15 octobre 1915

15 octobre 1915

 

J’ai reçu ta bonne lettre, mon cher Pierre, mais je ne voudrais pas que tu te croies obligé de me répondre chaque fois. Je t’envoie tous mes bavardages pour tromper les heures d’oisiveté et pas du tout pour t’imposer une obligation. Note simplement les dates et les jours que je laisserais passer, je te les indiquerai. Par exemple, hier, je n’ai pas eu une minute à moi, mais en dehors de cette journée du 14, je crois bien que je t’ai écrit chaque jour. Je ne te donne rien de ce que j’écris comme parole d’évangile, je répète simplement ce que j’entends, quitte à en tirer les conséquences que tu veux.

Je suis allé hier un instant au Quai d’Orsay où l’on était sous le coup de la disparition du patron [1]. J’avais affaire dans une direction et naturellement nous avons causé, le directeur et moi, de la question du jour. Je lui ai même annoncé le relativement bon accueil de la déclaration Viviani au Sénat et l’annonce qui avait été faite de la coopération de l’Italie aux opérations de Macédoine. Et la démission ? « Eh bien, m’a dit mon interlocuteur, c’est exactement comme en 1905. C’est le résultat d’une politique que l’on veut faire seul sans consulter personne, sans aviser personne, et un beau jour on se réveille avec une affaire terrible sur les bras. Les effets en 1915 n’ont pas été tout à fait les mêmes puisqu’en 1915 nous sommes en plein dans la situation que l’on craignait en 1905, mais c’est la même chose. » En 1905, Rouvier [2] fut averti dans les couloirs par un sénateur et un autre personnage qui lui dirent : C’est la guerre demain [3]. Rouvier demande au ministre de la Guerre [4] s’il est au courant de quelque chose. – Mais je ne sais rien, répond ce dernier. D’où l’émoi tragique de la séance de la Chambre ! En effet, je crois te l’avoir dit souvent.

Delcassé ne voyait personne, ni un chef de poste ni un agent ni un collègue. Nous avons causé ensuite des plus ou moins bons ministres des Affaires étrangères. Pour mon homme, Doumergue fut un assez bon ministre qui ne faisait aucun bruit mais qui, avec une sorte de bon sens paysan et fruste, savait pousser les questions et obliger ses partenaires à abattre leur jeu. J’ai compris que mon directeur aurait été partisan de la combinaison dont je te parlais dans ma dernière lettre [5]. Du reste, me disait-il, l’intérim de Viviani ne peut être que transitoire, il faudra aviser. Dans la journée d’aujourd’hui, les bruits circulaient tout à fait différents. Briand irait au Quai, avec Jules Cambon [6] près de lui. J’ai recueilli ce bruit par un coup de téléphone d’un de mes amis, et quelques instants après, notre informateur nous téléphonait qu’il y avait eu ce matin un déjeuner Faubourg Saint-Honoré [7] auquel assistaient Briand et Jean Dupuy [8]. On en avait tiré les conclusions suivantes : Briand irait au Quai et Jean Dupuy le remplacerait place Vendôme. Les deux informations me sont venues à une heure de distance de deux côtés très différents. Nous verrons ce qui se passera. Depuis cette guerre, Briand est devenu un diplomate ou du moins il a pris goût aux choses diplomatiques, de même qu’il se sentait stratège. Il avait eu l’idée, dit-on, au temps de Bordeaux, d’attaquer l’Allemagne par la Serbie, et, devant le refus des autorités compétentes, il s’était retiré sous sa tente. Il avait été assez opposé aux Dardanelles. On ne peut pas nier qu’il soit très fin, mais… [9]

Tantôt, je vois arriver un de mes collaborateurs qui devait s’embarquer pour le Maroc avec tous les membres du jury de l’exposition de Casablanca à la tête desquels se trouvait Saint-Aulaire [10]. Patatras, plus de bateau. Réquisition sur toute la ligne, voilà le jury en panne, mais c’est indicatif. Qu’en penses-tu ?

À propos de réquisition de bateau, je ne t’ai pas dit un mot de ta pauvre Résolue [11] enlevée à ton affection et sans doute destinée à la gloire au prix de quelles avaries. Je puis t’en donner des nouvelles car j’en ai reçu ce matin. Un brave marin écrivait à son patron, mon collaborateur Maroni [12] (qui a un petit yacht de soixante tonneaux), qu’il était à Moudros à bord de la Résolue qui fait le ravitaillement entre Moudros et Gallipoli. J’ai pensé que ce petit détail te ferait plaisir. On aime bien savoir ce que deviennent vos enfants.

Jean de Kergorlay [13] est venu me voir tantôt. Tu sais qu’il a perdu son gendre Castéja [14]. Il est président de la Croix-Rouge à Limoges où l’on a reçu deux convois de prisonniers, l’un de deux mille, l’autre de mille. Dans le premier, des hommes assez piteux, pas jeunes, mauvais moral ; dans le second, des hommes de vingt-cinq à trente-cinq ans en très bon état.

Xavier de La Rochefoucauld [15], lui aussi, est venu tailler une bavette. Il m’a raconté une chose que je ne te dirais pas si on ne m’en avait parlé aujourd’hui sous une autre forme. Je crois que Xavier n’avait pas très bien compris le renseignement qu’on lui avait donné.

Voici ce qu’il m’a raconté : Venizélos avait cru pouvoir compter sur d’importants envois de troupes alliées, et dans ces conditions il était d’accord avec le roi pour attaquer la Bulgarie sans attendre les préparatifs de cette dernière. Mais les Alliés ayant refusé cette offensive, le roi n’aurait plus voulu prendre les armes défensivement, et Venizélos se serait retiré.

Ne crois-tu pas que Xavier a fait une salade gréco-bulgaro-serbe ? Ne serait-ce pas la Serbie qui aurait voulu prendre les devants et qui aurait demandé la coopération des troupes alliées ? L’Angleterre s’y serait refusée dans sa sentimentalité incompréhensible pour les Bulgares, sentimentalité dont Grey a fait aujourd’hui un acte de contrition.

J’ai dîné hier au soir à l’Union, il y avait trois députés et une personnalité importante du monde financier. Nous avons causé de l’emprunt ; on le retarde. Ceux-ci auraient préféré que l’on prenne tout simplement le système d’arrêter les obligations décennales. On craint le mauvais effet à l’extérieur d’un emprunt à 87 alors que les Allemands l’émettent beaucoup plus haut.

Affection.

Étienne

 

[1] Théophile Delcassé (1852-1923) n’est plus ministre des Affaires étrangères depuis le 13 octobre 1915. Il sera remplacé le 29 octobre 1915 par Aristide Briand (1862-1932), président du Conseil et ministre des Affaires étrangères.

[2] Maurice Rouvier (1842-1911). Homme politique. En 1905, il est président du Conseil et ministre des Finances.

[3] Nalèche fait allusion à juin 1905 où l’opinion redoute une guerre avec l’Allemagne à cause du Maroc. Théophile Delcassé, ministre des Affaires étrangères, doit démissionner le 6 juin 1905.

[4] Le ministre de la Guerre est alors Maurice Berteaux (1852-1911). Agent de change. Maire de Chatou (1891). Député radical socialiste de Seine-et-Oise (1893-1911). Président du conseil général de Seine-et-Oise (1908). Ministre de la Guerre (1904-1911). Franc-maçon.

[5] Cf. lettre du 13 octobre 1915. Nalèche évoque une combinaison Augagneur (Marine et Colonies) – Doumergue (Affaires étrangères).

[6] Jules Cambon (1845-1935). Diplomate. Secrétaire général du ministère des Affaires étrangères depuis le 30 octobre 1915.

[7] À la Présidence de la République, au Palais de l’Élysée, 55, rue du Faubourg Saint-Honoré, Paris, VIIIe.

[8] Jean Dupuy (1844-1919). Huissier. Journaliste. Directeur du Siècle, du Petit Parisien, quotidien le plus diffusé en 1914 avec 1,45 millions d’exemplaires. Président du Syndicat de la presse parisienne. Membre du tribunal arbitral de l’Association syndicale professionnelle des journalistes républicains français. Homme politique. Sénateur gauche républicaine des Hautes-Pyrénées (1891-1919). Ministre de l’Agriculture (1899-1902), du Commerce et de l’Industrie (1909-1911), des Travaux publics et des PTT (1912-1913), des Travaux publics (9-13 juin 1914). Ministre d’État, membre du Conseil de guerre (12 septembre-16 novembre 1917).

[9] C’est en effet Aristide Briand qui devient président du Conseil et ministre des Affaires étrangères le 29 octobre 1915. En revanche, c’est René Viviani et non Jean Dupuy qui obtient le portefeuille de la Justice.

[10] Charles de Saint-Aulaire (1866-1957). Diplomate. Il est chargé d’affaires à Tanger (1902-1904). Envoyé extraordinaire et ministre plénipotentiaire le 13 mai 1916 en Roumanie.

[11] Pierre Lebaudy était propriétaire d’un yacht, la Résolue.

[12] Fernand Maroni (1859-ap. 1930). Collaborateur financier du Journal des Débats.

[13] Jean de Kergorlay (1860-1924). Grand voyageur. Collaborateur du Journal des Débats. Beau-père d’Emmanuel de Castéja qui meurt le 10 octobre 1915. Membre du Comité de la Société française des fouilles archéologique, il se consacre à l’archéologie et aux voyages. Secrétaire général adjoint de la Croix-Rouge (1916-1919), il déploie une intense activité caritative pendant toute la guerre.

[14] Emmanuel Alvar de Biaudos de Castéja (1880-1915). Il épouse en 1913 Claude de Kergorlay, fille de Jean de Kergorlay. Sergent au 20e bataillon de chasseurs à pied, il meurt pour la France le 10 octobre 1915 au centre hospitalier de Creil (Oise), des suites de ses blessures de guerre.

[15] Xavier de La Rochefoucauld (1867-1942). Membre de l’Action libérale de Jacques Piou.


2 réflexions au sujet de « 15 octobre 1915 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *