29 septembre 1917

29 septembre 1917

 

Toute la journée, le bruit a couru, au Palais, de l’arrestation de Leymarie, à la préfecture on démentait formellement. En tout cas, on a mis Bolo en état d’arrestation. Voici comment les choses se sont passées.

Tu sais qu’on avait envoyé des commissions rogatoires en Amérique pour découvrir les origines de la fortune de Bolo. Jusqu’ici, les résultats avaient été très médiocres. On ne répondait pas ou mal. On a reçu un câble, Bouchardon dit ce matin à 10 h 1/2 mais nous croyons depuis deux ou trois jours, conseillant l’arrestation du pacha en raison de la source des dix millions d’origine germanique. Bouchardon envoya aussitôt deux agents conduits par Viollet, commissaire spécial au Grand Hôtel. Viollet trouva Bolo dans son lit, lui exposa sa mission, puis lui dit : M. Bolo, je sais que vous avez un revolver sous votre oreiller, vous allez me le remettre immédiatement. Bolo remit son arme. On examine en ce moment s’il est transportable pour être emmené à la Santé. De plus, l’affaire Bolo est venue au Conseil des ministres et on dit beaucoup que Poincaré lui-même serait atteint par quelque éclaboussure. Si tu te le rappelles, je t’ai raconté dans une de mes notes [1] comment Poincaré expliquait ses relations avec Bolo. Présentation par Henri Cain. Demande par Bolo d’envoyer Charles Humbert en mission auprès du roi d’Espagne, etc. Espérons que cela se borne là.

Quant à Charles Humbert, on dit aussi qu’il est menacé. Il faut dire que, dans des moments comme celui-là, les potins feraient certainement arrêter la moitié de Paris.

Lindeboom est venu me voir un instant et nous parlons de la question du tonnage. Je lui ai demandé de me rédiger quelque chose, je suis bien sûr que ce sera très intéressant comme réponse à la dépêche du Matin d’hier. La note du Matin a dû être inspirée non par ici mais par le gouvernement américain. Wilson [2] est décidé à donner satisfaction à ceux qui s’en remettront à lui du règlement.

Lindeboom m’a expliqué les raisons qu’avaient les Américains à entrer en guerre, crise financière d’abord et nécessité pour eux d’arriver à se créer une armée. La chose eût été tout à fait impossible s’il n’y avait pas eu le facteur actuel. Les Américains ne voudront pas cesser la guerre avant d’avoir réalisé leur but. Du reste, il est inutile que je t’embête avec cela. Comme nous le verrons mardi, il pourra nous exposer ses vues et la façon dont, vis-à-vis de l’Amérique, on pourrait se servir de ses désirs et de ses obligations pour obtenir des avantages d’avenir.

Le vieux sacripant de roi de Monténégro est fort désappointé. Il avait espéré que son gendre [3], venant en France, aurait manifesté le désir de venir lui faire une petite visite. À cet effet, il avait fait nettoyer sa maison de Neuilly de fond en comble et s’était livré à des préparatifs somptueux, et, crac, le roi part ce soir pour l’Italie. Du moins, c’est ce que l’on annonce. Viendra-t-il tout de même incognito à Paris. Ce n’est cependant pas très probable.

À toi.

Et

[1] Cf. lettre des 23-24 septembre 1917.

[2] Wilson déclare que les États-Unis ne sont pas alliés avec les autres gouvernements en guerre avec l’Allemagne mais qu’ils poursuivent, avec eux, le but commun d’abattre le militarisme prussien et de rendre le monde safe for democracy.

[3] Victor-Emmanuel III, roi d’Italie.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *