11 août 1917

11 août 1917

 

Ne t’est-il pas venu à l’idée ce matin, en lisant les journaux, que nous avions bien raison, il y a quelques semaines, en estimant qu’il ne fallait pas donner d’importance au voyage à Stockholm [1]. – Vous voulez y aller, allez-y donc. Que voulez-vous que cela nous fasse, vous n’êtes rien. Ribot, si tu t’en souviens, partait pour Londres et il semblait bien de son avis, mais, à son retour, il a trouvé une situation impossible. Les journaux s’étaient emparé de l’affaire, les radicaux, en cette occasion, par peur des socialistes, avaient lié parti avec les différents Barrès et Capus. Si on va à Stockholm tout est perdu, pas un poilu ne voudra se battre désormais en se disant qu’on négocie la paix, etc., etc. Les gens plus froids disaient : vous verrez la suite, vous donnez à ces socialistes une importance énorme, soyez tranquille, ils la garderont. Et Ribot se décida, à la quasi-unanimité de la Chambre, à refuser les passeports. Voilà le résultat. On n’est pas allé à Stockholm, mais l’affaire s’est enflée d’une façon extraordinaire et les différents partis socialistes semblent devenir de plus en plus les arbitres de la paix européenne. L’univers attend les décisions de leurs meetings ou de leurs congrès et, avec anxiété, on se demande ce qu’ils vont dire des conditions de paix. On est suspendu aux moindres manifestations de ces messieurs.

Après tout, ce que je te dis là n’est qu’une appréciation personnelle, mais je ne serais pas éloigné de croire que tu la partages.

Ce matin, à la rédaction où se trouvait Wilmotte, je parlais de ces nombreux cas de trahison dont je t’ai déjà entretenu, trahisons conscientes ou inconscientes. Wilmotte, alors, s’est animé et nous a dit que ces faits n’avaient rien d’étonnant, que les Allemands en Belgique en étaient arrivés à leurs fins. – Quelles fins ? – C’est convaincre les Belges de la paix allemande. Et le gouverneur du Havre n’a rien fait pour lutter contre ces influences pernicieuses. Le Havre est environné de Flamingants, et ce sont ceux-ci qui paralysent toute action. Exemple : Vous savez que les Allemands ont créé une université flamande. Les chaires sont occupées par des professeurs belges qui sont allés prendre le mot d’ordre à Berlin et qui sont payés par les fonds de la Belgique. Le gouverneur du Havre aurait pu les révoquer. Il n’en a rien fait. Le roi, de par son autorité personnelle, leur a retiré les ordres, mais ce fut une chose tout à fait particulière aux sentiments du roi tandis que le gouvernement, cédant aux Flamingants, est resté coi. Ne vient-on pas de voir l’ancienne fête nationale de Belgique supprimée et la fête des Éperons d’or (ce qui est significatif) transformée en fête nationale. Pas une protestation du Havre. Il faut noter que les Flamingants ont depuis longtemps des sympathies en Allemagne, qu’ils n’ont jamais aimé les Français, et on comprend le pas immense accompli par les envahisseurs devant l’inertie du gouvernement dans le sens d’une paix qui amènerait la fédération de la Belgique avec l’Allemagne. Quelqu’un qui était là, et qui est très lié avec le gouverneur du Havre, a protesté avec la dernière énergie. Il a demandé de suite des renseignements précis et peut-être les recevrons-nous d’ici peu. Wilmotte me disait qu’il aurait voulu écrire chez nous un article pour expliquer tout cela. Gardez-vous en bien, lui ai-je dit, car si vous lancez dans le public l’idée qu’il y a des Belges qui se rallient aux projets allemands, vous pourrez être assuré que le public ne cherchera pas à savoir s’il y a des Wallons et des Flamingants, il ne verra qu’une chose : ce Belge bochophile et pactisant avec ses envahisseurs.

On m’a porté ce matin un numéro de je ne sais quel journal de Bordeaux qui contient une grande réclame genre prospectus financier de 4e page. C’est la constitution d’une société qui m’a l’air de tout exploiter, terrains, maisons, marchandises, peut-être aussi les corps et les âmes. Suit la liste des membres du conseil d’administration. En tête, comme président, M. Eugène Lautier [2], officier de la Légion d’honneur (rédacteur au Temps et candidat éventuel dans les Landes) immédiatement après M. Leymarie. Celui-ci est le frère du directeur de la Sûreté. Que dis-tu de cette association ?

Ton vieil

Et

[1] Le Labour Party en Angleterre et le parti socialiste en France décident d’envoyer une délégation à Stockholm tandis que les États-Unis refusent les passeports à la délégation socialiste américaine. La conférence de Stockholm est un échec de réconciliation des partis socialistes des pays belligérants.

[2] Eugène Lautier (1867-1935). Journaliste. Chargé de la politique intérieure au Temps (1885-1907). Directeur de la politique extérieure au Figaro (1905). Homme politique républicain laïc.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *