses sans qu’il puisse y avoir de protestations dans aucun des coins de la Chambre. Car enfin, disait-il, et cette idée est revenue plusieurs fois au cours de l’entrevue, il faut se faire un plan et savoir choisir. »

Un procès est engagé et les plaidoiries semblent s’équilibrer sans que le tribunal puisse statuer d’ici à très longtemps. Mais préfère-t-on courir le risque d’une interminable procédure, ou bien, après avoir déterminé que l’on irait en appel après la première instance si l’arrêt de la Cour n’est pas définitif, ne pas risquer la cassation et écouter les propositions transactionnelles. Ce sont les bruits qui courent au Palais de justice si j’en crois ce que j’ai entendu, ce sont du moins les déductions que j’en tire.

Au revoir, mon cher Pierre.

Ton affectionné

Et

 

[1] Hippolyte Morel (1846-1922). Auditeur au Conseil d’État. Sous-gouverneur de la Banque de France puis gouverneur du Crédit foncier de France. Homme politique. Député centre gauche (1876-1877 ; 1878-1885)puis sénateur de la Manche (1890-1898). Président du conseil général de la Manche (1898-1922).

[2] Le général Pétain est nommé commandant de la 2e armée.

[3] Denys Cochin (1851-1922) est en mission à Athènes du 16 au 18 novembre 1915 auprès du président du conseil, de Venizélos et du roi de Grèce, Constantin Ier.

[4] Constantin Ier, roi de Grèce (1868-1923).

[5] Horatio Kitchener, lord Kitchener (1850-1916). Anglais. Secrétaire d’État à la Guerre (août 1914-5 juin 1916).

[6] Le 4 décembre 1915 a lieu à Calais la conférence franco-anglaise (Asquith, Balfour, Kitchener, Murray, Briand, Joffre et l’amiral Lacaze) qui examine la question de Salonique et hésite entre l’évacuation et le maintien des troupes.

[7] Cf. lettre du 6 décembre 1915. Nalèche le désigne par « C. ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *