20 novembre 1915

20 novembre 1915

 

Mon bien cher Pierre,

 

Un mot seulement pour te dire que j’ai reçu ton petit mot, et je vois que tu partages mon scepticisme. Je ne crois pas néanmoins qu’il soit habile de laisser tomber les avanies dont je t’ai fait part. Même si plus tard la France se trouve divisée en deux camps, il ne serait pas mauvais que les conversations aient rangé un certain nombre d’individus dans le meilleur, et ne crois-tu pas bon de faciliter ces conversations et de préparer les points de contact possibles. C’est à ce titre seulement que je ferai quelque chose et que je me prêterai à des pourparlers n’engageant en rien, du reste, mais tout de même susceptibles d’arrondir des angles, justement dans les éventualités que tu prévois.

Le locataire nouveau [1] qui est Rue Royale [2] a eu hier une conversation un peu impressionnante avec un des mes collaborateurs que j’avais prié d’aller voir. Pour lui, le commerce que nous faisons très à l’est risquerait d’être mis en faillite, faillite plus regrettable que l’effondrement auquel nous avons assisté déjà une fois. Il craint que des nouvelles de ce genre, tombant sur notre marché, ne produisent le plus déplorable effet. Il prétend que ce qu’on lui demande pour soutenir les cours nécessiteraient plusieurs mois de travail, alors que ces fonds devraient être arrivés en un mois. D’autre part, notre propre marché serait, dit-il, extrêmement solide et même capable à un moment donné de primer tous les autres, les expériences ayant déjà servi. Il serait nécessaire, d’après lui, de préparer les esprits.

Je te dis exactement le résumé de la conversation qu’on était chargé de me répéter. Pour un certain nombre de raisons, je crois qu’il y a là-dedans un grand souci de ses responsabilités, mais cette opinion est à étudier, et c’est ce que je fais, car, dans ces conditions, il y aurait deux courants très contraires chez celui-ci et chez ceux auprès desquels certains, bien connus, prennent le mot d’ordre chaque jour.

Ton vieil

Et

 

[1] Lucien Lacaze (1860-1955). Contre-amiral. Il est ministre de la Marine du 21 octobre 1915 au 2 août 1917 dans les cabinets Briand et Ribot.

[2] La rue Royale est le siège du ministère de la Marine.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *