21 novembre 1915

21 novembre 1915

 

Mon cher Pierre,

 

Je crois t’avoir parlé autrefois [1] de cet homme si curieux qui s’appelle Jean Finot et qui dirige La Revue, ancienne Revue des Revues. Il est venu me trouver ce matin après m’avoir demandé un rendez-vous d’une demi-heure pendant laquelle on ne serait pas dérangé. Voici quelles sont les propositions qu’il m’a faites après m’avoir vanté son habileté à conduire un journal à la gloire et à la fortune, ce qui est assez vrai, et son parfait désintéressement, ce qui l’est beaucoup moins.

L’Angleterre, me dit-il, ne connaît pas l’Italie, celle-ci en est peinée, il faut pour l’avenir arriver à cimenter l’alliance actuelle. Il a exposé son idée au directeur de l’Atheneum qui fut enthousiaste, à Poincaré [2] qui a éventuellement adopté l’idée de la présidence d’honneur avec le roi d’Italie et celui d’Angleterre. Pour réaliser cette entente destinée à faire pénétrer les trois peuples intellectuellement, ce sont les Débats qu’il a choisis. Tittoni [3], dont il m’a montré la lettre, lui a indiqué les vingt personnes très éclectiquement choisies en Italie pour former le comité italien. En Angleterre, Edmund Gosse [4], Francy se chargent de le composer, et ici, en France, un comité avait pour secrétaire général de Monzie [5] ! Ce nom m’a fait tiquer. N’est-il pas trop marqué, demandé-je. Peut-être, me fut-il répondu, mais vous le savez, c’est un arriviste, il a épousé une femme extrêmement riche [6] et les opinions ne comptent pas beaucoup pour lui. Il sait très bien l’italien et connaît l’Italie, ce serait donc parfait. Si les Débats nous donnent leur appui, ils iront à la gloire.

Je n’ai pas été aussi convaincu que cela. Si les Débats sont à la tête, c’est à eux à faire le comité, et non pas à Finot. D’autre part, tu vois avec quel soin la Russie est écartée. Pourquoi ? C’est toujours le même plan, développer l’Italie contre le slavisme. Ajoute à cela que Finot s’appelle Finkenhausen, Juif polonais, et qu’il a d’autres histoires que je ne puis écrire. Je juge qu’il doit avoir partie liée avec la finance italienne. Je t’écris cela car tu y verras comment parfois naissent certains mouvements.

Sais-tu ce que Doumer [7] va faire en Russie : Demander que la Russie envoie un corps expéditionnaire en France pour réchauffer l’enthousiasme ! Il l’a expliqué lui-même à l’un de mes amis.

À toi.

Et

 

[1] Cf. lettre du 2 octobre 1915.

[2] Raymond Poincaré (1860-1934). Président de la République de 1913 à 1920.

[3] Tommaso Tittoni (1855-1931). Italien. Homme politique. Ministre des Affaires étrangères (1903-1905). Sénateur. Diplomate. Ambassadeur d’Italie à Paris d’avril 1910 à novembre 1916.

[4] Edmund Gosse (1849-1928). Anglais. Écrivain, il est le bibliothécaire de la Chambre des lords depuis 1904, où il exerce une influence considérable.

[5] Anatole de Monzie (1876-1947). Avocat. Homme politique. Député républicain socialiste du Lot (1909-1919).

[6] Gabrielle Colaco-Osorio (1882-1961), épouse Anatole de Monzie le 28 décembre 1904 à Paris, VIIIe.

[7] Paul Doumer (1857-1932). Homme politique. Ministre des Finances (1895-1896). Député radical de l’Aisne et de l’Yonne (1888-1895 ; 1902-1910). Sénateur de la Corse (1912-1931). Gouverneur général de l’Indochine (1897-1902). Au début de la guerre, il fait le lien entre le gouvernement installé à Bordeaux et l’état-major. Paul Painlevé le nommera ministre d’État, membre du comité de guerre, le 12 septembre 1917.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *