18 novembre 1915

18 novembre 1915

 

Je t’envoie, mon cher Pierre, le dernier télégramme reçu à propos des affaires serbes. Je ne le donne pas et tu le comprendras, mais malheureusement cette correspondance ne semble que trop exacte et exprime l’opinion que je te citais hier du colonel italien [1]. Maintenant, si les Serbes se retirent dans les montagnes, ils peuvent continuer une guerre de partisans. Il est probable qu’étant donné la lenteur des communications postales, tu seras au courant avant d’avoir reçu mon télégramme. Il paraît certain que les Serbes n’ont plus aucune route par où se retirer, tout est coupé et occupé.

Je te complète les informations sur les hommes d’État anglais en France. Le Conseil de guerre a duré jusqu’à 1 h de la nuit, et un des ministres a annoncé ce matin que l’on avait pris des décisions du plus haut intérêt [2]. Quelles sont-elles ? On fait le silence, mais on a l’air décidé à agir énergiquement. Pourvu que ce ne soit pas encore des palabres comme celles auxquelles nous assistons depuis des mois.

Ton affectionné

Étienne

 

[1] Cf. lettre du 16-17 novembre 1915.

[2] Lors de la conférence franco-anglaise à Paris (Asquith, Balfour, Lloyd George, Grey, Briand, Gallieni, Joffre et l’amiral Lacaze) est adopté le principe d’un comité mixte permanent destiné à coordonner l’action des Alliés.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *