19 septembre 1917

19 septembre 1917

 

Notre pauvre André [1] a mauvaise presse, mon cher Pierre, et sa nomination soulève des quantités de récriminations. Il y eut au Quai d’Orsay une réunion de tous les gens de carrière qui déléguèrent quelques-uns d’entre eux pour aller auprès du ministre protester contre le décret. Du reste, il n’était pas spécialement visé par la démarche mais toute la promotion. Gauvain est assez bienveillant chez nous tandis que de Caix, avec son ironie tranquille, déclare que c’est une ineptie de lui donner un poste de cette nature car il n’a jamais compris la politique extérieure. D’autres déclarent qu’il est assez comique de l’avoir nommé conseiller, ce titre étant le dernier à lui convenir, que, cependant, il y aura là une bonne chose, il aura la valise pour porter les lettres qu’on lui confie et qui n’arrivent jamais ou celles qu’il n’a jamais écrites. J’ai été assez étonné de voir qu’il était si peu aimé dans la maison. Je savais bien que quelques-uns le dénigraient volontiers, mais je ne savais pas que ces quelques-uns étaient très nombreux.

Savoure l’ironie des choses. En téléphonant ce matin à Gauvain pour nous entendre comme d’habitude, il me dit : « Je viens de recevoir un papier très considérable de Salvemini, trente-deux feuillets dont le titre est Delenda Austria [2]. Si, un jour, vous aviez de la place, on pourrait le publier. » Glissant sur l’inopportunité du factum, je me récrie en lui disant : Trente-deux pages, vous n’y songez pas ! Nous n’aurons jamais la place pour caser une machine pareille. Alors Gauvain me dit que je pourrais très bien remplacer le roman par cette conférence de l’auteur italien (celui-ci, tu le sais, est tout à fait avec nous et dans nos idées) que nous publierions en plusieurs fois. Pour lui, le feuilleton est complètement inutile et serait avantageusement remplacé par des documents de ce goût-là. Je n’admets pas son point de vue, et je crois bien que Delenda Austria devra attendre des événements pour voir le jour.

Je l’interroge sur la fin de la conversation d’hier. Elle a duré très longtemps. Paléologue a répété ce que je t’ai assez longuement écrit. L’avis de Gauvain est que la théorie de Paléologue est très fumeuse et que aucune solution ne pourrait en sortir. Pour le moment, il nous faut continuer la même politique de fermeté, si nous en sortions ce serait catastrophique. La moindre avance nous ruinerait irrémédiablement. À ce point de vue-là, il a raison, et les Allemands sont des négociateurs de la plus mauvaise foi. Nous les avons vus à Algésiras. Tout en continuant dans la presse à tenir ferme sur nos positions, cela n’empêche pas de voir venir. Un gouvernement doit au contraire se servir de la presse pour montrer à ses adversaires qu’il y a des courants d’opinion qu’il ne saurait braver. Fermeté, cependant, ne veut pas dire agressivité.

À côté de cela, je relève les contradictions les plus bizarres chez ceux mêmes qui disent qu’il faut tenir envers et contre tout jusqu’à ce qu’on ait raison des Allemands. Ce matin même, un membre de l’Institut à qui je répondais que les deux ans de guerre à trois milliards par mois nous feraient encore soixante-douze milliards et que l’on se demande où ils pourront être trouvés, il me répond : financièrement, nous ne pourrons guère aller au-delà de mai. Alors ?

Une nouvelle lettre de Londres reçue ce matin me dit : « Je remarque que dans le compte rendu du déjeuner offert au Congressum américain Mac Cormick le 12 septembre par le groupe parlementaire impérialiste (Débats, 14 septembre, col. 5), la seule phrase intéressante prononcée à cette agape internationale anglo-américaine ne figure pas. Probablement parce qu’elle est importante. La voici : c’est Bonar Law [3] qui l’a dite :

« Nous comptons sur eux (les États-Unis), et pour une bonne raison, car moi, en qualité de chancelier de l’Échiquier, je suis à dire aujourd’hui – ce que j’aurais été très fâché d’avouer il y a six mois – que, sans l’aide des États-Unis, la situation financière des Alliés aurait été dans une position très désastreuse aujourd’hui. »

Voici la phrase mot pour mot avec ses répétitions bizarres.

Remarque que Bonar Law a dit les Alliés et non pas situation britannique, et l’on ne peut donner à sa phrase d’autre interprétation que la suivante : Les États-Unis, étant donné la situation révélée par le chancelier, sont maîtres de nous imposer tout ce qu’ils voudront. Il faut donc bien voir ce que disent Wilson et Lansing. Les Américains s’entendront plus facilement avec nous qu’avec les Anglais, nous devons donc cultiver l’Amérique et ouvrir l’œil.

J’ai appris aujourd’hui que nous étions à la veille d’une grève de monteurs mécaniciens d’avions. Ils demandent une augmentation de salaire et gagnent déjà cinq francs l’heure. Tu vois leurs journées. Cela ne leur suffit pas car ils savent que les Américains n’ont pas d’ajusteurs et que l’on ne peut se passer d’eux.

Ton vieil

Et

[1] Cf. lettre du 15 septembre 1917. André Chaumeix est nommé conseiller d’ambassade à Berne.

[2] En latin : « Il faut détruire l’Autriche ».

[3] Andrew Bonar Law (1858-1923). Anglais. Homme politique né au Canada. Chef du parti conservateur dès 1911.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *