5 août 1917

5 août 1917

 

Old chap,

 

Au milieu des tristesses et des inquiétudes de l’heure présente, il y a parfois des scènes comiques. En voici une qui s’est passée à la Chambre avant-hier. Dans la salle des pas perdus se trouvait une sorte d’Arabe assis sur une banquette, enveloppé, grave et tranquille, dans son caftan. Il était entré par l’entremise de je ne sais qui et attendait je ne sais quoi, observant avec le flegme oriental les allées et venues. Soudain, roulement de tambour, le président Deschanel passe au milieu des soldats accompagné par l’officier de service. Notre Arabe s’émeut aussitôt et, anxieux, s’adresse à ceux qui l’environnent : Où l’emmène-t-on ? demande-t-il. On finit par lui faire comprendre qu’on rendait les honneurs militaires.

Tu as certainement vu la carte ce matin et la distance qui sépare Czernovitz [1] de Jassy. Pauvres Roumains ou pauvres nous !

Depuis hier au soir, on avait la dépêche de la démission de Kerenski [2] mais on ne voulait pas la rendre publique. On espérait annoncer le retrait en même temps que la démission. Ce qui est arrivé, mais tout cela est bien précaire.

Le seul journal qui ait enfreint la consigne, ou du moins qui ait jésuitiquement essayé de la tourner, est L’Écho de Paris. M. Marcel Hutin, dont on ne saurait assez divulguer le nom véritable qui est Hirsch, avait mis dans son article : M. Kerenski, qui présidait hier encore le Conseil des ministres, etc. La censure a coupé le hier encore, mais comme ce journal bien pensant est patriote ! Je t’ai raconté naguère la façon dont ledit Hirsch a compromis l’offensive anglaise. Cela n’empêche pas une foule de gens de se gargariser avec les stupidités qui paraissent chaque jour en tête de cette feuille.

Si un numéro de La Renaissance te tombe entre les mains, lis-le, tu verras également jusqu’à quel point une feuille française peut être ignoble. Tu penses bien que la revue de Lapauze ne fait pas cette campagne italienne pour rien. Je te découpe un morceau de l’amiral Thaon di Revel [3] et la censure, qui coupe froidement les plus petites critiques politiques, laisse passer des choses pareilles qui sont fausses d’un bout à l’autre, fausses comme les fameuses îles Curzolanes (?) qui n’existent pas et qui sont une erreur de la Consulta. Peut-être demain, du reste, lancerons-nous le brûlot.

Ce matin, quelqu’un me téléphonait pour me demander ce qu’il pouvait y avoir de vrai dans deux dépêches italiennes disant que Beau allait être rappelé de Berne et qu’il serait remplacé par Jules Cambon. Rien de vrai, hélas, car le départ de Jules Cambon pour la Suisse aurait eu une signification importante, du moins à mon avis. Xavier Charmes, qui est comme tu le sais l’ami intime des Cambon, est venu quelques instants après. Je lui ai posé la question, il n’y croit pas du tout, mais il a vu Mme Ribot hier au soir et cette dame lui a dit que le ministère devait être complètement remanié. Ribot, du reste, n’est pas encore parti pour Londres où il ne se rendra que demain, contrairement à ce qui a été annoncé au public.

Je lui parle des histoires Douglas Haig, Lloyd George, Nivelle. Bien qu’il défende assez énergiquement Nivelle, je tire tout de même de ses réponses que Nivelle s’était laissé aller à écrire à Douglas Haig comme à un subordonné et même à un subordonné très inférieur. Depuis, il y aurait eu une explication, et les deux officiers généraux seraient restés en excellents termes, mais c’était vrai tout de même, la gaffe Nivelle.

Xavier Charmes me dit que Jonnart ne repartira pas. Je lui dis qu’au lieu de repartir il songe un petit peu à quelque place dans le ministère. C’est sans doute pour cela, me répond Charmes, que Ribot désirait tant le voir s’en aller car Ribot va certainement prendre les gens les plus à gauche qu’il pourra.

Ton vieil

Et

[1] Le 3 août 1917, Czernovitz est prise par les Austro-Allemands qui continuent leur poursuite.

[2] Le 4 août 1917, la conférence des comités centraux des partis politiques demande à Kerenski de rester au pouvoir avec un nouveau ministère.

[3] Paolo Thaon di Revel (1859-1948). Italien. Officier de marine. Chef d’état-major de la marine italienne (1913-octobre 1915 et février 1917-novembre 1919).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *