14 novembre 1915

14 novembre 1915

 

J’ai vu une lettre assez curieuse aujourd’hui, mon cher Peter, elle a été écrite par un de nos anciens correcteurs qui avait accepté il y a deux ans une place que je lui offrais à Bucarest. Il dit à son correspondant que l’état d’esprit de la population roumaine n’est pas tout à fait celui que nous nous représentons ou que représentent nos journaux. Les manifestations francophiles ou interventionnistes alterneraient avec des démonstrations germanophiles, et les deux camps paraîtraient s’équilibrer. Certainement, Bratiano [1] ne reste pas inactif devant la poussée interventionniste, et il doit travailler de son côté.

J’ai eu la visite hier de Xavier de La Rochefoucauld qui m’est resté une bonne heure. Tu sais sans doute qu’il s’est consacré à l’Action libérale de Piou [2]. Il est assez intelligent, mais croit à son immense supériorité parce qu’il juge un peu le monde d’après ceux qui l’entourent. Il a des rêves d’union sacrée qui m’apparaissent impossibles à réaliser. Mais le fond du sac, c’est qu’il est, comme beaucoup, démangé en ce moment par l’ambition de jouer un rôle. (Garde tout cela pour toi, je t’en écris parce que j’ai pris l’habitude de te raconter tout espèce de balivernes). La situation que Xavier occupe à l’Action libérale l’a mis en rapport avec Rome où il connaît beaucoup de monde côté Vatican. Il est persuadé qu’il pourrait rendre service. C’est très possible. Il sent que son nom en plus lui servirait. Je crois bien qu’il serait heureux si j’en glissais un mot dans quelque oreille puissante. Mon Dieu, je ne dis pas que je ne le ferai pas. Mais j’attendrai le retour de Rome de l’auteur de La Politique de Pie X [3] qui y est allé dans des conditions très intéressantes qu’il me serait difficile de t’expliquer[4]. Il va rentrer et me mettre au courant de ce qui se passe là-bas dans le pays de la neutralité.

Ton vieil affectionné

Et

 

[1] Ian C. Bratiano (1864-1927). Roumain. Homme politique libéral. Président du Conseil.

[2] Jacques Piou (1838-1932). Avocat. Fondateur de l’Action libérale (1902) qui regroupe les représentants des partis d’ordre. Député de droite indépendante de la Haute-Garonne (1885-1893) puis de la Lozère (1906-1919). Vice-président de la commission du Budget et membre de la commission des Affaires étrangères.

[3] Il s’agit de Maurice Pernot (1875-1948), auteur de La Politique de Pie X (1906-1910), ed. F. Alcan, Bibliothèque d’histoire contemporaine, 1910, 297 p., établi à partir d’articles publiés dans le Journal des Débats, 1906-1910. Il est l’ancien correspondant du Journal des Débats à Rome et à Vienne et est alors directeur des services d’information du GQG à Chantilly.

[4] Cf. lettre du 25 novembre 1915 : « Il était à Rome avec Gouraud. ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *