8 août 1917

8 août 1917

 

Je n’ai pas pu te parler hier d’une réunion du Syndicat. J’y ai entendu tant d’histoires, tant d’accusations contre les uns et contre les autres, contre les menées pacifistes dreyfusardes toutes de trahison, que la « tête m’éclatait » un peu. La Liberté, L’Écho de Paris ne tarissaient pas sur toutes les infamies. C’est à se demander si dans notre pauvre pays il reste encore quelqu’un d’honnête. Jules Roche, avec ses sentiments pratiques ordinaires, nous proposait avec violence de refaire un 4-Septembre, de déférer aux tribunaux pour crimes tous les propagandistes de la presse et de les faire fusiller. J’ai essayé de calmer un peu tout ce monde-là violemment excité par l’attitude nouvelle de la censure redevenue soudainement perfide et agressive. On a saisi des journaux à tort et à travers, mais, tu peux être tranquille, ce n’est pas Le Pays. Il y a dans le cabinet de Ribot un nommé Lefaure qui fait toutes les affaires du président du Conseil et se réserve le droit d’embêter tous les gens qui ne lui plaisent pas. Il a du reste trente-quatre ou trente-cinq ans, c’est une sorte de géant très solide qui s’est occupé de la publicité des emprunts en France et qui préfère de beaucoup être là qu’aux tranchées. Quoi qu’il en soit, si j’en crois Berthoulat et Simond, la proportion des gens vendus est effroyable. Berthoulat tient de source sûre que les Allemands dépensent en France soixante millions par mois de propagande. Les usines sont assiégées d’individus distribuant des tracts pacifistes. La guerre ne continue que par la volonté des riches, des usiniers, etc. qui veulent continuer leurs fortunes et rétablir je ne sais quel régime politique.

L’Éclair serait en effet racheté non par Marquet [1] mais par un nommé Colin [2], lequel Colin, personnage assez louche, aurait opéré avec Baumann [3] sur les blés. Une somme énorme aurait été gagnée en rendant tous les blés français américains. Naturellement, il aurait gagné un fort bénéfice par hecto sans autre forme de procès. Un journal lui deviendrait nécessaire pour défendre l’avenir.

Néanmoins, si tant de fortunes se font par des moyens aussi scandaleux, le régime actuel ne réussit pas trop mal à notre ami Berthoulat car il est en train de négocier l’achat d’une propriété en Normandie près de Dieppe. Hélas, je ne vois pas s’ouvrir de pareilles perspectives dans l’horizon du directeur de notre vieille boîte.

Le matin, j’avais déjeuné avec l’excellent Isaac et sa femme [4] qui est une femme très supérieure, très au courant de tout et fervente lectrice de notre gazette. Lui, tu le connais. Il m’interroge sur la situation. Je m’imagine que je puis parler tout en tenant compte, cependant, que le ménage est très conservateur, très religieux, qu’il est par conséquent dans un état d’esprit dont il faut ménager l’optimisme. Néanmoins, comme notre ami m’avait interrogé en me disant : Hélas, comme vous aviez raison, il y a bien des mois déjà, en me confiant vos doutes sur la Russie. Les événements sont bien ce que vous les aviez prévus. J’ai cru que je pouvais lui laisser entendre que la passe actuelle était une des plus mauvaises que nous ayons connues. J’ai pris une fameuse leçon de la bonne dame, je t’en réponds. Tout n’est pas mauvais, m’a-t-elle affirmé, il y a aussi du bon, mais nous ne voulons jamais parler de ce qu’il y a de bien chez nous, etc., etc.

J’ai compris tes sentiments quand tu te trouves en face de ces optimistes mondains incurables qui ne veulent pas voir la réalité des situations et qui vous accusent d’être des mauvais Français si vous formulez la moindre critique qui démolit la moindre des illusions. On marche le nez dans les nuages et on tombe dans le puits. Si vous avez le malheur de dire : prenez garde, il y a un trou, vous n’êtes qu’un criminel.

J’ai eu beau dire à cette excellente dame qu’à mon sens, il valait mieux voir les défauts pour les corriger, je n’ai pas pu la faire sortir de sa tarte à la crème. Du reste, la discussion était difficile car elle a six fils au front, un tué et un gendre prisonnier [5]. On comprend que les pauvres gens ne veuillent pas croire à l’inutilité de ces douloureux sacrifices.

Un que j’ai vu aujourd’hui et qui ne s’illusionne guère, c’est Raymond Koechlin. Cet Alsacien forcené, qui désire passionnément le retour de l’Alsace à la France, n’a jamais caressé de chimères. Même au jour de la déclaration de guerre il nous disait : Vous ne connaissez pas les Allemands comme moi je les connais, et je ne les vois pas battus. Donc, j’ai vu Koechlin, nous parlons du Maroc où il retourne dans quelques jours sur l’invitation de Lyautey à la foire de Fez. Appartenant aux Arts décoratifs, il compte étudier si certaines industries marocaines ne pourraient pas remplacer chez nous des produits d’Orient. Nous examinons quelles seront les correspondances qu’il pourra nous envoyer. Il me décrit la prospérité, les progrès du Maroc et m’avertit qu’allant jusqu’aux avant-postes il nous adressera des choses intéressantes. Pourvu, ajoute-t-il, que les Boches ne nous enlèvent pas tout cela.

– Hein ?

– Ils prendront à peu près certainement, ajoute-t-il, telle ou telle région… Et il me démontre ce que les Allemands réclameront. Il trouve que la Russie rend la situation à peu près désespérée mais qu’il faut tenir tout de même envers et contre tout, car il est certain que nous nous enfonçons de plus en plus. Mais, en nous enfonçant, nous affaiblissons l’Allemagne, nous donnons le temps à l’Amérique de s’organiser, non pas parce que l’Amérique nous apportera la victoire, mais parce qu’elle sera pour plus tard un facteur économique de résistance avec lequel l’Allemagne devra compter. Esclaves pour esclaves, il vaut mieux que nous le soyons des Américains que des Boches.

Le moral de nos troupes, ajoute Koechlin, s’est beaucoup amélioré. J’ai d’innombrables filleuls au front et dans les secteurs les plus divers, des professions les plus variées, et je constate, depuis la revue du 14 juillet, des sentiments que je n’étais plus depuis longtemps habitué à entendre exprimer. Donc, il faut que résolument nous tenions, et cela sans nous leurrer d’espoirs brillants mais pour que la solution ne soit pas le désastre qu’elle serait si la paix arrivait maintenant.

J’avoue que ce discours tenu, je te le répète, par un des Alsaciens les plus patriotes, m’a impressionné. De plus, Koechlin a dirigé avant Gauvain notre politique extérieure.

Comme nous voilà loin de Barrès et de la rive gauche du Rhin !

À propos de la rive gauche du Rhin, que je te répète une anecdote citée ce matin par Degouy car il faut toujours que dans les moments les plus tragiques il se mêle un peu de comique.

Degouy, à la déclaration de guerre, ne venait d’être mis à la retraite que depuis deux mois. Il est venu offrir ses services à la Marine qui les a refusés, sans beaucoup de politesse du reste. (Augagneur aurait dit à son entourage : encore un qui veut toucher la solde de guerre). Mais en même temps que lui était venu se mettre à la disposition du pays un capitaine de frégate dont la bravoure est restée légendaire et qui avait accompli en Chine quelque haut fait d’armes, c’était le capitaine Hautefeuille [6] qui avait passé au service de Monaco. Celui-là, de la Marine on l’envoie à la Guerre. Rue Saint-Dominique il est reçu avec beaucoup d’urbanité mais on décline son offre. Il paraît qu’Hautefeuille, qui porte monocle, est un pince-sans-rire extraordinaire. Il dit à l’homme qui lui signifie la décision ministérielle : Enfin, c’est très bien, vous n’avez pas besoin de moi pour le moment, je m’incline. Mais vous allez faire des conquêtes et si vous avez besoin de quelqu’un comme gouverneur de forteresse, pensez à moi, par exemple pour Mayence. Je serai très heureux d’être gouverneur de Mayence.

Je vous arrête là, dit l’autre, car j’ai le regret de vous dire que la place est promise. On la donne à un homme qui appartient à la carrière diplomatique, et j’ajouterai même qu’il a commandé son uniforme ! !

Il y a donc quelque part un homme qui possède son costume de gouverneur de Mayence.

Ton vieil

Et

[1] Cf. lettre du 26 juillet 1917.

[2] Non identifié.

[3] Non identifié.

[4] Mme Auguste Isaac, née Amélie Dognin (1853-1939).

[5] Auguste Isaac et sa femme ont eu onze enfants, dont un fils, Émile, mort en bas âge (1880-1881), un fils Philippe (1887-1915), polytechnicien, mort au front des suites de ses blessures le 26 septembre 1915, « six fils au front », Louis, Humbert, Joseph, Jean, Paul et Daniel, et trois filles, Pauline, Marguerite et Marie-Émilie. Les deux premières étaient déjà mariées. Le gendre prisonnier est donc Henri Grandgeorge.

[6] Marc Hautefeuille (1852-1923). Capitaine de vaisseau (1903). Envoyé en Extrême-Orient, sous les ordres de l’amiral Courbet, il s’y distingue. Attaché naval à Saint-Pétersbourg (1895). Commandant de la marine en Algérie et de la défense mobile du Pacifique sur le Catinat. Après sa retraite le 15 juillet 1909, il exerce les fonctions de gouverneur de Monaco.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *