28 septembre 1917

28 septembre 1917

 

Mon cher Pierre,

 

Journée sans intérêt autre que le travail quotidien, et tu sais que le temps est plutôt rempli. Notre ami Bidou a vu Thierry ce matin. Il a trouvé un homme ulcéré qui ne tarit pas sur les inconséquences de Painlevé. On lui a offert Berne, il a accepté et, depuis, on ne parle de rien. Voilà cinq jours, dit-il, qu’il n’a vu personne. On a tâché de l’aiguiller sur l’Espagne, mais il ne s’en soucie guère. C’est à Berne qu’il veut aller. Il parle avec une certaine liberté sur les affaires en cours, s’exprime avec franchise sur Malvy. Après tout, ajoute-t-il, on n’est pas du tout sûr qu’Almereyda n’ait pas été supprimé. Ce doute dans la bouche d’un ancien membre du cabinet est assez curieux à recueillir.

L’amiral Degouy sort d’ici. Son attention a été éveillée par la dépêche ou soi-disant dépêche de ce matin concernant la prétention de l’Amérique de garder le tonnage réquisitionné chez elle, bien qu’une grosse partie soit des commandes des Alliés ou des neutres. Il se demande si cette dépêche n’a pas été donnée par le gouvernement lui-même. Je le crois assez volontiers, c’est du moins l’effet que cela m’a produit ce matin, d’autant que le fait et les difficultés qui en résultent nous avaient été expliquées par Lindeboom mercredi soir, si tu t’en souviens.

Passant à un autre sujet, Degouy me raconte qu’il est allé ce matin à L’Éclair que Judet a vendu à un spéculateur en blés nommé Colin. Cet homme se trouvait là lorsque Degouy est arrivé. Il paraît que, s’il ne jouit pas d’une excellente réputation comme scrupules, on ne peut pas lui contester une grande connaissance de la situation mondiale des grains. À ce point de vue-là, ce qu’il dit a peut-être un intérêt. Or il a déclaré qu’après avoir bien étudié toutes les ressources dans tous les états, la famine ou la pseudo-famine était forcée à partir de mai, et famine générale. Le mot est peut-être très gros, crois-tu réellement à la famine, mais ce qui me semble certain c’est que ce sera, pour tout le monde, l’ère des privations sérieuses.

Je lui parle aussi de la question financière si menaçante pour notre avenir. Il me répond qu’à son dernier voyage, Bonar Law a demandé au gouvernement de lui préciser nos ressources, de faire une balance exacte de ce que nous possédons et pouvons encore escompter, quel temps nous pourrions faire face aux événements car, ajoutait-il, l’Angleterre peut tenir un an encore, mais un an juste. Après ce sera fini.

Si nous ajoutons à cela des difficultés avec les États-Unis, difficultés militaires et difficultés économiques, la belle carte, sur laquelle récemment encore nous entendions notre entourage mettre tant de confiance, serait bien compromise.

Ton vieil

Et

 

Le Temps de ce soir fait une belle palinodie pour excuser sa gaffe d’hier [1] relevée vigoureusement par L’Humanité. Il ne nous manquerait plus que des coups de fusil dans les usines, et c’est à cela qu’il nous conduisait.

Et ta réquisition ?

[1] Cf. lettre du 26-27 septembre 1917 au sujet des usines Renault.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *