13 novembre 1915

13 novembre 1915

 

Notre dîner [1] a eu lieu hier sans toi, mon cher Pierre. Nous étions neuf, du Lau [2] était cloué au lit par un accès de goutte, et François de Wendel [3] était retenu par l’arrivée de ses cousins. Vauvineux [4], d’Andigné [5], Viefville [6], le général Thomassin [7], Bompard [8], Sommier [9], Ternaux-Compans [10].

Bompard a été intéressant par hazard, il a quitté son air ironique pour nous raconter comment avait été faite la première expédition navale de Gallipoli [11]. C’est un officier de marine qui avait fait un plan de prise de Constantinople par les escadres. Ce plan, envoyé à Londres, fut trouvé génial par Churchill [12] et on donna l’ordre à l’amiral de l’exécuter. Ce dernier télégraphia à Londres que c’était de la folie et qu’il se refusait à l’exécuter si on ne l’appuyait pas par un débarquement de deux cent mille hommes. On remplaça immédiatement ce récalcitrant par le préfet maritime de Malte dont l’amiral prit la place. Le plan fut donc exécuté, et comme on trouvait que l’affaire n’allait pas assez vite, on procéda à un nouveau changement dans le commandement. La majeure partie du dîner s’est passée à discuter l’auberge. Viefville était venu dans le but de ramener notre réunion dans des parages plus civilisés. Je lui ai suggéré d’aller lui-même s’entendre avec du Lau qui tient vigoureusement pour la bonne cuisine. J’attends l’issue de cette visite pour m’arranger avec quelque autre gargote [13].

La Grèce fait en ce moment les frais de toutes les conversations. Je crains que l’on ne fasse pas grand-chose et que l’on perde bien du temps. D’Andigné prétend que nous n’avons là-bas encore que très peu de monde, je croyais cependant, d’après d’autres dires, que beaucoup de troupes étaient parties. À cela, d’Andigné me répond qu’il y en a un peu partout à Alexandrie, au Caire, dans différents ports, mais qu’à Salonique tout cela ne serait pas débarqué. Cependant le temps presse, chaque jour passé est une force perdue.

Hier, j’ai reçu la visite d’un commandant historien [14] dont on a murmuré le nom au moment de la Grande affaire. Il désire me présenter deux officiers italiens Brancaccio du Buffano et Emilio Paggano [15], l’un est un assez grand seigneur dont je ne me rappelle plus le nom et qui viennent d’arriver ici avec une mission de liaison. Ils doivent renforcer l’union entre nos deux armées et nos deux pays. Je les verrai mercredi et te tiendrai au courant de leur visite et de ce qu’ils m’auront dit.

Ce matin, à la rédaction, je montrais à Bourdeau [16] un article tout à fait grotesque qui a paru dans Le Figaro sous la signature de mon ancien collaborateur André Beaunier [17] et qui s’appelle « la fin du Renanisme ». Je crains que Renan [18] existe encore à une époque où Beaunier sera perdu dans les brumes du temps. Bourdeau nous a dit : Relisez donc La Réforme intellectuelle et morale qui a paru en 70-71 [19], et vous verrez quel prodigieux intérêt vous y trouverez en ce moment. Et il nous a raconté une anecdote assez curieuse. Philippe Berger [20] (l’orientaliste ou plutôt l’hébraïsant) qui a beaucoup écrit chez nous, avait été en quelque sorte le disciple de Renan et avait assisté aux derniers moments du philosophe. Il a même publié sur ses derniers jours une petite brochure tirée à très peu d’exemplaires qu’il a donnée à quelques amis. Bourdeau en a un. Il y est dit que Renan ne pouvait plus parler, mais il avait toujours un crayon et du papier pour écrire ce qu’il désirait. Les derniers mots qu’il a écrits sont : affirmation, contradiction.

N’est-ce pas étrange ?

Amitiés.

Et

 

[1] Il s’agit des dîners Galliffet ou dîners des Débats, qui ont lieu le dernier mardi du mois dans un restaurant de la rue Royale, organisés par la direction du Journal des Débats. Ils rassemblent la rédaction des Débats, les collaborateurs anonymes et les amis du Journal. Pendant des années, le général de Galliffet était l’âme de ces dîners et son nom leur est resté.

[2] Armand, marquis du Lau d’Allemans (1833-1919), est une personnalité du Tout-Paris de la fin du XIXe siècle. Proust en fait un personnage de la Recherche du temps perdu, T. XI, La prisonnière. Membre des dîners Galliffet. Il meurt à Paris le 17 février 1919.

[3] François de Wendel (1874-1949). Industriel. Homme politique. Maître de forges dont la famille a acquis les forges d’Hayange au début du XVIIIe siècle. Conseiller général (1900). Député Entente républicaine et d’action sociale de Meurthe-et-Moselle (1914-1932). Président du Comité des Forges (1918-1940). Régent de la Banque de France (1913-1936). Administrateur et financeur du Journal des Débats. Il rédige son Journal qui offre une source complémentaire aux lettres de Nalèche à Lebaudy.

[4] Charles de Vauvineux (1849-1928). Diplomate. Ministre plénipotentiaire en 1894, il est pendant quatorze ans en poste à Saint-Pétersbourg (1886-1900) et continue à s’intéresser particulièrement à la Russie. Il est ensuite à Belgrade (1900-1902). Il devient délégué de la France à la commission de la Dette égyptienne (1902). Il est mis à la retraite en 1911. Membre des dîners Galliffet.

[5] Fortuné d’Andigné (1867-1935). Militaire. Homme politique. Conseiller municipal républicain libéral de Paris (1904-1935). Membre des dîners Galliffet.

[6] Paul-Eugène Lefebvre de Viefville (1834-1917). Juge. Substitut. Premier président de la Cour d’appel de Paris. Collaborateur du Journal des Débats. Membre des dîners Galliffet.

[7] François-Achille Thomassin (1827-1919). Militaire. Il fait une grande partie de sa carrière dans les colonies et devient général en 1875. Membre des dîners Galliffet.

[8] Maurice Bompard (1854-1935). Diplomate. Il a notamment été ambassadeur de France en Russie de 1902 à 1908, puis à Constantinople de 1909 à 1914. Membre des dîners Galliffet.

[9] Edme Sommier (1873-1945). Raffineur de sucre rue de Flandres à Paris. Propriétaire du château de Vaux-le-Vicomte qu’il restaure et remeuble. Membre des dîners Galliffet.

[10] Maurice Ternaux-Compans (1846-1930). Diplomate. Homme politique. Secrétaire d’ambassade à Rio-de-Janeiro puis à Athènes. Conseiller d’ambassade à Saint-Pétersbourg. Député républicain progressiste des Ardennes (1898-1902). Membre des dîners Galliffet.

[11] La bataille de Gallipoli ou des Dardanelles est une expédition alliée contre Constantinople pour contrôler la mer de Marmara, à l’initiative de Winston Churchill. La première étape est une série de bombardements navals à partir du 19 février 1915, puis un déminage du détroit.

[12] Sir Winston Churchill (1874-1965). Anglais. Homme politique. Député conservateur en 1900, plusieurs fois ministre, il est alors Premier lord de l’Amirauté (1911-1915).

[13] Le dîner des Débats a généralement lieu dans un restaurant de la rue Royale.

[14] Maurice-Henri Weil (1845-1924). Militaire. Écrivain et historien, traducteur officiel d’état-major. Il écrit de nombreux ouvrages.

[15] Le colonel Brancaccio du Buffano et Emilio Paggano. Cf. lettre du 16-17 novembre 1915.

[16] Jean Bourdeau (1848-1928). Homme de lettres. Collaborateur du Journal des Débats. Spécialiste de philosophie allemande et de questions sociales et politiques. Membre de l’Académie des sciences morales et politiques.

[17] André Beaunier (1869-1925). Homme de lettres. Normalien et chartiste. Il est critique au Journal des Débats.

[18] Ernest Renan (1823-1892). Écrivain et historien, il s’est consacré à l’étude des langues sémitiques et à l’histoire des religions et a été collaborateur du Journal des Débats.

[19] La Réforme intellectuelle et morale est publiée par Ernest Renan en 1871 chez Lévy Frères. Elle est rééditée régulièrement. Calmann-Lévy publiera la 8e édition en 1919.

[20] Philippe Berger (1846-1912). Professeur d’hébreu. Collaborateur du Journal des Débats. Il est auxiliaire puis successeur d’Ernest Renan à la publication du Corpus inscriptionum semiticarum. En 1892 et 1893, il succède à Ernest Renan à l’Institut et comme professeur au Collège de France.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *