6 août 1917

6 août 1917

 

Tout va bien mal en ce moment, mon pauvre vieux, la roue ne tourne pas dans notre sens. Kerenski a repris sa démission. Cela vaut mieux, mais que peut-il faire ? Sa présence arrêtera-t-elle les Allemands ? C’est peu probable. Tout l’édifice russe est entièrement pourri.

Ce qu’il y a d’épouvantable, c’est la situation de la Roumanie. Les Alliés offrent au roi Ferdinand comme compensation de se réfugier en Russie. L’occasion est magnifique, le monarque va s’empresser de la saisir. Il a tant à se louer des Russes ! On croit qu’il ira de gaieté de cœur demander asile aux révolutionnaires qui sont venus chez lui essayer de soulever le peuple, car tu sais que des délégués russes ont parcouru la Roumanie pour combattre l’idée monarchique.

Le pauvre roi n’a que deux issues, ou passer en Russie avec toute son armée, ou traiter avec les Allemands, ou faire une paix séparée. Tu verras qu’en ce dernier cas nous crierons à la trahison.

Je pense que ce sont les Alliés qui ont obligé les Russes à cette offensive. Elle a été réussie. Nos gouvernants peuvent se vanter d’avoir été adroits une fois de plus.

Il nous reste cependant de ce côté-là une petite chance, c’est que Guillaume n’est pas du tout d’accord avec l’empereur d’Autriche au sujet de la Pologne et qu’il est obligé de surveiller ce qui se passe. Si cette situation pouvait être encore habilement exploitée… n’y comptons pas. Les précédents sont là pour nous retirer toute illusion.

À l’heure actuelle, on en est à se demander même comment on pourrait faire la paix si on désirait adopter cette solution.

Je n’ai pas eu de nouvelle ce soir de la situation ministérielle. Néanmoins, Doumerc a dit à Boureau qu’on l’avait pressenti mais qu’il avait posé comme condition le départ de Malvy. Le Figaro a fait une grande tartine sur Chaumet qui dessèche depuis longtemps de l’envie du pouvoir. Le député de la Gironde est atteint d’un terrible diabète et, ce qu’il y a de plus désagréable, c’est que c’est un diabète nauséabond. L’hôtel de la rue Royale [1] sera empoisonné. Il faut plaindre les collaborateurs.

On a perquisitionné de nouveau au Bonnet rouge. Je pense que c’est à cause de cela que Malvy s’est tout à coup senti malade. On nous avait annoncé comme certaine l’arrestation d’Almereyda, mais je ne crois pas que ce soit encore exact.

À toi.

Et

[1] Le ministère de la Marine.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *