23-24 novembre 1915

23-24 novembre 1915

 

J’ai eu deux terribles journées, mon cher Pierre, et si je devais te les raconter par le menu, je crois que dix ou douze feuillets n’y suffiraient pas et ta pauvre tête serait en bouillie comme la mienne. Si dans quelques jours tu viens, je te dirai les gens que j’ai vus et ce qu’ils m’ont confié. À moins que l’actualité n’ait fait table rase de tout cela car les événements vont vite et les lunes passent avec rapidité.

J’ai eu cependant plus de détails sur la mission Doumer et les raisons de cette mission qui sont tout de même un peu moins bêtes que ce que nous avait dit le sénateur lui-même. Pour ce dernier, le seul motif de son envoi est que l’on désire se débarrasser de son agitation, mais il sera accompagné du général Pau [1] à qui Gallieni a demandé de se rendre là-bas. Doumer est parti ce matin. Je ne sais quand Pau partira. On voudrait persuader à la Russie, qui a des hommes et pas d’équipements, de nous envoyer des troupes que nous armerions et que nous placerions sur notre front. Mais les Russes voudront-ils écouter ses propositions ?

Nous avons eu hier au soir notre dîner auquel Paul [2] nous a fait le grand plaisir de venir. J’y ai longuement causé avec Luchaire [3], directeur de l’Institut de Florence. Il est plus optimiste que moi sur les sentiments italiens. Il m’a confirmé des choses que je savais déjà mais dont je ne t’ai pas parlé, ayant promis de les garder secrètes. Ce sont des négociations financières entamées déjà depuis quelque temps. On avait été frappé de la mainmise par les Allemands, et relativement avec peu d’argent, sur la banque italienne, notamment la Banque commerziale, et il ne faudrait pas que de l’argent donné par la France n’ait pas une contrepartie en influence.

Plusieurs groupes se disputent en ce moment la faveur des capitaux français. Trois groupes sont importants, la Banco di Roma, une sorte de Disconto qui a à Paris son soutien dans la maison Dreyfus, et la Banque commerziale. La Banco di Roma, comme tu le sais, a une soixantaine de millions catholiques ou vaticanesques. Il lui faudrait une trentaine de millions pour être remise à flot. On avait pensé par elle mettre la main sur les électeurs catholiques. Il y a à Paris un personnage qui, en ce moment, travaille pour cela. Cette combinaison ne paraît pas avoir grande chance de réussir.

Ce serait avec la Banque commerziale que l’arrangement semblerait le plus proche, pour l’instant du moins.

Tu dois savoir tout ce que les Allemands font pour avoir la paix, ils manœuvrent dans ce but par toute l’Europe. Le ministre des Pays-Bas à Londres a pensé que le meilleur moyen d’arriver serait de mettre la main sur le groupe de journaux de Lord Northcliffe [4] (Times, Daily Mail, etc.). Il serait donc allé trouver Steed [5] du Times et lui aurait tenu le langage suivant : L’Angleterre a fait un énorme effort en hommes et en argent, elle est au bout de ce qu’elle peut faire comme mise de troupes sur pied et elle marche à la ruine. Il serait donc temps pour elle d’arrêter. Du reste, on serait prêt à faire pour le Times et autres tout ce que ces derniers demanderaient. Steed a envoyé promener le ministre.

Ici même il y a de sourdes menées, énervement de l’opinion avec la Serbie et la Grèce, menace d’un désastre oriental, etc. Je te raconterai cela plus en détails. Il va être nécessaire de faire très attention car il y a d’inconscients bavards.

Good bye, old man. Ton vieil

Et

 

[1] Gérald Pau (1848-1932). Militaire. Général de division, membre du Conseil supérieur de la Guerre. Il commande l’armée d’Alsace du 10 août au 10 septembre 1914. Il jouit d’un profond prestige.

[2] Paul Lebaudy (1858-1937). Frère de Pierre Lebaudy (1865-1929). Il épouse en 1890 Clotilde Murat (1868-1949). Raffineur de sucre. Député de Seine-et-Oise (1890-1910). Les deux frères sont proches et ont développé ensemble leurs aérostats.

[3] Julien Luchaire (1876-1962). Historien, universitaire et écrivain. Professeur d’italien à l’université de Grenoble. Fondateur et directeur de l’Institut français de Florence, il est spécialiste des relations franco-italiennes, de la politique et de la vie intellectuelle italienne.

[4] Alfred Harmsworth, lord Northcliffe (1871-1956). Anglais. Fondateur, directeur et propriétaire du Times, du Daily Mail et du Daily Mirror. Magnat de la presse.

[5] Henry Wickham Steed (1871-1956). Anglais. Journaliste au Times, dont il est le correspondant étranger, le directeur de la politique extérieure puis le directeur de 1919 à 1922.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *