12 novembre 1915

12 novembre 1915

 

Mon cher Pierre,

 

Contrairement à ce que je craignais, on vient de m’affirmer au Quai que les quarante millions ne sont pas encore versés à la Grèce, j’ignore quelles sont les conditions requises et que l’on doit, je pense, exiger. En tout cas voici la dissolution de la Chambre opérée, et que va faire le roi pendant sa dictature jusqu’au 19 décembre ? Notre cher Cochin [1] va évidemment tout arranger, nous pouvons dormir tranquilles. Je disais ce matin à François que Bourgeois [2] allait lui aussi partir pour Rome avec une mission. Tout cela n’est qu’à moitié plaisant, me répondit-il, car tous ces gens-là sont des pacifistes.

Le général Gallieni [3] s’est assez bien tiré, somme toute, de ses débuts à la Chambre. Ce n’est pas un orateur, m’ont dit nos parlementaires que j’ai vus, mais il parle assez bien, sa phrase se tient et on a l’impression qu’il parle pour dire quelque chose. Malgré tout, il y a beaucoup de gens qui grognent.

Contrairement à Delcassé, Briand [4] paraît vouloir s’occuper sérieusement de la propagande française à l’étranger, c’est du moins ce que disait ce matin un de mes amis qui est mobilisé dans cette besogne. Voici très longtemps que nous n’avons eu un ministre se renseignant ou se faisant renseigner par ses agents sur les différents pays avec lesquels nous sommes en relation. Tu sais que le petit homme ne recevait jamais les chefs de poste et ouvrait sa porte toute grande aux journalistes.

Jules Cambon [5] a répondu à l’un de nos amis qui le félicitait de son arrivée au ministère : Je crois que l’on attend trop de moi, je ferai ce que je pourrai, mais il y a tant à faire. Certes la besogne est dure et la situation diplomatique a été bien gâchée, cependant rien n’est encore perdu.

Il faut que je te raconte une histoire unique qui m’a été rapportée par un de mes camarades qui fait de l’agriculture en Normandie. Ce conte inspiré s’est déroulé dans la petite ville de Gacé (Orne). Une fille s’est laissé séduire et ressentit les suites de la situation. Comme cela commençait à se voir, après entente avec le médecin elle dit à sa mère qu’elle avait un fibrome et qu’il serait nécessaire d’aller à Paris aux fins d’opération. Tu sais qu’en Normandie les partis religieux et les partis avancés sont en guerre constante. La famille de la belle était dévote, elle s’en vint trouver le curé et lui demanda de faire une neuvaine. Tous les amis s’associèrent aux prières dont on attendait un miraculeux résultat. Deux jours avant la fin, la patiente fut prise de douleurs. La mère voulut faire appeler le curé mais la fille réclama le médecin. Ce dernier, comprenant la situation, mit tout le monde à la porte et commença l’accouchement. Pendant ce temps-là on était aller chercher le curé qui entra au moment précis où venait au monde un gros marmot. Voici le fibrome, Monsieur le curé, dit le médecin-chef de la libre pensée. Le pauvre saint homme s’enfuit, éperdu. L’histoire est authentique ; la neuvaine a semblé avoir avancé le terme.

Je te regretterai bien ce soir au dîner Galliffet. Je te dirai demain qui il y avait et si on a dit des choses intéressantes.

Ton vieil

Et

[1] Denys Cochin (1851-1922). Homme politique. Député de la droite libérale de Paris (1893-1919). Du 29 octobre 1915 au 12 décembre 1916, il est ministre d’État et plaide avec succès en Grèce la cause des Alliés.

[2] Léon Bourgeois (1851-1925). Homme politique. Ministre à de nombreuses reprises, il est ministre d’État du 29 octobre 1915 au 12 décembre 1916, et est convaincu de la cause de la paix et de l’humanisme.

[3] Joseph Gallieni (1849-1916). Général. Explorateur. Le 26 août 1914, il est gouverneur militaire de Paris. Il signe la déclaration annonçant le départ du gouvernement et assure la victoire de la Marne. Malgré sa mauvaise santé, il accepte de devenir ministre de la Guerre dans le 5e ministère Briand (29 octobre 1915-16 mars 1916). Il est alors ministre depuis deux semaines.

[4] Aristide Briand est président du Conseil et ministre des Affaires étrangères depuis le 29 octobre 1915.

[5] Jules Cambon (1845-1935). Diplomate. Il est nommé le 30 octobre 1915 secrétaire général du ministère des Affaires étrangères. Il prendra une part active aux négociations du prince Sixte de Bourbon-Parme en vue d’une paix séparée avec l’Autriche.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *