1er août 1917

1er août 1917

 

Notre correspondant de Zurich [1], dont les articles ont été si remarqués, est venu me rendre visite aujourd’hui. Nous avons assez longuement parlé de l’état intérieur de l’Allemagne. Il est très mauvais, mais ceux qui dirigent ne veulent pas lâcher car ils sentent que c’est leur situation elle-même qui est en jeu. Le peuple est un peuple d’automates qui ne marche que par ses gouvernants, il n’y a donc pas trop à compter sur eux. Bethmann-Hollweg, lui, avait songé sérieusement aux réformes et à s’appuyer sur la nation allemande, il a été balayé par le parti militariste, et quand notre ami a écrit son article, il se croyait plus près de la transformation que la suite des événements ne l’a démontré. Ce qu’il craint maintenant le plus, c’est le renouvellement par l’Allemagne de la tentative sur la Roumanie qui lui fournirait ainsi la farine et le pain. D’autre part, la Finlande, toujours violemment hostile à la Russie, pourrait bien se retourner contre elle. Quelques milliers d’hommes jetés en Finlande et unis aux Finlandais pourraient prendre les Russes à revers et amener des désastres. L’Ukraine occupée pourrait aussi fournir à l’Allemagne des moyens de résistance. Mais, ajoutait-il, un pays ne vit pas que de pain, et les Allemands manquent maintenant de beaucoup de matières premières. Ce qui est incompréhensible, c’est qu’on ne cherche pas à torpiller les approvisionnements de métaux que les Allemands amènent constamment de la Suède qui, dans toute cette guerre, n’a cessé de donner son appui à l’Allemagne.

Quant à l’Autriche, elle est dans un état affreux et notre correspondant a écrit à Gauvain que lui-même, qui avait été l’adversaire absolu de l’Autriche, voyait peut-être en ce moment une possibilité de faire quelque chose avec elle. Pour cela, il fallait ne pas la priver de tout débouché sur la mer, etc. Il craint bien que Gauvain n’entre pas dans ses vues. Je vais du reste en écrire à mon tour à notre André Gauvain, sa réponse m’intéressera. Je vais surtout lui faire part d’un mot que j’ai entendu aujourd’hui relativement à des négociations dont le correspondant de Zurich m’a affirmé qu’elles ont eu lieu. On prétend que l’Autriche serait décidée à appuyer notre revendication de l’Alsace et de la Lorraine ? ? Je suis à peu près certain que Gauvain me demandera qu’est-ce que sont ces négociations qui apparaissent comme des calembredaines. Ah ! les paix séparées, voilà longtemps qu’on nous leurre avec ces chimères colportées par des gens intéressés et destinées tout simplement à nous mettre dedans.

[pas de signature]

[1] Cf. lettres des 11 juin 1917, 12 juin 1917, 19 juin 1917.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *