20 septembre 1917

20 septembre 1917

 

As-tu lu Le Figaro de ce matin, mon cher Pierre, si oui, as-tu remarqué l’article de Polybe. Il n’y a pas l’ombre d’un doute que c’est le résultat de la conversation d’avant-hier, non pas celui que Paléologue aurait souhaité, mais les théories ou plutôt les réponses de Gauvain que Reinach a utilisées toutes fraîches. Relis l’article à ce point de vue-là et tu verras que je ne me trompe guère.

J’ai eu un déjeuner assez amusant ce matin. Je devais déjeuner simplement avec Decrais et Pernot et, par suite d’un enchaînement de circonstances, la réunion s’est brusquement étendue par l’arrivée de Lévis-Mirepoix, de Dupuy-Mazuel et du neveu.

Dupuy-Mazuel, qui est chez Painlevé, est très mal impressionné par le vote de la Chambre. Il estime que ce ne sera pas très long. Il nous a dit, en se tordant, qu’une fois encore le père Ribot a joué un bon tour au cabinet. En revanche, il se félicite du retour au affaires de Barthou estimant qu’il fera maintenant son chemin et qu’à un moment donné il deviendra président du Conseil sans les socialistes… Ou avec eux, conclut philosophiquement Decrais.

Lévis-Mirepoix dit que le roi d’Espagne est extrêmement monté contre nous. Il ne peut pas admettre que notre gouvernement ait pu envoyer des agents entretenant des relations d’intimité avec les révolutionnaires, lorsqu’il fait avec l’ambassadeur une politique tout à fait différente. Je venais justement de recevoir une lettre de notre correspondant de Madrid qui me disait exactement la même chose. J’avais voulu l’apporter pour t’en donner quelques extraits, je m’aperçois que je l’ai laissée sur mon bureau. Si ma journée de demain est maigre je reprendrai le sujet.

  1. Pernot , lui, nous dit que Pershingest extrêmement mécontent et ne veut plus avoir de rapports avec le commandement. On lui a donné des gens stupides qu’il ne désire plus connaître. Painlevé vient de nommer auprès de lui un homme très remarquable, dit-on, le colonel Georges [1]. On espère qu’il remettra un peu d’huile dans les rouages.

            Strictement confidentiel.

Je devais déjeuner ce matin avec Jean Dupuy pour lui faire raconter une chose très plaisante qui est l’histoire des négociations qu’il a été chargé de faire auprès de Caillaux. L’assistance ne m’a pas permis d’aborder la question, mais, étant parti avec lui, je lui ai fait raconter en quelques mots.

Besnard, sachant qu’il avait été assez lié autrefois avec Caillaux, le pria d’aller voir l’ancien ministre pour savoir un peu quelle serait son attitude devant le cabinet. Jean Dupuy, très embêté, prend son téléphone et appelle Caillaux pour lui demander rendez-vous. Il s’en va rue Alphonse-de-Neuville.

– Que viens-tu faire ?

– Je viens te voir et causer un peu avec toi.

– Veux-tu venir à la chasse avec moi tel jour ?

– Je ne chasse pas et, du reste, je n’en aurai guère le temps.

– Qui est-ce qui t’envoie auprès de moi ?

– … Mais personne ne m’envoie, je viens tout simplement savoir un peu ce que tu penses du ministère. Dans ma situation, j’ai besoin de connaître un peu la situation, etc.

– Ce que je pense, c’est très simple ; le gouvernement n’a qu’à m’offrir un grand poste que, d’accord avec            je refuserai.

– Moi, mon vieux, je ne peux pas me charger de ces commissions-là.

Le lendemain, Caillaux était chez Besnard.

Je t’envoie une lettre de Mérindol [2] qui, en retournant en Russie, a vu le roi de Norvège [3]. Tu me la rendras dès que tu n’en auras plus besoin.

Ton affectionné

Et

[1] Alphonse Joseph Georges (1875-1951). Colonel. Il est affecté à l’état-major du général Foch dont il dirige le 3e bureau sous les ordres du général Weygand.

[2] Non identifié.

[3] Le roi de Norvège est alors Haakon VII (1872-1957). Il règne de 1905 à 1957.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *