18 septembre 1917

18 septembre 1917

 

Mon vieux Pierre,

 

Au risque de t’embêter, il faut bien que je te parle du déjeuner de ce matin qui eut lieu dans le petit appartement, ma foi très gai et très ensoleillé, de Paléologue. Nous n’étions que cinq, Reinach, Paléologue, Chaumeix, Gauvain et moi. Obligé de partir de très bonne heure, j’ai été obligé de laisser la conversation au moment où elle devenait le plus intéressant. Cependant, mon but était atteint car j’avais été le promoteur de ce déjeuner [1] afin que Paléologue répétât à notre Gauvain tout ce qu’il m’avait dit chez toi. J’aurais voulu pouvoir lui faire préciser les dates qui m’avaient fait dresser l’oreille jeudi dernier, malheureusement j’ai quitté avant que cela m’ait été possible et je n’ai pu diriger le mouvement. Je saurai par Gauvain la suite. Au cours du repas, on a parlé un peu de tout et de tous. Reinach a fait grand éloge de Lacaze, déclaré que Painlevé était le plus mauvais ministre de la Guerre que nous ayons eu et qu’il porterait une lourde responsabilité devant l’histoire. (Deschanel, hier, le portait aux nues). Digression sur les généraux. Anecdotes sur Castelnau, sur Foch. Joseph nous dit combien Castelnau sait rouler les gens dans la farine. Il fait un parallèle entre Foch et Castelnau. Cela me paraît à l’avantage du premier, le second ayant toujours su s’entourer de gens capables de vanter ses mérites dans la presse ou ailleurs. Les deux généraux sont de sentiments très religieux, peut-être même Foch l’est-il plus de fond que l’autre. Comme ils ont été un tantinet brouillés et que Castelnau a cherché à éliminer Foch, un jour que Reinach, venant de voir Castelnau, arrive chez Foch, ce dernier lui demande : Et que dit ce jésuite de Castelnau.

Autre anecdote à propos de Briand et du prince Georges. On venait de publier les fameuses lettres du prince à son frère. Reinach crut de son devoir de publier un petit article. Il se dit : si je suis remercié par la princesse, c’est qu’il n’y a rien entre l’ex-Premier et elle ; si au contraire c’est Briand qui me remercie, c’est que ça y est. – C’est Briand qui a remercié…

Après le déjeuner, la conversation devient sérieuse. Paléologue demande si réellement le commandement compte sur des victoires pour sortir de la situation présente. Reinach ne dit rien, Gauvain se tait, Chaumeix entame l’éloge du commandant Carence qui a tout vu, tout prévu et qui a déclaré vers 1915 que la victoire ne serait acquise qu’au moyen d’une puissante artillerie et que celle-ci ne pourrait être réalisée que dans deux ans. Ce serait donc pendant deux ans l’attente sans rien risquer jusqu’au moment où tout serait prêt. – Permettez, a repris Reinach, ce programme de puissante artillerie, nous venons de le voir appliquer dans toute sa rigueur. La bataille de Verdun a été une bataille d’artillerie dans laquelle ont été engagés soixante dix artilleurs contre quarante mille fantassins. Les positions ont été enlevées presque sans pertes. Eh bien, je reviens de Verdun où j’ai passé quatre jours à tout visiter, Verdun est marmité comme par le passé. Vous voyez donc que ce programme n’est pas aussi efficace qu’on pouvait l’espérer. Chaumeix est resté un peu court et comme on questionnait toujours, il répondit : Je crois que le commandement compte sur le repli allemand…

– Alors, a repris Paléologue, si c’est cela, cependant, il faudra bien en sortir. Je ne vois qu’un moyen. (Ici, je te renvoie à ma lettre de l’autre jour [2].)

La conversation a continué sur ce thème et sur les bruits de paix que font circuler les Allemands. J’ai été obligé de prendre congé.

            Good night.

Et

[1] Cf. lettre du 16 septembre 1917.

[2] Cf. lettre du 13 septembre 1917.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *