15 novembre 1915

15 novembre 1915

 

Mon cher Pierre,

 

Tu trouveras dans le journal un article et une lettre d’Italie, mais, de source privée, je reçois quelques détails que je te donne. Il semblerait que l’opinion italienne, jusqu’à présent très hésitante, subit une évolution. Elle sent la nécessité de continuer ailleurs une guerre arrêtée par l’hiver, et de s’opposer à la poussée germanique, ou plutôt germano-bulgare, vers l’Adriatique.

L’intervention apparaîtrait maintenant comme probable. La question serait de savoir si elle se ferait à nos côtés comme nous le voudrions par Salonique et le Vardar, ou par l’Albanie comme les Italiens sembleraient le préférer.

Ils croient qu’il est trop tard pour prendre le premier parti. Cependant, la reprise de Velis et notre montée vers le nord peuvent encore leur démontrer le contraire, et nous voudrions les décider à se joindre directement à nous pour arrêter le plus vite possible les communications avec Constantinople.

Mon correspondant me dit que Destrée [1] , le sénateur belge dont tu as dû lire les articles dans Le Petit Parisien, qui travaille depuis longtemps à Rome, n’espérait guère que de l’obligeance, des facilités, mais pas de concours effectif avant ces dernières journées. Il estimait que l’hésitation des Italiens tenait en grande partie à ce qu’ils ne connaissent pas assez l’étendue de l’effort anglais. S’ils étaient mieux renseignés sur la force, la loyauté et l’obstination de l’Angleterre, cela seul pourrait contrebalancer la persistance du prestige allemand. C’est à cela que s’attacherait maintenant sa propagande. Il penserait d’ailleurs que les socialistes ne feront rien pour limiter la guerre, mais le gouvernement peu solide aurait eu besoin d’un succès comme la prise de Goritz qu’on escomptait pour le 26 octobre et dont on voit reculer l’échéance.

Je crois que tu t’étais intéressé aussi aux choses d’Angleterre, voici les renseignements que je reçois également de source privée. Jusqu’à un certain point, les déclarations ministérielles, les remaniements et la promesse d’une coopération plus étroite entre les Alliés (militaire, diplomatique et financière) ont fait bon effet, mais jusqu’à un certain point seulement.

Asquith [2], sauvé par le fait qu’il est irremplaçable, n’a pas entièrement repris son ascendant sur la Chambre. On le discute, on est moins disposé à tout accueillir de lui sans contrôle, et la Chambre des communes renonce à son rôle par trop passif. Ce ne serait pas mauvais.

L’opinion de mon correspondant serait que la Chambre arrive au point où Asquith, qui est fin comme l’ambre, voulait les mener. Il sait qu’en Angleterre il faut agir sur l’opinion ou laisser les faits agir sur elle jusqu’au moment où elle croit avoir inventé ce qu’on lui souffle. Il croit donc que nous sommes arrivés au moment où nous allons voir les choses marcher plus rondement. C’est long sans doute, ajoute-t-il, mais les Anglais sont les Anglais.

Il insiste avec vigueur sur la nécessité, dans la presse et ailleurs, de flatter leur amour-propre. Ils sont blessés de la manière dont on les traite et dont on parle d’eux et de leurs soldats. Cela court de bouche en bouche et fait mauvaise impression sur le public. Si ce sentiment s’accentuait, l’Entente cordiale en souffrirait et se relâcherait, le gouvernement en serait aussitôt affaibli et les Allemands seuls en profiteraient. Un officier français, à qui mon correspondant faisait cette observation, répondit que les Anglais avaient fait beaucoup, mais qu’il ne fallait pas leur laisser croire qu’ils avaient fait assez. Rien de plus juste, mais il y a la manière. Il ne faut pas leur dire, faites ceci ou cela, mais nous sommes sûrs que vous faites telle ou telle chose et nous avons la plus grande confiance en vous.

On me demande du reste de faire tout mon possible pour expliquer cela à la presse. Je vais m’y employer de mon mieux, mais hélas, tu sais combien il est difficile de faire comprendre certaines choses.

La lettre me cite, comme exemple des choses qu’il ne faut pas dire, le discours aux ouvriers d’Albert Thomas [3]. Il était très beau, mais il y avait des choses qu’il ne faut pas dire aux Anglais.

J’ai vu ce matin cinq minutes le ministre. On a l’impression que c’est un homme qui sait ce qu’il veut et qui connaît le prix du temps. Pour tout le reste je te dirai mes sentiments.

À toi de cœur.

Et

 

Je rouvre ma lettre car je reçois à l’instant une lettre me disant que Cadorna [4] et le ministre de la Marine ont conféré vendredi 12. On pense qu’ils ont parlé de l’intervention en Albanie qu’on donne comme certaine. On disait même que les embarquements étaient commencés, mais ce n’est pas confirmé. Gallieni aurait voulu qu’ils se joignissent à nous du côté Salonique Vardar, mais ils ne veulent pas.

La même lettre contient les bruits qui circulent qu’il y aurait d’autres bateaux italiens coulés, mais qu’on distille les nouvelles. Un grand blanc, dans La Tribune ou le Giornale, contenait le récit d’un transport rencontré par un sous-marin allemand qui le salue par des Hoch ! amicaux, s’éloigne et revient ensuite le couler sous pavillon autrichien.

[1] Jules Destrée (1863-1936). Belge. Avocat. Écrivain. Homme politique attaché à l’idée nationale belge, élu à la chambre des représentants en 1894. Il défend la cause belge à Londres, à Paris et à Rome où il plaide l’entrée en guerre de l’Italie aux côtés des Alliés.

[2] Herbert Henry, lord Asquith (1852-1928). Anglais. Homme politique, chef du parti libéral. De 1908 à 1916, il est Premier ministre.

[3] Albert Thomas (1878-1932). Député socialiste de la Seine (1910-1919). Il est sous-secrétaire d’État à la Guerre du 18 mai 1915 au 11 décembre 1916 chargé de l’Artillerie et de l’Équipement militaire, puis de l’Artillerie et des Munitions. Son but est de « rassembler toutes les énergies pour la victoire et d’utiliser au maximum toutes les ressources du pays. » Il augmente la mobilisation du potentiel industriel. Afin de motiver chacun, il prononce ses discours, parfois monté sur des obus, pour marquer les esprits.

[4] Luigi Cadorna (1850-1928). Italien. Généralissime de l’armée italienne de 1915 à 1917.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *