22 septembre 1917

22 septembre 1917

 

Je t’avais dit hier, mon vieux Pierre, que je te citerais quelques passages d’une lettre reçue d’Espagne et qui confirmait absolument ce que me disait M. de Lévis-Mirepoix. Voici cet extrait :

« Néanmoins, je crois que notre diplomatie s’est lourdement trompée ici. Elle a soutenu le roi en sympathisant avec les républicains qu’elle n’a ni satisfaits ni découragés. Cette attitude équivoque est tout à fait dans la tradition du Quai d’Orsay en ce qui concerne les choses d’Espagne. On a toujours cherché à rester en termes amicaux avec le gouvernement en se gardant de lui ôter toute préoccupation du côté de ses ennemis. C’était excellent en temps de paix. En temps de guerre, il y a un tiers intéressé à brouiller les cartes. Les Allemands épient nos moindres mouvements. Ils exploitent merveilleusement contre nous toutes les avances clandestines que nous adressons aux éléments anti-dynastiques. Leur plan a réussi au-delà de toutes leurs espérances au cours des événements du mois dernier. Une personnalité de notre ambassade, qui vient d’être reçue par le roi, me disait ce matin : « Nous avons perdu en Espagne une bataille morale. »

« Je crois qu’on le sent en effet à Paris et qu’on va tâcher de réparer. La question espagnole est avant tout économique. On va donc se cantonner sur ce terrain et réitérer au roi les assurances de notre loyauté. Mieux vaut tard que jamais.

« Il y aurait beaucoup à dire encore, notamment sur l’incident Bréal. Évidemment, ce dernier a été imprudent. M. Dato s’est vanté devant moi d’avoir en mains de quoi le faire fusiller. Sans prendre cette assertion au sérieux, il n’est pas douteux que les correspondances de Bréal au Temps, pour nous en tenir à ce que tout le monde connaît, n’étaient pas celles d’un haut fonctionnaire du Quai d’Orsay.

Aujourd’hui, nous avons enfin les réponses des Centraux. Telles qu’elles sont, elles me paraissent être un gros échec pour le Vatican. J’ai beaucoup entendu dire depuis ce matin qu’elles étaient complètement vides. Je ne partage pas tout à fait cette opinion. Elles sont en effet complètement vides au point de vue des buts de guerre, mais la lenteur que l’on a mise à les adresser et la différence de ton des deux papiers me semblent significatives. Je n’ai encore recueilli que très peu d’impressions sur elles. L’heure de leur arrivée, midi et demi, a empêché qu’elles puissent être discutées dans la matinée.

Alter ego vient beaucoup, presque tous les jours, avant son départ fixé à lundi et mardi [1].

Il nous affirme maintenant que c’est un ordre qui lui a été donné et que sa nomination doit servir de point de départ et de tampon à une foule d’autres, le ministère ayant besoin de trouver une vingtaine de gens. Le nom du Journal des Débats devait faciliter ce projet et en corser le reste. Nous voici passés à l’état de vaseline ! Cambon, paraît-il, ignorait complètement cette nomination et aurait cru à une formidable pression de ma part. Alter ego l’a détrompé.

J’ai compris que notre Chaumeix voulait bien donner l’impression qu’il était aux Débats. Il se rend compte que c’est encore là qu’est son unique force. J’ai vu cela à de petits détails presque comiques.

À toi.

Et

[1] André Chaumeix part pour Berne où il a été nommé conseiller d’ambassade. Cf. lettre du 15 septembre 1917.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *