7 août 1917

7 août 1917

 

Almereyda aurait été arrêté hier matin. Cette nouvelle, dont je te parlais comme ayant été démentie dans la soirée par la préfecture de police, aurait été exacte. On se demande beaucoup si Malvy pourra rester après cette exécution faite dès son départ et à laquelle il semble n’avoir pas voulu prêter son concours effectif. On aurait téléphoné cette arrestation à Clemenceau qui aurait répondu : Votre coup de téléphone était inutile, j’en ai été sûr dès que j’ai vu Malvy partir en vacances. À la préfecture on ne veut rien dire, pas plus qu’au Palais où l’on prétend que c’est Drioux [1] qui mène l’affaire au profit des autorités militaires.

Voici quelques renseignements que je reçois sur le nommé Rozès [2], secrétaire général du Pays. Je te les donne comme je les reçois, sans les avoir contrôlés :

En 1916, le service militaire d’espionnage s’est occupé de la famille Rosenweyg (commerce de papier à cigarettes) rue Marius-Jauffret et rue Paradis à Marseille. La police mobile aurait établi que la fille et la femme étaient autrichiennes et entretenaient des relations avec le capitaine d’Huart [3], officier d’ordonnance du général Coquet [4]. Des sanctions furent prises : le capitaine d’Huart fut déplacé et le général Coquet relevé de son commandement du 15e. Des perquisitions opérées chez Rosenweyg [5] ne donnèrent aucun résultat, mais il fut établi que l’engagement dans l’armée française du plus jeune fils avait été frauduleux. Cet engagé spécial, qui s’appelle Lucien Rosenweyg, a été réformé. C’est lui qui est en ce moment secrétaire général de la rédaction du Pays et secrétaire particulier du directeur Dubarry sous le nom de Rozès. Son frère est dentiste militaire à Privas.

Tout cela est très bon teint comme tu peux en juger.

J’ai reçu de Suisse aujourd’hui le compte rendu d’un ouvrage allemand d’un certain baron de Mackay [6] qui commence à prendre une certaine autorité dans les milieux littéraires allemands. L’auteur passe en revue les hommes politiques français, Jaurès, Poincaré, Viviani, etc. Celui qu’il place au-dessus de tous est Joseph Caillaux qu’il dépeint comme le plus grand homme d’État de France. Il parle de son rôle dans les affaires marocaines et regrette d’une façon assez amusante son absence du pouvoir au moment de l’assassinat de l’archiduc (évidemment il s’y connaissait). Le plus comique de tout, c’est qu’en donnant les portraits qui accompagnent et illustrent l’œuvre, le baron de Mackay publie le portrait de… Calmette. Il s’est trompé de casier.

J’hésite à publier ce petit article qui ne manque pas de piquant.

Je ne te parle pas de la politique, c’est lamentable.

Ton vieil

Et

[1] Non identifié.

[2] Rozès. Pseudonyme de Lucien Rosenweyg. Journaliste. Secrétaire général du Pays.

[3] Non identifié.

[4] Hyacinthe Coquet (1850-1934). Général. Commandant de la 15e région. Officier de la Légion d’honneur.

[5] Lucien Rosenweyg. Autrichien. Journaliste sous le nom de Rozès. Secrétaire général du Pays.

[6] Eric Mackay (1870-1921). Hollandais. Baron.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *