10 octobre 1915

10 octobre 1915

 

Mon cher Pierre,

 

Je suis un peu inquiet de mes lettres. Dans ta lettre du 8 reçue ce matin, tu dis avoir reçu les miennes datées 2 et 6 octobre. Je t’ai écrit chaque jour. Si tu n’as pas eu d’interruption, c’est que tout va bien, ne te donne pas la peine de me le dire, mais s’il y avait eu des lacunes il faudrait y faire attention. La diplomatie des Alliés a été lamentable. Celle qui fut responsable en majeure partie, fut la diplomatie russe que la nôtre a suivie ponctuellement. Elle n’a pas su donner à temps et lorsqu’elle était victorieuse, d’où réserve roumaine lorsqu’on offrait tout, les armes étant malheureuses. Enfin, ce qui est fait est fait et la folie des négociations bulgares a porté ses fruits. T’ai-je dit hier que Dalimier, après l’ordre de mobilisation bulgare, croyait encore pouvoir faire revenir Ferdinand [1] et que les démarches ont été faites. Je t’envoie deux lettres de Londres sur l’état d’esprit en Angleterre qui t’intéresseront si tu arrives à les déchiffrer car l’écriture est épouvantable.

À propos de diplomatie, que dis-tu de cet ambassadeur de France à Saint-Pétersbourg [2] qui, au mois de juillet, télégraphie en clair à Mme de Béarn [3] alors à Fleury-en-Bière : « Changement de tactique, succès assuré. » Mme de Béarn, très émue, montra cette dépêche aux invités réunis là. Je le tiens de l’un d’eux. Peut-être as-tu connu l’incident. Cela nous donne grande idée des préoccupations de nos représentants.

Un de mes informateurs vient de me dire que Thierry [4] recevrait certainement quelque tape un de ces jours. Il serait en train de remplacer tous ses fonctionnaires par une série de gens d’une incompétence notoire et en vue de faire plaisir sans doute à toute le séquelle politique. Il se préparerait ainsi pour l’avenir de formidables gaffes.

Du reste, c’est le plus clair résultat que nous ayons des créations de sous-secrétaires d’État. Tu sais que l’artillerie et les munitions sont au Claridge. Il paraît que jamais l’on a vu autant de chevelures que dans ce ministère. L’état-major du général Eude [5] pouvait seul rivaliser. Le chef est certainement très actif et intelligent, mais quel entourage ! Il paraît que les retards sont plus grands encore qu’autrefois, une pièce envoyée à la signature au cabinet ne revient plus, disparaît, ou a des retards de quinze jours, les ordres émanant du cabinet ne sont même plus « par ordre » mais avec le timbre « l’officier de service ».

On fait de grands préparatifs pour la séance des commissions demain. Nous entrons maintenant avec cette séance dans la nouvelle voie parlementaire. Espérons qu’il n’y aura pas trop de dommage.

Il est bien certain que les gens que nous avons là sont tout à fait insuffisants, nos amis, et nous les avons défendus parce que nous ne voyions rien à mettre à la place. Avons-nous eu raison, je me le demande, car plus on va plus les résultats empirent. Enfin on verra, mais je te l’ai dit je crois déjà, c’est une question d’opportunité pour le changement. Il ne faut pas néanmoins que ces hommes terminent la guerre, c’est-à-dire soient ceux qui seront chargés de négocier la paix.

Ton vieil

Et

 

Je rouvre ma lettre car je reçois un coup de téléphone à l’issue du conseil tenu tout à l’heure. Les plus graves divergences existent entre Delcassé et la majorité des ministres. Une discussion assez vive s’est élevée entre Viviani [6] et Delcassé à la suite de laquelle ce dernier n’a pas voulu venir au conseil d’hier. On ne serait pas étonné si cela se terminait par la démission de Delcassé.

As-tu vu l’étrange coïncidence des difficultés de notre ministre avec cette note parue dans les journaux annonçant la condamnation à la forteresse du lieutenant D. [7] ? Il est assez malin pour avoir lancé cette nouvelle.

 

[1] Ferdinand Ier (1861-1948). Prince de Saxe-Cobourg-Gotha. Roi de Bulgarie (1887-1918). Il s’allie aux empires centraux en 1915 et abdique en 1918 en faveur de son fils Boris (1894-1943).

[2] Maurice Paléologue (1859-1944). Diplomate, il est ambassadeur de France à Saint-Pétersbourg depuis le 12 janvier 1914.

[3] Mme René de Galard de Brassac de Béarn (1870-1939). Née Martine de Béhague. Sœur de Berthe de Béhague, marquise de Ganay. Elle possède le château de Fleury-en-Bière.

[4] Joseph Thierry (1857-1918). Homme politique. Diplomate. Président de la Fédération républicaine (1906-1911). Président de l’Union du commerce et de l’industrie pour la défense sociale (UCIDS) (1911-1916). Du 1er juillet 1915 au 12 décembre 1916, il est sous-secrétaire d’État auprès du ministre de la Guerre en charge du Ravitaillement et de l’Intendance militaire. C’est le plus important sous-secrétariat d’État au début de la guerre.

[5] Non identifié.

[6] René Viviani (1863-1925). Journaliste. Homme politique. Député républicain socialiste de la Seine (1893-1902 et 1906). Il est le premier ministre du Travail (1906-1910). Il est président du Conseil du 3 août 1914 au 13 octobre 1915, et ministre des Affaires étrangères du 13 au 28 octobre 1915.

[7] Non identifié.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *