23-24 septembre 1917

23-24 septembre 1917

 

Mon cher Pierre,

 

Je ne t’ai pas fait de pensum hier car, ce que je t’aurais dit, je vais te l’exposer par téléphone. Cependant, j’ai entendu par quelqu’un de qualifié des plaintes sur les affaires russes extrêmement inquiétantes. Les Allemands font ce qu’ils veulent en Russie. Ils ont su prendre les Moscovites non par les grands principes mais par des moyens plus sûrs. Malgré tout ce qu’on dit, on devrait aviser. Le socialiste Rouanet est venu ce matin nous parler du Congrès socialiste qui s’est tenu hier. Il semble moins inquiet qu’il y a quelques mois sur la progression du parti minoritaire. Il dit que Ribot a fait une faute énorme en refusant les passeports pour Stockholm à la veille du jour où les Allemands allaient eux-mêmes les refuser ne voulant pas permettre la discussion des responsabilités de la guerre. Rouanet s’élève avec violence contre les gouvernements français qui n’ont ni pu ni voulu s’éclairer sur l’empire de Russie et ont effacé de la carte européenne, en tant que conductrice, la France qui fut placée dans le sillon des tzars. Il ne comprend pas que les gens patentés n’aient pas réussi à découvrir que la Russie n’était pas un peuple mais une « horde de peuplades ».

Après avoir écouté Rouanet, je suis allé déjeuner chez Jean Dupuy où Arthur Meyer nous a rendu compte de nos œuvres des Éprouvés.

Pendant le repas, on a parlé mais sans grande animation. Il n’y avait pas là de forte tête. Berthoulat a fait un éloge immodéré de Briand, il doit avoir ses raisons. Lui seul est un homme de gouvernement, lui seul est capable de diriger les affaires de l’État. S’il n’a pas réussi, c’est à son entourage qu’il le doit. N’est-ce pas le propre d’un homme de gouvernement que de savoir s’entourer. Il ne peut pas faire les affaires d’un pays tout seul. Il a ramassé Viollette parce qu’il s’est présenté au dernier moment et que la combinaison n’était pas entamée par ce procédé in extremis. Le trou était bouché, c’est tout ce qu’on demandait. Mais savoir si l’homme avait des compétences, s’il était capable de donner une solution à tous ces problèmes si difficiles, cela n’avait aucune importance. Voici ce qu’on nous sort comme homme de gouvernement ! Étonnez-vous, après, si nous assistons aux conséquences désolantes de deux ans de cette politique de lâchage.

À part cela, on a peu parlé du ministère actuel et beaucoup des affaires en cours. Arthur Meyer a beaucoup dit que Bouchardon [1] ne trouvait rien sur Bolo. Les gens renseignés ont tout de suite trouvé beaucoup de choses. Notamment, on se demande pourquoi Daudet ménage aussi manifestement Bolo Pacha que, tous les trois jours, il demande à ne pas confondre avec Almereyda. Une hypothèse, pour expliquer cette abstention, est émise. Bolo Pacha versa une somme importante à la Société de la rive gauche du Rhin, et tu sais que l’Action française a marché avec énergie pour la conquête. Elle est un peu attrapée maintenant de voir que l’excitation à l’annexion des pays de la rive gauche faisait partie du plan de propagande pangermaniste.

On a essayé de dire que Bolo Pacha connaissait le président de la République et que Mme Bolo [2] faisait partie des relations de Mme Poincaré. Voici ce qu’a répondu Poincaré : « Mes relations avec Bolo, je vais vous les expliquer. Quant à Mme Poincaré, il se peut que Mme Bolo soit venue à l’Élysée où l’on est très accueillant, mais nous n’en avons aucun souvenir. En tout cas, comme relations personnelles, elles sont nulles. Quant à moi, je fus sollicité par Henri Cain [3] de recevoir Bolo Pacha. Cain ne tarissait pas d’éloges sur lui, affirmant que c’était un homme de tout premier ordre capable de rendre les plus grands services, etc. Je reçus donc Bolo avec Cain. Il s’exprima sur l’ancien Khédive, sur Hearst, sur Humbert du Journal en termes dithyrambiques. Il dit notamment qu’il attachait une importance extrême à l’envoi en mission auprès du roi d’Espagne du directeur du Journal. J’ai répondu que M. Humbert, directeur d’un grand quotidien, sénateur, n’avait besoin d’aucune mission pour être reçu. Au surplus, il pouvait négocier cela avec le ministère des Affaires étrangères. »

Le président demanda s’il ne ferait pas bien d’intervenir à l’instruction pour dire ses rapports avec Bolo. On l’en a dissuadé comme procédé dangereux. Déjà, une fois, il est intervenu au procès Caillaux. Ce ne fut pas très heureux.

Le Radical, dont le directeur est Dumesnil [4], aujourd’hui chef du service des Interprètes au ministère, a touché quatre cent mille francs de Bolo pour la rive gauche du Rhin. Tu vois quel arrosage et quel prix on attachait à un mouvement d’opinion en France sur la question. Quand nous suppliions les gens de ne pas parler de cela, on nous traitait de mauvais Français et d’anti-patriotes !

Good bye.

Et

 

La censure vient de me faire enlever l’arrestation de Sébastien Faure [5], pas pour anarchie mais pour avoir commis quelque « indécent assaut » sur des petites filles.

[1] Pierre Bouchardon (1870-1950). Juriste. Conseiller à la Cour d’appel de Paris, il est mobilisé du 7 août 1914 au 13 juillet 1919 comme capitaine rapporteur près du 3e conseil de guerre permanent du Gouvernement militaire de Paris. Juge d’instruction militaire. Il instruit les grandes affaires d’espionnage et de trahison en 1917 (affaires Bolo, Duval, Lombard, Garfunkel, Mata Hari, Caillaux, etc.)

[2] Pauline Moiriart. Chanteuse de music-hall. Son mariage avec Paul Bolo le 13 février 1918 est annulé la veille de sa condamnation à mort.

[3] Henri Cain (1859-1937). Auteur dramatique. Librettiste d’opéras. Artiste peintre.

[4] Edmond Dumesnil (1866-1928). Sous-préfet. Journaliste. Créateur du Comité d’action pour les réformes républicaines qui devient le Parti radical. Membre du comité directeur du Parti radical et de celui de l’Alliance démocratique. Directeur du Rappel (1908) et du Radical.

[5] Sébastien Faure (1858-1942). Anarchiste. Fondateur du Libertaire avec Louise Michel en 1895. Il crée en avril 1916 un journal contestataire et antimilitariste, Ce qu’il faut dire diffusé dans l’armée, que Clemenceau supprimera en 1918.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *