25 novembre 1915

25 novembre 1915

 

Mon cher Pierre, je viens de voir ce pauvre Vesnitch profondément triste [1]. Je lui ai donné la dépêche que je venais de recevoir et que tu auras lue dans le journal de ce soir. C’est un récit du correspondant du Corriere della Sera qui explique pourquoi les Bulgares ont abandonné la route de Monastir. C’est pour se lancer (quatre divisions, quatre-vingt mille hommes) sur le front français. Vesnitch me dit que le général Sarrail [2] n’a rien fait pour tâcher de joindre les Serbes, que ces derniers avaient exécuté leur mouvement sur Uskub pour préparer la jonction et qu’on n’a pas bougé. On aurait pu utiliser l’armée serbe au lieu de laisser cette force inutilisée. Je crains qu’il n’ait raison car j’ai su qu’au conseil, Freycinet [3] avait demandé avec énergie que Sarrail ne s’aventurât pas et rétrogradât sur Salonique s’il avait été de l’avant, sinon, lui, Freycinet, se retirerait. D’autre part, ce vieillard était inquiet de l’attitude du général lui-même dans lequel il n’a pas confiance.

Je suis allé hier chez Briand avec mon comité [4]. Arthur Meyer [5] s’y trouvait. Nous attendions dans le salon lorsqu’un jeune homme vient me dire bonjour. C’était Jacques de Dampierre [6] qui vient de faire un gros bouquin sur les violations du droit international par les Allemands [7] et qui écrit dans quelques journaux. Il demande à Meyer des nouvelles de sa cousine (Mme Arthur) [8], et quand il pourrait la voir. – Téléphonez simplement que vous viendrez n’importe quel jour entre 6 et 7. Survient Guist’hau [9] auquel je dis quelques mots, et Dampierre demande à Meyer de le présenter à cet ancien ministre. Meyer s’approche de moi et me dit dans l’oreille : Rappelez-moi donc le nom de ce cousin de ma femme.

Maurice Pernot et Bidou ont dîné à la maison. Pernot est un garçon délicieux. Il était à Rome avec Gouraud [10]. Le général a été admirablement accueilli, mais surtout par la reine Hélène [11] qui, après avoir causé avec lui pendant une demi-heure, l’a emmené voir son hôpital qu’elle lui a montré en détail. Je crois que le pauvre Gouraud se serait bien passé d’une visite aussi longue car il n’est pas encore remis et il était devenu pâle comme la mort. La reine, tout en étant assez grande, a un fond de paysannerie, comme tous les Monténégrins. On parlait du roi sur le front. Elle a répondu : J’aime mieux le sentir là-bas qu’ici. Sur une allusion, un peu malheureuse diplomatiquement, à la Serbie, la figure de la reine s’est tout à coup assombrie et les larmes sont venues à ses yeux, car la question serbe est pour elle la douleur constante, et tu connais les sentiments de l’Italie à l’égard de la Serbie.

La germanophilie du Vatican continue, et les catholiques ne peuvent pardonner au pape la présence du nonce à Bruxelles [12] contraire même aux règles internationales, pas plus que le quasi-emprisonnement du cardinal Mercier [13] qui est une atteinte aux prérogatives du Sacré Collège. Benoît XV a voulu cette attitude dans l’unique espoir d’être un des arbitres de la paix ; si rien n’est changé, il sera sûrement exclu.

Caillaux [14] aurait fait une démarche en vue d’obtenir l’élargissement de Mme Bechoff [15] sous le prétexte qu’elle aurait de l’albumine.

Au revoir, mon vieux Pierre.

Ton affectionné

Et

[1] Les dernières positions serbes tombent le 21 novembre et les Serbes abandonnent le plateau de Kosovo le 23 novembre. Le 24, le gouvernement serbe se réfugie à Scutari (Albanie).

[2] Maurice Sarrail (1856-1929). Général, il commande en 1914 la 1ère armée de la Marne. De 1915 à 1917, il commande les forces françaises d’Orient.

[3] Charles-Louis de Saulses de Freycinet (1828-1923). Polytechnicien. Ingénieur. Homme politique. Sénateur modéré de la Seine (1876-1920). Ministre d’État (29 octobre 1915-11 décembre 1916).

[4] Le comité du Syndicat de la presse parisienne dont Nalèche est vice-président.

[5] Arthur Meyer (1844-1924). Journaliste. Fondateur et directeur du Gaulois. Fils d’un tailleur juif du Havre, il est anti-dreyfusard. Il abjure, se fait baptiser à la Madeleine et devient antisémite. Trésorier du Syndicat de la presse parisienne.

[6] Jacques de Dampierre (1874-1947). Archiviste-paléographe et écrivain. Conseiller général du Maine-et-Loire. Il se met à la disposition du gouvernement pour la propagande française à l’étranger dès le 2 octobre 1914.

[7] À la demande du ministère des Affaires étrangères, Jacques de Dampierre publie L’Allemagne et le droit des gens d’après les sources allemandes et les archives du gouvernement français, Berger-Levrault, 1915, 262 p. où il dénonce les exactions commises par l’armée allemande. Traduit en anglais, ce livre influence l’opinion publique des États-Unis en faveur de la France.

[8] Mme Arthur Meyer, née Marguerite de Turenne (1881-1945). Elle épouse à vingt-quatre ans Arthur Meyer âgé de soixante ans. Jacques de Dampierre et Marguerite de Turenne sont cousins au 7e degré par les Fitz-James.

[9] Gabriel Guist’hau (1863-1931). Avocat. Homme politique. Maire de Nantes (1908-1910). Député Alliance démocratique de la Loire-Inférieure (1910-1924). Ministre de l’Instruction publique et des Beaux-arts (1912-1913) puis ministre du Commerce et de l’Industrie en 1913.

[10] Cf. lettre du 14 novembre 1915.

[11] Hélène, reine d’Italie (1873-1952). Fille de Nicolas Ier (1841-1921), roi de Monténégro (1910-1921) et de Miléna Voukovitch (1847-1923), elle épouse en 1896 Victor-Emmanuel III de Savoie (1869-1947) qui devient roi d’Italie en 1900.

[12] Le nonce à Bruxelles est alors, depuis 1907, Mgr Giovanni Tacci (1863-1928).

[13] Désiré Mercier (1851-1926). Belge. Archevêque de Malines (1906) créé cardinal en 1907.

[14] Joseph Caillaux (1863-1944). Homme politique. Député radical socialiste de la Sarthe (1898-1944). Ancien ministre.

[15] Marguerite Bechoff, née Netter, est condamnée le 22 mars 1915 à deux ans de prison pour complicité de vols militaires (affaire Desclaux et Vergès).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *