26-27 septembre 1917

26-27 septembre 1917

 

Mon cher Pierre,

 

Pas de pensum hier. Tu as entendu dans les deux séances de la journée tout le fond de mes pauvres tuyaux [1]. Si tu avais été encore aux armées, j’aurais tout de même pu alimenter quatre bonnes pages. J’arrive peut-être maintenant un peu tard et je crains que mes renseignements ne soient légèrement défraîchis en te parvenant.

Les bruits circulent en ce moment, dans les milieux politiques et judiciaires, très sombres. On chuchote que nous sommes à la veille d’événements intérieurs très graves, qu’une sorte de nuage plane sur Paris. Le garde des Sceaux [2] poursuivrait impitoyablement toutes les compromissions quels qu’en aient été les auteurs. Figure-toi qu’on ne parlait de rien moins que de l’arrestation éventuelle de Malvy. Les perquisitions auraient donné des résultats stupéfiants. Il est bien entendu, n’est-ce pas, que ce que je te dis là, ce sont des propos recueillis de droite et de gauche. Monzie, Caillaux, déjà nommés, se seraient retrouvés à leur avantage dans les dossiers saisis. Mais ce qui semble être vraisemblable, c’est que Jacques Landau était dans d’excellents termes avec Briand. Ce dernier est trop fin pour s’être compromis autrement que par ses rapports avec la fripouille ci-dessus, mais Jacques Landau était trop bien en cour dans le gouvernement pour qu’il n’y ait pas eu quelque chose comme cela.

Ce qu’il y a de certain, c’est que le garde des Sceaux avait, aujourd’hui, pris la décision de déférer Monier à la Cour de cassation. C’est déjà un fait d’une gravité exceptionnelle. On lui avait demandé sa démission. Il a refusé, prétendant n’avoir rien à se reprocher, on l’a alors menacé de la Cour de cassation. Monier a continué à résister acceptant cette décision, alors, Raoul Péret[3] a marché. Nous avons reçu une note dans ce sens mais, à 2 h, on nous a ordonné par la censure de ne rien faire paraître à ce sujet. L’annoncera-t-on demain ou différera-t-on cette mesure disciplinaire. Toujours est-il qu’un avocat m’a dit aujourd’hui qu’on commettait à l’égard du procureur général un acte inqualifiable et que sous ces mesures de haute moralité judiciaire se cachaient en réalité des vengeances personnelles d’avocats comme Monzie auxquels il n’avait pas permis certaines plaidoiries dans les affaires de séquestres… Je sais que le pauvre Monier est très léger et qu’il ne sait guère retenir ses propos. Souviens-toi de l’affaire Caillaux. D’autre part, dans les affaires de séquestres il a pris des mesures complètement folles, mais de là, tout de même, à être un malhonnête homme il y a loin.

Quant aux grèves, comme tu le sais, il y a environ cinquante-deux mille personnes qui ont cessé le travail, les Renault [4] comptant pour trente-sept mille. On a décidé de réquisitionner et de placer des officiers dans les usines, tout ouvrier ne rentrant pas au jour dit perdant son sursis. Le gouvernement nous a demandé de ne pas dire un mot dans les journaux. Défendu même de faire une allusion. Quelle n’est pas ma stupéfaction de lire dans Le Temps un long article où tout était sous le titre : « Crime contre la patrie », depuis la cessation du travail jusqu’à la réquisition. Je saute sur mon téléphone, je fais venir le directeur de la Censure et je lui dis en termes choisis ce que je pense de lui et de ses consignes. Il est ahuri, il n’a manifestement pas lu l’article. Il fait venir la première page du Temps et tombe de son haut car il avait eu soin de faire échopper les informations. Ou c’est une canaillerie, ou ce sont des idiots.

Ce soir, un de mes vieux amis, Razac, est venu dîner. Tous deux sommes d’anciens camarades du colonel Tillion avec qui nous avons passé notre enfance. Tillion était notre attaché militaire en Espagne. Je crois bien t’avoir raconté qu’il avait un peu la marotte de l’espionnage. Il a même eu une aventure assez désagréable qui lui a coûté son poste [5]. Tillion maintient ses dires dur comme fer. Il a vu Razac ces jours-ci et lui a raconté que l’ambiance de l’ambassade de France à Madrid était boche au suprême degré. Geoffray, personnellement très brave homme, mais tout à fait circonvenu. Les San Felice, je crois, expulsés de Biarritz, ne quittaient pas l’ambassade et Mme de Vienne [6] était liée avec tout ce qu’il y avait de plus Boche dans la capitale, notamment le chef de la propagande allemande en Espagne. Ce serait sur les instances réitérées de Geoffray également qu’un autre personnage, dont on voulait mettre la villa de Biarritz sous séquestre, en aurait obtenu la libération. Je dois ajouter que je n’ai aucune confiance en Tillion je note simplement.

            Good night.

Et

 

J’ai bien regretté de ne pouvoir aller à Saint-Pierre ce matin. Au dernier moment je n’ai pu partir, mais je me suis fait ????.

 

[1] Nalèche n’évoque pas le dîner des Débats relaté par Wendel. Pierre Lebaudy y était probablement : « Dîner ce soir aux Débats. Deux voisins intéressants : Lindenbaum et Milewsky, le premier, officier de marine, a accompagné Joffre aux US. […] » François de Wendel, Journal, 25 septembre 1917.

[2] Le garde des Sceaux est alors Raoul Péret depuis le 12 septembre 1917.

[3] Raoul Péret (1870-1942). Avocat. Homme politique. Député gauche radicale de la Vienne (1902-1927). Sénateur gauche républicaine de la Vienne (1927-1935). Sous-secrétaire d’État à l’Intérieur (1913). Ministre du Commerce, de l’Industrie et des Postes (1914). Ministre de la Justice (12 septembre-15 novembre 1917). Président de la Chambre des députés (1920-1924).

[4] Louis Renault (1877-1944). Industriel. Fonde avec ses frères Marcel et Fernand (1868-1909) une usine de munitions pour l’aviation. Ils mettent au point un tank (1918). Ils développent les usines de fabrication de voitures.

[5] Cf. lettre du 30 juin 1916.

[6] Mme de Vienne, née Gabrielle Villeroy de Galhau (1885-1970), est l’épouse de Louis Mathieu de Vienne, secrétaire d’ambassade à l’ambassade de France à Madrid.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *