2 décembre 1915

2 décembre 1915

 

Mon cher Pierre,

 

Je reprends mon petit courrier quotidien puisque te voici rendu à la guerre et éloigné de notre existence de gens de l’arrière. Laisse-moi te dire une fois encore combien j’ai été heureux de te voir quelques instants, et je souhaite que les événements te permettent de nous revenir sans trop tarder.

J’ai eu aujourd’hui, par un de mes cousins le baron de Barry [1] qui a une inspection d’assurances dans cinq ou six départements français, un détail assez curieux sur une répercussion inattendue de la guerre. Nous parlions assurance-incendie et profit des compagnies. Il me disait que les sinistres balançaient à peu près les recettes mais que la plupart des incendies étaient dus au crime. Par exemple, le portefeuille d’une région d’Auvergne était de cinq cent mille, les sinistres annuels se montaient de cinq à six cent mille. La guerre éclate au mois d’août. Les sinistres, de janvier à août, s’élevaient environ à deux cent cinquante mille, trois cent mille francs. À partir d’août jusqu’à décembre, il n’y eut en tout et pour tout que quatre mille de sinistres parce que les assurés ont cru que les compagnies ne paieraient plus. Ne trouves-tu pas cela curieux ? Mais, lui ai-je dit, les compagnies ne font donc rien contre cela ? Si, m’a-t-il répondu, mais neuf fois sur dix on se trouve en face d’un incendiaire qui est un grand électeur, maire, délégué, conseiller général, et il faut se taire et abandonner toute poursuite. Il n’y a que lorsque le cas est par trop évident et devenu l’objet d’une manifestation populaire que le procureur se décide à emprisonner le délinquant. Et de cela il m’a cité nombre d’exemples.

Longue conversation avec Wilmotte. Ce dernier est très anglophobe en tant que Belge. Il me demande si je suis bien sûr que les Anglais à Salonique n’ont pas leur plan qui serait de faire de ce port une base navale. L’offre à grand fracas de Chypre ne serait-elle pas un indice ? Il faudrait amener les choses au point que les Français évacueraient Salonique, mais eux resteraient [2]. D’autre part, il craint vivement que les Anglais ne veuillent, après la guerre, conserver Zeebrugge. Il est allé là-bas, il a causé avec les officiers, et tous disent que sûrement les Anglais ont l’intention de s’établir sur la côte. À Salonique, me dit l’éminent professeur, les Anglais ont loué des maisons pour trois ans, ils se sont tout à fait installés pour une longue durée. Il est entendu entre la Grèce, l’Allemagne et la Bulgarie qu’on ne pénétrera pas en territoire grec, par conséquent, nos alliés pourront rester à Salonique en toute tranquillité, leur flotte les y protègera.

Au revoir, dear old Peter.

Ton vieil

Et

 

[1] Jean-Henri de Barry (1863-1933). Cousin de Nalèche par sa femme, née Suzanne de Baillet de Saint Luc.

[2] Le 2 décembre 1915, les troupes alliées de Salonique reçoivent l’ordre de se replier au-delà du Vardar.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *