16 octobre 1915

16 octobre 1915

 

Mon cher Pierre. La combinaison dont je te parlais hier semble avoir vécu, et aujourd’hui on en revient à un retour Doumergue dont je t’avais déjà entretenu. En attendant, Viviani assure le service, avec Margerie [1] comme chef de cabinet.

Tout est un peu sombre en ce jour de grâce, les communiqués ne sont pas affriolants, et les bruits qui couraient hier sur l’ouverture de la Roumanie aux Russes ont reçu un démenti cet après-midi.

J’ai rencontré hier Jean Béraud [2] qui m’a dit avoir vu dans la journée un administrateur d’une des Compagnies maritimes et avoir appris de lui la perte d’un transport chargé de troupes qui aurait été canonné. C’est assez étrange qu’un transport ait pu être canonné car on les convoie généralement. Celui-là naviguait donc seul. Le fait est du reste annoncé par l’agence Wolff. Peut-être saura-t-on la vérité lorsque tu recevras ma lettre.

J’ai déjeuné aujourd’hui chez un administrateur d’une de nos grandes usines de fabrication de sucre. On continue, paraît-il, à travailler pour l’envoi de leur fabrication en B.. Ce serait assez curieux que l’on en envoie si l’on n’est pas sûr de l’écouler. Du reste, il ne dit pas que la marchandise parte mais qu’on la fait.

Il y avait à ce déjeuner un monsieur qui est un des plus grands propriétaires d’Alsace, et c’était même pour que nous puissions causer que l’on nous avait réunis. Il s’agissait de parler de la situation des Alsaciens-Lorrains en France que l’on ne semble pas ici avoir comprise. Les anciens petits fonctionnaires d’Alsace, gardes, instituteurs, etc., qui sont alsaciens, continuent à toucher leur traitement du gouvernement allemand qui est supérieur du double à celui de nos fonctionnaires. Ces gens-là, si l’Alsace reste à la France, ne voudront certainement pas aller en Allemagne, mais, incertains du sort de la guerre, ils restent incertains. Les gens comme Blumenthal, Wetterlé [3], ne voudraient pas qu’ils soient maintenus par le gouvernement français au cas de ré annexion. Le problème est assez délicat.

Mais la situation la plus terrible est celle de la population réfugiée. Il y a des misères très grandes parmi ces gens surpris par les hostilités et qui n’ont rien pu sauver. Dans les endroits où ils se trouvent, on a placé pour s’occuper d’eux d’anciens sous-officiers austro allemands de la Légion qui furent très braves, qui sont décorés, etc., mais qui ne peuvent s’accorder avec les Alsaciens. D’autre part, on a tout mélangé, fonctionnaires et populations, femmes comme il faut et filles de bar, et toute cette promiscuité est détestable. Il faut se méfier, car tout cela serait une cause de germanisation plus solide que les quarante ans d’occupation.

J’ai reçu également toute une série de visites. J’ai recueilli un certain nombre de choses intéressantes, notamment de la part d’un garçon qui a des propriétés en Tunisie. Il m’a donné ses sentiments sur l’état d’esprit de nos colonies Nord Afrique et les conséquences de la guerre. Il me serait assez difficile d’écrire tout ce qu’il m’a dit.

En Tripolitaine la situation n’est pas bonne pour les Italiens, et je crois que l’on prend ses précautions pour le danger de la contamination.

La colonie grecque de Paris est outrée de la conduite de son roi. On m’a dit que Mme Argyropoulos [4] et ses deux filles[5], dont Mme Guy de Wendel [6], étaient parties pour Salonique afin de s’occuper de l’hôpital. Elles sont indignées et furieuses.

Au revoir, mon cher Pierre, toujours à toi bien affectueusement.

Étienne

 

 

[1] Pierre Jacquin de Margerie (1861-1942). Diplomate. En 1913, il est chef de cabinet des ministres Doumergue, Barthou et Viviani au ministère des Affaires étrangères. Le 12 janvier 1914, il est nommé directeur des Affaires politiques au ministère des Affaires étrangères.

[2] Jean Béraud (1849-1935). Artiste peintre. Il a peint la salle de rédaction du Journal des Débats.

[3] Émile Wetterlé (1861-1931). Prêtre, journaliste et homme politique alsacien, il souhaite l’autonomie de l’Alsace et rédige un rapport sur le statut des cultes. Député protestataire au Reichstag.

[4] Mme Périclès Argyropoulos (1854-1921). Née Hélène Soutzo. (A vérifier).

[5] Nathalie Argyropoulos (1882-1971). Fille de Périclès Argyropoulos, sœur de Catherine Argyropoulos, épouse de Guy de Wendel.

[6] Mme Guy de Wendel, née Catherine Argyropoulos (1878-1960). Fille de Périclès Argyropoulos.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *