25 septembre 1917

25 septembre 1917

 

Tu as vu le scandale qui a éclaté à Genève. Voici pourquoi Mme et Melle Pascal d’Aix se sont suicidées. Je viens de recevoir une note confidentielle m’en informant.

La mère était présidente et la fille trésorière de la Croix-Rouge française. Elles ont commis des faux en écriture.

Les bons de vingt francs étaient chiffrés cent vingt, ceux de dix francs étaient chiffrés cent francs. Jusqu’à ces jours-ci, on a trouvé un déficit de quatorze mille. Les deux malheureuses ont écrit leurs aveux et se sont jetées à l’eau. Mmes Mieg et Dollfus, pour éviter un plus grand scandale, ont restitué à la caisse les quatorze mille et sont prêtes à combler un déficit éventuel.

Ah ! nous savons y faire, comme on dit, avec nos représentants à l’étranger, Espagne, Suisse, etc. Les Pascal d’Aix étaient tout de même des gens assez bizarres, très liés avec le milieu Scheurer-Kestner [1], Ferry [2] et Floquet [3]. Lorsque la déclaration de guerre est arrivée, des petits jeunes gens qui étaient en Allemagne pour passer leurs vacances en apprenant l’allemand et appartenant à de bonnes familles, ont pu filer le 28 ou le 29 août par la Suisse. Comme c’était fin de mois, ils n’ont pu toucher leurs mensualités avant le départ et arrivèrent en Suisse sans un franc. Ils ont trouvé les frontières fermées, postes, télégraphes, rien ne fonctionnant plus. Ils se sont présentés au consul qui était Pascal d’Aix [4], ont donné leurs noms et qualités et lui ont demandé ce qu’ils devaient faire. Le consul a répondu qu’il était désolé mais qu’il ne pouvait rien. Il n’a même pas cherché à leur assurer un logement, un peu de nourriture, quoi que ce soit. Ces jeunes gens ont été recueillis par l’Armée du salut qui les a hébergés pendant les sept ou huit jours où ils sont restés sans communication avec leurs familles.

On a arrêté Landau dans la journée et Goldsky après. On parle d’une troisième arrestation qui aurait été opérée, mais à 8 h ce soir on ne savait pas encore le nom de celui qui avait été appréhendé. À la Chambre, on disait quasi ouvertement que les perquisitions avaient fait découvrir des documents compromettants pour Caillaux et de Monzie. Ce dernier est à la tête d’un sous-secrétariat d’État. Osera-t-on pousser ? Tu as vu que le célèbre Dubarry a été obligé de quitter la direction du Pays. Cela n’a pas été sans difficulté et il a fallu désintéresser le gaillard auquel on a dû verser la jolie somme de trois cent mille francs. Il paraît que les gros commanditaires de la feuille, les parfumeurs Wertheimer, ont pris peur, leur situation militaire ne demandant pas à être trop éclaircie et, dame, un bruit pareil autour de leur canard est de nature à amener un examen plus attentif qui amènerait des désastres pour leur précieuse tranquillité. En tout cas, Dubarry, bien que copieusement arrosé, ne se montre pas reconnaissant et il a versé quelques brocarts dans le Carnet de la semaine.

Depuis un certain temps, le Grand Hôtel était devenu le rendez-vous de tous les argousins. C’est en effet rue Scribe qu’habitaient Bolo et même Landau, je crois. Chacun d’eux avait quatre policiers à son service et, avec les relèves et ceux qui surveillent encore d’autres voyageurs, on ne voyait plus dans les couloirs et les halls que ces figures spéciales de détectives.

Le Temps, pas très adroitement, à mon sens du moins, fait un article sur les grèves en perspective. Elles sont assez menaçantes. On a fait partir hier pour Courbevoie des troupes au repos près de Versailles. On craint que le mouvement n’éclate pour la paie de fin de mois.

T’ai-je raconté que Welschinger était venu il y a deux jours à la rédaction et qu’il avait fait un raffut terrible à propos du mot « désannexion ». Il s’offrait pour dire au gouvernement qu’il ne s’agissait pas de désannexion mais de restitution de la frontière de 1814 et non celle de 1815 [5]. Il fallait Sarrebruck, Sarrelouis et toute la Sarre, etc., etc. Qu’il était nécessaire de montrer aux Allemands de l’énergie et de la fermeté et qu’ils ne s’en tireraient pas à si bon compte, que nous avions affaire à des pleutres, etc. Tu entends d’ici la voix de Welschinger claironner ses triomphes. Je lui ai dit que son idée me paraissait tout à fait trouvée, qu’il défendrait lui-même les arguments que les Allemands ne manqueraient pas d’invoquer en montrant que des Français eux-mêmes ont interprété le mot comme ils le feront sûrement eux-mêmes si nous sommes même tout à fait victorieux. Quand on songe à tout l’argent qu’ont dépensé les Allemands pour justement favoriser les sociétés, fonder des journaux et exciter le pays dans cette voie de revendications, on se demande comment nos compatriotes ont la tête faite ! Et, tu sais, ils sont légion comme cela, et quand on leur représente que les Allemands sont à Saint-Quentin et qu’il serait, tout d’abord et avant toute discussion, nécessaire de les en chasser, on passe pour un mauvais Français ou un « défaitiste ». Ah ! la peau de l’ours.

J’ai reçu la visite, hier au soir, un instant avant la tribune, de James Hyde venu avec Firmin Roz [6]. Notre Américain est maintenant, lui aussi, habillé en soldat américain. Il est devenu en quelque sorte le chef d’état-major du major Murphy[7], grand manitou de la Red Cross américaine, et Firmin Roz, littérateur qui ne manque pas de mérite, l’agent de liaison avec la presse ou autres corps constitués. T’avait-on dit déjà que Hyde avait renvoyé sa femme (Lichmann-Gontaud [8]), je ne sais pas au juste ce qui s’est passé et si la répudiation est bien réelle. Tu dois savoir tout cela mieux que moi.

Ton

Et

[1] Auguste Scheurer-Kestner défend l’innocence du capitaine Dreyfus auprès de Félix Faure, président de la République, et du général Billot, président du Conseil. Il est l’oncle par alliance de l’épouse de Jules Ferry.

[2] Jules Ferry (1832-1893). Avocat. Homme politique. Député républicain à la fin de l’Empire (1869), membre du gouvernement de la Défense nationale et maire de Paris en 1870. Ministre de l’Instruction publique (1879-1883), président du Conseil (1880-1881 ; 1883-1885), il attache son nom à une législation scolaire : obligation, gratuité et laïcité de l’enseignement primaire. Sa politique coloniale (conquête du Tonkin) provoque sa chute.

[3] Charles Floquet (1828-1896). Apparenté à Jules Ferry. Avocat. Homme politique radical. Président du Conseil (1888). Ministre de l’Intérieur (1888-1889).

[4] Georges Pascal d’Aix (1862-19). Diplomate. Il est consul général à Genève depuis 1913.

[5] Cf. lettre du 11 septembre 1917. Nalèche n’y parle pas de Welschinger mais de Bégouen où il est question de l’Autriche, de la Bulgarie, de la Roumanie à propos des frontières de 1814.

[6] Firmin Roz (1866-1957). Traducteur. Membre de l’Institut, auteur d’ouvrages sur les États-Unis et le Canada.

[7] Grayson Mallet-Prévost Murphy (1878-1937). Américain. Banquier. Homme d’affaires. Directeur de la Croix-Rouge américaine en Europe pendant la guerre.

[8] Nalèche se trompe d’orthographe. Il s’agit de Martha Leishman (1882-1944) qui a épousé en premières noces le comte Louis de Gontaut-Biron (1878-1907).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *